L'utilisation des animaux sauvages dans les cirques est l'une des autres propositions défendue par le groupe Ecologie Démocratie Solidarité sur "les conditions de vie des animaux", ce jeudi à l'Assemblée. Retour sur une profession amenée à disparaître, celle de dompteur de félins. Portrait de Jim Frey et de son tigre Jupiter.

Ce 16 juillet 1959, dans le cadre de l'émission Entrez dans la cage, Léon Zitrone propose aux téléspectateurs de découvrir une profession des plus dangereuses, celle de dompteur. Au parc des expositions de la porte de Versailles, le journaliste rencontre Jim Frey, célèbre dresseur de fauves de l'époque. Le reportage est plus particulièrement consacré au dressage des tigres.

D'entrée de jeu, Léon Zitrone nous entraîne dans les pattes de Jupiter. Sous ce nom divin se cache un tigre féroce arrivé depuis peu dans le cirque. A charge au dresseur de l'amadouer et de le dresser à réaliser quelques numéros destinés à impressionner le public. Nous suivons l'entraînement du carnassier. Jupiter découvre la piste et ses nouveaux jeux pour la première fois. Derrière les barreaux qui ceinturent son ère de jeu, le dompteur tente de calmer l'animal peu habitué aux projecteurs et encore moins aux caméras...

Tandis que Jupiter se familiarise avec son nouvel environnement et ses accessoires, Jim Frey l'encourage "voilà mon fils ! Du calme, allons, allons. Voilà mon fils… Jupiter mon petit… Bonne bête." Car oui, pour amadouer le tigre, le dompteur manie un langage tout en douceur. Jupiter doit trouver ses marques, pour à son tour, séduire le public qui ne manquera pas de venir l'applaudir lors du prochain show.

jupiter620

Léon Zitrone semble inquiet face à cette masse de poils, "mais il a l'air agressif encore Jupiter et il vaut mieux, pendant quelques jours encore, reprendre le dialogue à travers les barreaux de la cage."

Nous retrouvons le tigre  quelques temps plus tard, désormais habitué à l'homme, "Jupiter entre dans la cage seul…"

La nourriture fait partie intégrante de l'éducation du félin. Jim Frey explique à Léon Zitrone, tout en préparant le repas de Jupiter, qu'il va bientôt pouvoir entrer dans la cage avec lui. Son repas se compose d'une dizaine de kilos par jour de viande exclusivement, "du cheval de préférence". Soit un budget conséquent de "deux mille francs par jours et par tête…".

Le dresseur précise un point important du dressage, "il faut qu'un dresseur coupe la viande lui-même pour l'imbiber de ses effluves… il aura l'impression qu'il y a un contact entre la viande et moi". Léon Zitrone lui demande candidement, "alors vous allez le gaver avant d'aller travailler ?", le dresseur se porte en faux, "Surtout pas ! Surtout pas ! Un tigre ou un fauve quelconque ne travaille qu'à jeun. Je lui donnerai sa part journalière de viande au bout d'un bâton dans la cage, au travail…"

Visiblement un peu fébrile, Zitrone demande au dresseur qui s'apprête à rentrer dans la cage pour la première fois, "alors Jim, c'est le moment là ?", tandis qu'il installe autour de sa ceinture, dans un torchon, la ration de viande. Jim se munit de ses "accessoires de défense et d'attaque", sorte de pics et de bâtons destinés à tenir l'animal à distance. Léon Zitrone poursuit, "je ne vous dis pas bonne chance, ça ne se fait pas mais le cœur y est vraiment…" et Jim entre dans la cage…

A partir de ce moment, c'est Martha la Corse, la partenaire de Jim, qui commente la scène en compagnie de Léon Zitrone. Le but, en déposant de la viande sur un tabouret est d'apprendre au tigre à monter dessus jusqu'à ce qu'il le fasse sans qu'il y ait besoin de déposer sa ration, "et s'il ne veut pas, nous recommençons toujours à la viande…"

Jupiter semble avoir un autre pla, comme bondir sur le dresseur, un collègue l'avertit en hurlant "attention Jim, attention…", la tension est extrême et Martha également inquiète, explique qu'il est "cabochard" ce Jupiter. Elle décrit la méthode que va utiliser Jim "il faut être gentil…". Cette méthode consistant de fait à affamer le tigre, "on le laisse sans viande pendant une journée…" et à lui donner la viande piquée sur un bâton pour l'inciter à monter finalement "sur le tabouret plus facilement. Nous lui donnons le morceau de viande comme récompense. Au bout de quelques jours nous lui donnons un autre exercice… passer sur la planche…"

