Ce 2 juin, à l'appel du collectif "Vérité et justice pour Adama", 20 000 personnes ont manifesté devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. Ce collectif réclame un procès pour déterminer les circonstances de la mort d'Adama Traoré, 24 ans, décédé le 19 juillet 2016, peu de temps après son interpellation. Ce collectif  manifestait déjà à Paris en juillet 2016 avec le même motif.

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré, un jeune homme de 24 ans, décédait après son interpellation, le jour de son anniversaire. Rapidement l'affaire prenait une ampleur médiatique après que la famille ait déposé plainte pour suspicion d'homicide involontaire et que sa sœur ait créé le collectif "Vérité et Justice pour Adama".

Qu’est-ce qui a provoqué la mort d’Adama Traoré le 19 juillet 2016, dans la caserne de Persan, environ deux heures après son arrestation dans sa ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) ? Serait-ce la manière dont il a été interpellé et plaqué au sol, provoquant ainsi une asphyxie ? Ou son décès serait-il dû à ses antécédents médicaux ou une maladie rare ? Rapidement la famille réclame que la lumière soit faite sur les circonstances de l'interpellation. Plusieurs plaintes sont déposées pour suspicion d'homicide involontaire, de supposées entraves à l'enquête et non-assistance à personne en danger.

"Aujourd'hui, nous on veut la vérité. Qui sont les coupables et qu'ils aillent en prison."

Dans les jours qui suivent l'annonce du décès, sa sœur, Assa Traoré, fonde le mouvement "Vérité et justice pour Adama", qu'elle qualifie alors de "antiraciste et de lutte contre les violences policières".

Une première marche blanche se déroule à Beaumont-sur-Oise, le 22 juillet 2016, puis une seconde à Paris, le 30 juillet 2016, à l'initiative de la famille. Mais pour leur seconde marche dans le quartier de la Gare du Nord, près de 1500 manifestants se retrouvent encerclés par des forces de polices conséquentes. Ce reportage du Parisien Libéré est filmé alors que le cortège de 1500 personnes est bloqué depuis plus d'une heure sans pouvoir quitter les lieux. Sur place, un service d'ordre organisé par des amis de la famille tente de maintenir le calme.  

Devant les caméras, Assa Traoré, la sœur de la victime s'insurge, "nos droits sont bafoués ! Est-ce que la justice va aussi bafouer son travail ?  Ils se sont mis à trois sur mon frère Adama. Vous imaginez ? Une personne porter 240 kilos sur soi ? Elle définit ensuite l'objectif de ce mouvement : "Aujourd'hui, nous on veut la vérité. Qui sont les coupables et qu'ils aillent en prison."

"Nous sommes des Noirs, nous sommes des Blancs ! Nous sommes tous pareils ! Liberté !"

Alors que la police les encercle prétextant que le cortège était trop large, un des membres du cordon de sécurité, Sami, un ami de la famille, précise : "on nous a enfermé sur 100 mètres ! Il y a 1500 personnes concentrées sur 100 mètres ! On ne peut ni avancer, ni reculer. Ces jeunes-là essayent de calmer la foule mais pendant combien de temps on ne sait pas ? On n'est pas là pour se battre. Là, ça ne pète pas. C'est bien contrôlé par les jeunes du quartier qui connaissent la famille et qui respectent leur volonté que cela se passe dans de bonnes conditions. On essaye de tenir".

La manifestation est pacifique, les images nous montrent une femme fait face aux forces de l'ordre un bouquet de fleurs blanches à la main, son slogan humaniste résonne sur l'asphalte : "Libérez-nous ! Justice ! Liberté ! Justice ! Nous sommes des Noirs, nous sommes des Blancs ! Nous sommes tous pareils ! Liberté !"

traore620

Les trois gendarmes responsables de l’arrestation ont été placés sous le statut intermédiaire de témoin assisté. Depuis, défense et famille se livrent une bataille juridico-médicale.

Depuis 2016, les expertises contradictoires se sont succédées jetant le trouble sur la procédure. La semaine dernière, une dernière expertise judiciaire, ordonnée par les juges d’instruction, écartait la responsabilité des gendarmes auteurs de l'interpellation. Mais ce mardi 2 juin 2020, la famille d’Adama Traoré a dévoilé les résultats d’une contre-expertise effectuée à sa demande par un professeur de médecine parisien. Ses conclusions sont catégoriques et inverses à celles rendues la semaine précédente : "Le décès fait suite à un syndrome asphyxique. Le syndrome asphyxique fait suite à un œdème cardiogénique qui  fait suite à une asphyxie positionnelle induite par le plaquage ventral", conclut l'expert.

