Le 12 décembre 1913, La Joconde est retrouvée en Italie. Deux ans plus tôt, elle avait été volée au Musée du Louvre ! Guillaume Apollinaire et Pablo Picasso seront suspectés avant d'être innocentés. Mais qui a bien pu dérober Mona Lisa ?

22 Août 1911, Musée du Louvre, Paris. Le peintre Louis Béroud s'apprête à réaliser un croquis de Mona Lisa. Mais à la place, il n'y trouve qu'un grand vide. La Joconde a été volée !

A ses débuts, l'affaire n'est pas prise au sérieux. Beaucoup pense que c'est l'oeuvre d'un journaliste qui a voulu faire parler de lui. Le tableau se trouverait toujours au sein du musée. Dans ce reportage de France 2, diffusé en 2011, Jérôme Coignard, journaliste, raconte : "La première hypothèse est celle d'une plaisanterie d'un journaliste qui voulait attirer l'attention du public sur le fait que le Louvre est très mal gardé." Mais très vite, le criminologue Alphonse Bertillon est envoyé sur place et découvre une empreinte de pouce sur la vitre abandonnée. Comparée aux 257 personnes travaillant au Louvre, le résultat ne donne rien. L'affaire prend une ampleur considérable et le tableau commence alors à acquérir une renommée mondiale.

A la veille de la Première Guerre mondiale, les tensions franco-allemandes sont reléguées au second plan face au vol de La Joconde. Guillaume Apollinaire et Pablo Picasso sont suspectés, interrogés, mais finalement innocentés. Et Mona Lisa est toujours introuvable...

En 1961, Monsieur Ballyot, le directeur adjoint de la police judiciaire de Paris, raconte le vol de La Joconde sur France II Régionale. Passionné par l'affaire, il explique : "L'affaire a fait un bruit formidable. [...] Pendant plusieurs années, aucun résultat n'a été obtenu suite au vol du tableau. [...] Puis un jour, un antiquaire en Italie a reçu la visite d'un peintre en bâtiment qui est venu lui proposer un tableau. Et ce tableau, c'était La Joconde !" Ce peintre en bâtiment italien s'appelle Vincenzo Peruggia et il a participé aux travaux de mise sous verre des œuvres les plus importantes du musée. Conservée pendant deux ans dans sa chambre à Paris puis en Italie, la toile revient finalement en 1914 au Musée du Louvre.

jocondeune

La Une du Petit Parisien

Condamné à dix-huit mois de prison, Vincenzo Peruggia aurait agi par patriotisme. Le tableau ne sera plus jamais volé depuis.

Rédaction Ina le 20/08/2018 à 10:59. Dernière mise à jour le 12/12/2018 à 16:15.
Art et Culture