Cet accord international visait à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ratifié par 141 pays en 1997, seules 38 nations acceptaient finalement de l'appliquer en 2005.

Le jour de sa mise en application l'édition nationale du 12-14 de France 3 consacre un sujet aux enjeux de cet accord.

La journaliste résumait ainsi le contexte de l'accord : "Avec l'entrée en vigueur aujourd'hui du protocole de Kyoto, 34 pays industriels, mais pas les Etats-Unis, sont désormais tenus légalement de réduire d'ici 2012 leurs rejets de gaz à l'origine du changement climatique. Il s'agit essentiellement du Japon, de l'UE, du Canada et de la Russie. Le protocole a été adopté le 11 décembre 1997. La communauté s'engage à réduire ses émissions de gaz à effets de serre d'un montant précis pour prévenir les effets du réchauffement climatique annoncé."

Elle dresse ensuite le panorama des effets déjà visibles à l'époque du réchauffement climatique : "De fait, la fonte des banquises a déjà commencé et menace d'extinction l'ours blanc. Les courants marins ne régulent déjà plus le climat comme auparavant. Et si rien n'est fait le niveau de la mer s'élèverait de 5 mètres d'ici la fin du siècle. Responsable : la pollution des pays industriels. Les pays pauvres seraient les plus touchés à cause d'une sécheresse endémique. 34 pays industriels sont tenus de réduire d'ici 2012 leur rejet de gaz à effet de serre."

Laetitia de Marez, chargée de la Mission climat à Greenpeace est pessimiste sur l'application de l'accord : "On peut douter de l'efficacité de ce protocole parce que le plus gros émetteur mondial, que sont les Etats-Unis, sont encore absents de ce protocole et restent obstinément isolés par rapport à la communauté internationale sur le dossier du climat."

Le commentaire conclut : "Pour réduire ses émissions d'au moins 8% en 2012, l'Union Européenne doit encore réduire la place de l'automobile, et économiser l'énergie sous toutes ses formes sauf nucléaire. Pour cela, chacun de nous doit se responsabiliser."

Une subtilité de l'accord : le droit à polluer...

Dans le même journal, le sujet suivant évoque la mise en place par l'Europe d'un marché du "droit à polluer" : les entreprises qui émettent beaucoup de CO2 peuvent racheter à celles qui en émettent moins des quotas de pollution. Une manière habile de contourner l'accord.

C'est la principale mesure concrète issue du protocole de Kyoto : "Les 25 pays de l'Union ont décidé, au début de l'année, de mettre en place ces prochaines semaines une bourse du gaz carbonique (C02) afin de respecter leurs engagements environnementaux. L'UE doit réduire de 8 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2012 au plus tard. Plutôt que de taxer les entreprises polluantes ou de les contraindre par la loi, les 25 ont décidé de s'en remettre à la régulation du marché."

Claude Jeandron, directeur adjoint développement durable à EDF, justifie la mise en place de ce système : "Il se peut qu'on soit acheteur de quotas, notamment si une année il y a peu de pluie ou de neige, la production hydraulique s'en ressent et à ce moment-là… une année comme ça, il se peut qu'on dépasse les quotas alloués de CO2."

La France qui émet relativement peu de CO2, notamment grâce au nucléaire a émis des quotas très généreux, ce qui déçoit les associations écologiques comme le déplore Edouard Toulouse, responsable du programme changement climatique à WWF : "Si on veut que ce système soit efficace, il faut que ce système ne soit pas trop laxiste et soit suffisamment contraignant pour inciter les industriels à innover, à développer des industries plus propres. Malheureusement, en donnant trop de quotas aux industriels, on leur permet de polluer beaucoup."

La journaliste conclut par ce constat : "Prochaine étape en 2008, limiter la pollution en CO2 de l'automobile et du transport aérien et maritime. En France, le secteur des transports est responsable de près d'un tiers des émissions de gaz à effets de serre."

kyoto620

Pour aller plus loin

20 heures le journal : Accord Kyoto, explication et utilité. Le protocole de Kyoto visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à l'origine en partie du réchauffement de la planète, entre en vigueur aujourd'hui. Des explications sur l'utilité de ce protocole sur images d'archives, infographie, images d'illustration et télé-trottoir. (16 février 2005)

20 heures le journal : Kyoto au quotidien. Les gestes quotidiens pour éviter de trop rejeter de gaz carbonique dans l'atmosphère. Explications sur images d'illustrations et infographie. (16 février 2005)

20 heures de France 2 : ouverture conférence Kyoto. Ouverture du Sommet de la Terre à Kyoto réunissant les représentants de 165 Etats. Ils vont négocier jusqu'au 10 décembre pour parvenir à un protocole sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.  (1er décembre 1997)

Le protocole de Tokyo (article, 2015)

Inter treize quatorze : accords de Kyoto ratifiés par 141 pays : un premier pas. Le protocole d'accord de Kyoto, ratifié par 141 pays entre en vigueur. Nathalie Fontrel donne quelques explications sur cet accord et sur les conséquences que cela aura sur le climat. (Audio, 16 février 2005)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 13/02/2020 à 17:41. Dernière mise à jour le 17/02/2020 à 17:17.
Economie et société Environnement et urbanisme