A la suite de ce résultat, le collectif avait appelé à se rassembler devant le Tribunal de Grande Instance pour réclamer la même requête qu'en 2016 "justice pour Adama", le slogan crié par la foule venue au rendez-vous porte de Clichy à Paris. Selon la police, plus de 20 000 personnes ont participé à ce défilé non autorisé.

Pour aller plus loin

Expertises et contre-expertises

Grand Soir 3 : Beaumont-sur-Oise : décès d'Adama Traoré, autopsie. A Beaumont-sur-Oise, le compte rendu de l'autopsie d'Adama Traoré, jeune homme de 24 ans décédé au cours d'une interpellation dans le quartier Boyenval, écarte l'hypothèse d'une bavure des gendarmes. (21 juillet 2016)

12/13 Edition Paris Ile-de-France : non responsabilité des gendarmes suite à la mort du jeune Adama Traoré. L'autopsie pratiquée sur le corps du jeune Adama Traoré, décédé après son interpellation, a écarté la responsabilité des forces de l'ordre. (22 juillet 2016) 

19/20 Edition Paris Ile-de-France : contre-expertise après autopsie. d'Adama Traoré. La famille d'Adama Traoré a demandé une contre-expertise après les premières remarques concernant l'autopsie d'Adama. Personne ne croit à la thèse officielle, selon laquelle le jeune homme souffrait d'une grave infection. Les résultats ont été révélés ce matin par l'avocat de la famille, les experts n'ont trouvé aucune infection. La famille va demander une 3ème expertise et lance un nouvel appel au calme, car plusieurs actes de vandalisme ont eu lieu la semaine dernière à Beaumont et dans plusieurs villes de l'Oise. (28 juillet 2016) 

19/20 Edition Paris Ile-de-France : nouvelles révélations sur l'affaire Adama Traoré. Six mois après la mort d'Adama Traoré dans le Val d'Oise, ses proches sont persuadés qu'il y a eu non-assistance à personne en danger. En cause, des extraits de conversation entre les secours le jour du drame. Les gendarmes eux, réfutent cette version. (6 février 2017) 

12/13 Edition nationale de F3 : Adama Traoré nouvelle expertise. C'est une nouvelle étape majeure dans le combat de la famille d'Adama Traoré, pour faire éclater la vérité, concernant les circonstances de la mort du jeune homme, lors de son interpellation, il y un an maintenant... Adama Traoré est bien mort par asphyxie... Et il n'avait pas de lésions d'allure infectieuses... lésions mentionnées dans l'autopsie et mises en avant par les autorités à l'époque. (5 juillet 2017)

19/20 Edition Paris Ile-de-France : la famille Traoré dénonce la lenteur de la justice. Plusieurs milliers de personnes ont participé cet après-midi à une marche entre Persan et Beaumont sur Oise, en hommage à Adama Traoré. La famille s'impatiente et dénonce la lenteur de la justice. Une quatrième expertise médicale vient d'être reportée fin septembre. Les trois premiers rapports ont conclu à une mort par asphyxie, sans en déterminer les causes. Deux ans après les faits, les trois gendarmes mis en cause n'ont toujours pas été entendus dans le cadre de l'instruction. (21 juillet 2018)

19/20 Edition Paris Ile-de-France : Adama Traoré : révélations de l'expertise médicale. Des antécédents médicaux, un stress et un effort intenses : voilà ce qui aurait provoqué la mort d'Adama Traoré selon un nouveau rapport médicolégal. Les experts estiment que les gendarmes ne sont pour rien dans sa mort. (2 octobre 2018) 

12/13 Edition nationale F3 : Adama Traoré, nouvelle expertise. Adama Traoré... Ce nom revient aujourd'hui dans l'actualité... Avec une nouvelle expertise médicale privée qui pourrait relancer l'enquête sur la mort du jeune homme lors d'une intervention des gendarmes à Beaumont-sur-Oise... dans le Val d'Oise. (13 septembre 2019) 

19/20 Edition nationale : Adama Traoré : bataille d'experts pour expliquer le drame. Reportage consacré à la bataille d'experts autour du décès d'Adama Traoré. A deux jours de la clôture de l'instruction un nouveau rapport médical vient d'être versé au dossier, selon lequel le jeune homme de 24 ans serait décédé des suites de son interpellation musclée et non de pathologies antérieures comme l'avait avancé d'autres expertises judiciaires. Cette dernière expertise a été réalisée par quatre spécialistes des maladies dont souffrait l'homme. Aujourd'hui les avocats des gendarmes remettent en doute le nouveau rapport. (13 septembre 2019)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 03/06/2020 à 14:21. Dernière mise à jour le 04/06/2020 à 17:42.
Economie et société Justice et faits divers