France 3 diffuse aujourd'hui en début d'après-midi, Voici le temps des assassins, un film de Julien Duvivier avec Jean Gabin et Danièle Delorme. En 1958, l'actrice évoquait ce rôle marquant du début de sa carrière et son partenaire Jean Gabin.

En avril 1956, sortait un film psychologique, très sombre, réalisé par Julien Duvivier. En tête de la distribution Jean Gabin. Il joue un restaurateur du quartier des Halles, qui accueille une jeune femme, jouée par Danièle Delorme, qui lui assure être la fille de Gabrielle, son ancienne épouse qu'il avait quittée vingt ans plus tôt, depuis défunte...

Deux ans après sa sortie, dans l'émission Gros plan, Danièle Delorme évoquait cette expérience avec un bonheur ému : "un beau matin, on vous téléphone et un metteur en scène, qui a sous le bras un merveilleux scénario, avec un très beau rôle et dans sa poche un contrat pour un grand acteur. Le partenaire de vous rêve. Vous téléphone et vous dit  :"voulez-vous tourner avec moi ? A ce moment-là, vous ne pouvez pas savoir comme on a le cœur léger en répondant oui. Il n'y a plus de problème. Toute question de choix est terminée. On dit oui parce que cela correspond à tout ce qu'on aime. C'est un peu ce qui m'est arrivé en tournant "Voici le temps des assassins". J'avais toujours rêvé de tourner avec Jean Gabin."

L'actrice poursuit son évocation du film en abordant son rôle difficile et le duo qu'elle forma avec son prestigieux partenaire.

Pas facile de jouer un personnage dur "à la méchanceté effarante" qui, elle le reconnait volontiers, l'a effrayé au début du tournage, "mais on tourne une histoire que l'on doit servir" concède-t-elle. Quant à Jean Gabin, lui aussi avait de quoi l'impressionner : "quand on tourne avec quelqu'un comme lui, c'est assez étonnant, on a  l'impression que c'est tout simple, que ce qu'il fait, c'est comme ça. Qu'il n'y a pas à le faire autrement et puis qu'on a plus qu'à répondre. Que l'art de jouer, qui nous semble si difficile, qui nous pose tant de problèmes, tout d'un coup, ça devient limpide ! Simple. Clair. Il n'y a plus qu'à répondre. C'est faux ! Parce que l'on s'aperçoit, quand on joue à côté de lui, que c'est toujours juste un petit peu plus faux, un petit peu moins vrai que lui. C'est une bonne leçon, mais c'est aussi un peu démoralisant, parce qu'on n'y arrive pas !"

Pour aller plus loin à propos du film

Avant-premières : émission du 8 avril 1956. Interviews de Julier Duvivier et Danièle Delorme. Le choix du titre Voici le temps des assassins, emprunté à Rimbaud. Un film dur, "C'est l'étude d'un caractère violent." Ce caractère, c'est celui de Catherine, joué par Danièle Delorme qui définit son personnage "à la passivité apparente, mais en réalité violente et dense". (Audio, 8 avril 1956)

Julien Duvivier prépare son prochain film : Voici le temps des assassins. Le réalisateur est interviewé sur une plage du Midi, où il évoque son prochain film, dans lequel jouera Jean Gabin. Un film psychologique. Il travaille sur le scénario avec Maurice Bessy et Charles Dorat. Il ne sait pas encore si le film se tournera en couleur ou pas. Il explique ce qu'il pense de la technique du "panoramique" qui ne s'impose pas toujours. Le tournage est prévu à partir de décembre 1955. (Audio, 18 août 1955)

Rédaction Ina le 03/06/2020 à 16:18. Dernière mise à jour le 03/06/2020 à 16:24.
Art et Culture Cinéma