Le 14 novembre 1969, des êtres humains posaient pour la seconde fois le pied sur la lune. La mission, Apollo XII, a pourtant bien failli tourner au fiasco en raison d'un éclair lors du décollage de la fusée Saturn V.

Si beaucoup de monde se souvient d'Apollo XI et de Neil Armstrong, la mission Apollo XII, lancée le 14 novembre 1969, est aussi rentrée dans l'histoire de l'aéronautique spatial. Le but de la mission : récupérer la sonde Surveyor 3, placée par la Nasa en 1967 ; enregistrer pour la première fois des vidéos en couleur de la Lune ; et déployer un ensemble d’instruments scientifiques. Les astronautes américains Pete Conrad, Alan Bean et Richard Gordon prennent place dans la fusée Saturn V. Mais tout ne va pas se passer comme prévu. Quelques secondes après son lancement, la fusée est alors frappée par la foudre. Dans un reportage de l'émission 13H15 diffusé en 2017 sur France 2, deux acteurs majeurs de la mission Apollo XII revenaient sur l’événement, le directeur de vol et Alan Bean, astronaute d'Apollo XII.

"Le lanceur semblait réagir normalement mais dans la capsule, le gyroscope n'arrêtait pas de partir en vrille. Alors qu'est ce qu'on fait maintenant ? On a eu un gros éclair qui nous a frappé alors qu'est ce qu'on fait ? Une fois sur orbite, on a tout passé en revue dans le vaisseau. On a finit par conclure que tout ce qu'on pouvait voir avait l'air de marcher. Maintenant, il était possible que le circuit contrôlant le déclenchement des parachutes à la descente ait été endommagé mais on avait aucun moyen de le savoir. On s'est alors tous regardé en se demandant si on rentrait sur terre ou si on allait sur la lune. Il n'y avait aucune raison de ne pas pousser jusqu'à la lune."

                                                                                                                                 Le directeur de vol

"Le type qui a sauvé la mission, c'est le commandant Pete Conrad. C'est lui qui a décidé si il fallait ou pas actionner le levier d’éjection qui avorterait la mission si la fusée sortait de sa course. Au vu des instruments dont nous disposions, on était en train de sortir de notre course. Si la fusée commence à infléchir la trajectoire, tout craque et ça se termine en grosse boule de feu. Donc si Pete Conrad s'était fié à ces instruments, il aurait mis fin à la mission mais il ne l'a pas fait."

                                                                                                                                Alan Bean, astronaute

Finalement, l'équipage atteint la lune le 19 novembre 1969 à quelques dizaines de mètres seulement de Surveyor 3. A son retour le 24 novembre, les trois hommes ont ramené 34 kilos de roches. "C'était peut-être un petit pas pour Neil mais c'en est un grand pour moi" a déclaré Pete Conrad.

Rédaction Ina le 12/11/2019 à 16:58. Dernière mise à jour le 12/11/2019 à 17:09.
Histoire et conflits