Paroles d'enfant… En avril 1965 dans l'émission Dim Dam Dom, l'écrivaine Marguerite Duras s'entretenait avec le petit François, sept ans, sur sa perception du réel et de l'imaginaire, notamment à travers la lecture et la télévision. Un dialogue étonnant !

Ce magazine féminin des années 60 changeait des émissions proposées aux "ménagères" de cette époque. Impertinente, décalée, audacieuse, à la réalisation incroyablement moderne, l'émission proposait aux femmes de s'émanciper, du moins en pensée. Elle allait devenir culte. Diffusée sur la deuxième chaîne de l’ORTF du 7 mars 1965 jusqu'en 1970, Dim Dam Dom était empreint de jeunesse et de légèreté. Ce magazine, au ton féminin résolument libéré était animé par Daisy de Galard. Mais de nombreuses "guest stars" venaient pimenter la programmation, à l'image de l'auteure Marguerite Duras, transformée le temps d'une séquence en journaliste jeunesse. En ce mois d'avril 1965, l'auteure de L'amant ou de Barrage contre le Pacifique, s'entretient avec le petit François.

Nos sociétés abandonnent de plus en plus le réel pour se fondre dans le virtuel. Les enfants ultra connectés d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec ceux des années 60, à l'image de ce petit garçon, passionné de lecture et apte à tenir une conversation quasi "métaphysique" avec une Marguerite Duras, très étonnée des réponses de son jeune interlocuteur. A l'époque, la télé commence lentement à envahir les foyers et l'auteure s'attend sans doute à trouver un gamin captivé par les images qu'il découvre sur le petit écran. Mais le dialogue qui suit a de quoi l'étonner et nous étonner encore aujourd'hui... car le garçonnet fait preuve d'un esprit d'indépendance et de liberté plutôt inédit pour son jeune âge.

- Qu'est-ce que tu préfères ? Lire une histoire ou la voir à la télévision ?

- Lire une histoire.

- Tu préfères lire ? Pourquoi ?

- Parce qu'on lit soit même.

- Et quand on regarde la télévision ?

- C'est pas nous qui lisons… c'est le monsieur qui parle à la télévision ou la dame ou l'enfant.

- Et quand ta maman te raconte une histoire ?

- C'est pas soi qui parle aussi. C'est notre mère qui parle, alors c'est quand même peut-être intéressant.

- Qu'est-ce que tu préfères ? Les choses qui existent ou qui n'existent pas ?

Sans hésitation Français répond : 

- "Les choses qui existent. Parce que c'est très joli."

Lorsque Marguerite Duras l'interroge sur le programme jeunesse Bonsoir les petits (Nounours), François rétorque avec une moue, à la limite du dégoût : "Oui, mais c'est pas vrai ! Et il détaille ce qui est vrai ou non dans l'émission.

François réaffirme avec conviction que ce qu'il préfère c'est lire mais aussi écrire : "Lire et écrire c'est pareil." Ce qui interpelle l'auteure : "Tu trouves ?"

Pour l'enfant écrire est un acte concret, donc réel. Et comme écrire est réel, lire, c'est être dan le réel.

- "Oui, parce qu'un écrivain écrit un livre. Et on écrit nous aussi. Les poésies, c'est pareil que les livres. Des fois, y'a des fables dans les livres. J'apprendrai bientôt à écrire des fables".

Finalement, le gamin reconnait que qu'il apparaîtra à la télévision, ce sera une image "vraie" de lui mais il nuance quand même avec un sourire entendu : "Oui mais plus petite"… donc pas vraiment vraie…

Pour aller plus loin

Voir la vidéo intégrale du dialogue entre François et Marguerite Duras.

Florence Dartois

Rédaction Ina le 31/07/2019 à 16:47. Dernière mise à jour le 28/02/2020 à 16:53.
Economie et société