SOS îles fragiles - Audio Ina.fr

SOS îles fragiles

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

SOS îles fragiles

Le pays d'ici

audio 08 déc. 1988 265 vues 49min 29s

"S.O.S. ILES fragiles"Troisième partie d'une série de quatre documentaires consacrés aux îles vendéennes. A L'île d'Yeu et à l'Ile de Noirmoutier, le tourisme est devenu la première activité économique mais aussi un danger qui menace les îles. Au fil des entretiens, nous découvrons les différents paysages, la faune, la flore et prenons conscience des dangers qu'encourent ces deux îles vendéennes des suites de l'invasion touristique et par voix de conséquence des promoteurs. L'enjeu est de taille, il s'agit de protéger l'environnement et le patrimoine tout en préservant l'économie touristique et tenter de diversifier l'économie en se tournant vers les activités aquacoles.Laurence BLOCH donne la parole non seulement à ceux qui aiment leur île mais aussi à ceux qui la connaissent bien et qui souhaitent en prendre soin.Pour suivre ce débat, elle s'est entourée de Sylvaine LECLERE (géographe), de Claude BUGEON (auteur et éditeur), de Hubert MAHEUX et Eric COUTUREAU (de la DRAC Nantes et auteurs), de Jean DEGORCE (maître d'oeuvre à L'île d'Yeu), Jean BODIN (agriculteur et ostréiculteur et président de l'Association Vivre l'île 12 sur 12), Daniel RICHARD (architecte et membre de l'Association Vivre l'île 12 sur 12) ainsi que des îliens : Philippe RIVET (?), René et Paul GANACHAUD. - 1'50 : Philippe RIVET (?) décrit les différents paysages de l'Ile de Noirmoutier, le climat venteux et les dangers de la mer. Il aborde quelques points de l'histoire de l'île et la violence de la mer qui la ronge peu à peu, il commente les moyens de lutte contre cette érosion marine. - 7'46 : Sylvaine LECLERE (géographe) confirme le danger de l'assaut de la mer. Elle développe les différentes techniques existantes. Elle détaille les différents sites sensibles de l'île et la complexité de la situation dû à la multiplicité des activités. Entre autres dangers, elle cite les pins maritimes qui dépérissent et l'envasement dans différentes baies dû à l'aquaculture. - 12'20 : Claude BUGEON (auteur de "Tout sur L'île d'Yeu" aux éditions du Nadir et éditeur) nous fait découvrir une Ile d'Yeu plus théâtrale que Noirmoutier. Il décrit l'arrivée sur l'île et surtout l'intérieur des terres, les landes et les marais, la faune et détaille la flore avec son florilège d'odeurs envoûtantes, il s'attarde avec beaucoup de poésie sur les différentes couleurs de l'île dû à la végétation, donnant une atmosphère unique à L'île d'Yeu. - 18'09 : Sylvaine LECLERE précise que la notion d'environnement naturel est à prendre avec des pincettes car le paysage actuel est le fruit du travail de l'homme. - 19'12 : Hubert MAHEUX et Eric COUTUREAU (de la DRAC de Nantes et auteurs), Eric COUTUREAU a étudié l'architecture de l'île, il précise leur méthode de travail pour leur livre "Images du patrimoine, sur Noirmoutier et L'île d'Yeu", il aborde les techniques de construction des digues et des marais salants, il analyse les différences de patrimoine entre les 2 îles et les éventuelles influences du continent. Hubert MAHEUX a étudié le mobilier et les objets. Il observe que dans son domaine, il y a moins de différence entre les 2 îles, excepté pour l'école d'artisan menuisier du 19ème siècle de Noirmoutier qui a été influencé par Nantes. - 25'44 : Jean DEGORCE (maître d'oeuvre à L'île d'Yeu), détaille les différentes influences architecturales : d'abord espagnole puis Poitevine et aujourd'hui celle des estivants. - 27'57 : Eric COUTUREAU parle de l'homogénéité des maisons, il explique que les couleurs des volets qui sont celles des bateaux et revient sur les traditions. - 30'12 : Hubert MAHEUX évoque les bateaux à travers les peintures et les maquettes et les quelques artistes de L'île d'Yeu. Il confirme que "l'association des gabiers de misaines" a pour projet de reconstruire un ancien thonier. - 32'31 : René et Paul GANACHAUD, deux frères d'une famille de Noirmoutier rappellent qu'après la construction du pont en 1971, il y a eu une invasion de touristes, celle ci peut atteindre jusqu'à 120 000 personnes pour 8500 autochtones. Ils déplorent la présence de gros lotissements et remarquent que la vente des terrains n'a rien rapporté aux habitants, ils exposent les problèmes rencontrés du fait de cette surpopulation notamment la question des équipements d'assainissement des eaux usagers et leurs coûts. - 36'13 : Discussion sur l'avenir de Noirmoutier avec Jean BODIN (agriculteur et ostréiculteur et président de l'Association Vivre l'île 12 sur 12), Daniel RICHARD (architecte et membre de l'Association Vivre l'île 12 sur 12) et Sylvaine LECLERE : Jean BODIN porte une grande attention à la protection de l'environnement, il conteste les travaux d'enrochement et se bat pour revenir vers les épis de bois. Il mène également une lutte contre les promoteurs et détaille l'ensemble des interventions et actions menées dans ce sens. Il souhaite éviter les grands ensembles mais ne s'oppose pas à la construction. Daniel RICHARD constate que l'île a besoin du tourisme car cela représente 60% du chiffre d'affaire mais reconnaît que c'est aussi un fléau pour l'environnement. Il pense qu'il faut évoluer vers un tourisme de qualité. Sylvaine LECLERE prône la richesse des paysages de Noirmoutier. - 43'34 : Philippe-Jacques HATT parle des recherches de la station Ifremer créée en 1978 et dont la mission première était de reconvertir les marais salants en bassins d'aquaculture. Il décrit en détail les travaux mis en oeuvre pour transformer les anciennes salines en bassins d'élevage de poissons et crevettes ainsi que le fonctionnement. - 48'32 : Désannonce.

Émission

Le pays d'ici

Générique

participant

Sylvaine Leclere
Claude Bugeon

présentateur

Marion Thiba

AdBlock activé!