Peter Fonda, l'acteur du film Easy Rider est mort le 16 août. En 1967, cette icône de la contre-culture américaine venait présenter son film The wild angels, sur les blousons noirs, à Paris. Près de Notre-Dame, il allait rencontrer un blouson noir parisien et dialoguer avec lui à bâtons rompus.

..."Je peins, j'écris de la musique, j'écris beaucoup de poèmes. J'écris des scénarii. Je suis acteur. Je souhaite devenir metteur en scène :"when I know enough" (quand j'en saurais assez)."

Ce 30 mars 1967, l’acteur américain est en pleine promotion du film Les anges sauvages (The Wild Angels) de Roger Corman. L'interview se déroule dans le quartier de Notre-Dame et débute par un dialogue entre Peter Fonda et un vieil homme qui visiblement n'apprécie pas le sujet du film : "Très mauvais, très mauvais. Je pense que c'est pernicieux, que c'est une incitation à la violence déchaînée… il n'y a plus le respect de rien..."

Parmi le petit groupe de curieux massés autour de l'acteur se trouve justement un blouson noir français. Il demande au journaliste de traduire sa question :

"Vous pouvez lui demander s'il y a une différence entre les blousons noirs français et les blousons noirs américains, et s'il connait des blousons noirs américains ?"

Peter Fonda tente d'expliquer la différence entre ces deux types de blousons noirs. Des groupes qu'il qualifie de beaucoup plus violents aux USA : "leur moto, c'est tout pour eux. En France, ce sont plutôt des groupes nomades qui bougent et qui ne sont pas violents... il doit comprendre qu'en Californie, vous avez 200 motards qui arrivent dans une ville et qui fichent tout en l'air..."

Le jeune blouson noir français, pas vraiment convaincu, ajoute ensuite : "Pouvez-vous me dire comment serait le contact entre la vedette du film et nous, les blousons de France ? Question bagarre, par exemple, je serais curieux de voir ça?"

Peter Fonda semble penser que les Français ne feraient pas le poids contre les Angels américains mais le jeune Français assure que beaucoup de blousons noirs pratiquent le karaté… ce qui fait plutôt rire le jeune américain qui esquive avec diplomatie : "Je m'arrange toujours pour avoir des contacts avec n'importe qui."

Puis Peter Fonda, pantalon de cuir noir, veste sombre et grosse lunettes sur le nez flâne dans les rues, escalade les voitures mal garées et achève son périple parisien sur les quais des bouquinistes. Il dresse ainsi son auto-portrait : "Je peins, j'écris de la musique, j'écris beaucoup de poèmes. J'écris des scénarii. Je suis acteur. Je souhaite devenir metteur en scène :"when I know enough" (quand j'en saurais assez)" déclare-t-il en imitant la petite voix de Marilyn Monroe...

Pour aller plus loin

fonda620

Peter Fonda dans les Rendez-vous du dimanche. Interview sur le film L'Homme des frontières. (25 novembre 1979)

Plus de contenus sur les blousons noirs

Rédaction Ina le 19/08/2019 à 10:33. Dernière mise à jour le 19/08/2019 à 12:03.
Art et Culture Cinéma