Mais rien n'est gagné et Martha concède, "c'est parce qu'il est intelligent qu'il comprend ce qu'on veut lui faire faire, et c'est justement parce qu'il est intelligent qu'il ne veut pas le faire !" Un esprit de contradiction qu'elle déclare ne pas retrouver chez les lions, "pas intelligents comme les tigres. Celui-là, Jupiter, est très intelligent, il y en a qui le sont moins…"

Dans la cage, Jupiter s'énerve et le collègue de Jim lui hurle à nouveau, "allez casse-toi, vite, vite, ça presse…", le face à face entre l'homme et le félin s'intensifie, la tension monte. "Il est sur toi, met-toi de l'autre côté, vite", le suspense est à son comble.

Après avoir réussi son exercice, il est temps pour Jupiter de regagner sa cage et pour Jim de souffler un peu…

Quid de l'actu ?

Le 1er juillet 2020, des députées LREM ont déposé une proposition de loi sur le bien-être des animaux. Emmenées par l'élue de l'Essonne Laetitia Romeiro-Dias, sept "marcheuses" dont Aurore Bergé, Laurianne Rossi ou Corinne Vignon, figurent parmi les premières signataires de cette proposition "relative à l'amélioration de la condition animale et à la lutte contre la maltraitance". L'un des points de ce texte vise évoluer vers des cirques sans animaux avec l'interdiction d'acquérir, de posséder, et la détenir des espèces sauvages à compter du 1er janvier 2026. Ce texte prévoit dès à présent d'interdire les spectacles utilisant des ours ou des loups.

Plusieurs maires (plus de 400) ont d’ores-et-déjà décidé d'interdire sur leur commune des cirques avec des animaux sauvages, à l'instar de Benoît Payan, à Marseille, qui s'est engagé lors de sa campagne à prendre un arrêté pour interdire leur présence à Marseille. Néanmoins, la loi n'étant pas encore passée, certaines villes ont été sanctionnées pour avoir refusé à des cirques une autorisation d'occuper l'espace public.

Pour aller plus loin

D'autres extraits du reportage Entrez dans la cage

Jim Frey, célèbre dresseur de fauves a passé 42 années à dresser des animaux sauvages, notamment des tigres. Blessé lui-même une vingtaine de fois dont deux sérieusement, son assistante Martha la Corse a été également blessée plus de trente fois. Il explique les conditions dans lesquelles la plupart du temps se déroulent ces accidents.  (16 juillet 1959) 

Jim Frey présente ses tigres, dont le dernier arrivé, Jupiter, un tigre sibérien en provenance de Hong Kong. Il est arrivé par avion et connait peu son caractère, "il est gourmand et aime bien manger, Il est suffisamment agressif…"

Un autre dresseur célèbre… Gilbert Houcke

Actualités Françaises : au cirque d'hiver en 1952.

Au cirque Bouglione. "Etre dompteur n'est pas un métier. C'est la joie, le plaisir d'être avec les bêtes… la patience, l'amour pour les bêtes, la douceur". "J'ai peur, il m'arrive souvent d'avoir très peur, un dompteur doit être conscient de ce qu'il fait…" (30 décembre 1965)  

JT 20H : le dompteur Gilbert Houcke. Scènes de son numéro et interview du dompteur après une de ses prestations au cirque. "Ce qui est important c'est de me faire comprendre de mes bêtes mais que je me mette à leur niveau… un tigre parmi les tigres. Dompteur, c'est bien loin de moi et de ce que je fais avec mes bêtes. Je veux qu'elles se sentent bien… la cage, c'est le jardin d'enfants, la récréation… où ils s'amusent…"  (24 mars 1970)

La pépite

Gala de l'Union : Juliette Greco dans un numéro de dompteur. Juliette Greco exécute un numéro de dressage de tigre et n'en mène pas large. Visages tendus dans la cage et dans le public où se trouve Michel Piccoli. Après sa prestation, soulagée, elle rejoint l'acteur, son époux à la ville, et lui donne un baiser. (5 juin 1971)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 28/07/2020 à 14:27. Dernière mise à jour le 08/10/2020 à 10:13.
Economie et société Divertissement