Eric Rohmer : "Les nuits de la pleine lune" - Audio Ina.fr

Eric Rohmer : "Les nuits de la pleine lune"

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Eric Rohmer : "Les nuits de la pleine lune"

Le cinéma des cinéastes

audio 09 sept. 1984 490 vues 49min 37s

Claude Jean PHILIPPE reçoit Eric ROHMER pour la sortie de son dernier film "Les Nuits de la pleine lune" : - A 1'32 : Eric ROHMER explique qu'il n'écrit pas ses scénarios dans l'orde chronologique, et que pour ce film il a commencé par la dernière scène et que l'idée du titre lui est venu au cours de la scène où Pascale OGIER rencontre le peintre. Le point de départ du film est une situation : le désir d'indépendance d'une femme, qui cherche un appartement. - A 7'12 : la scène de la fête a ceci de comique : Eric ROHMER n'allant jamais à une fête, demande à des gens de son entourage de l'inviter pour qu'il puisse s'en inspirer. Or, pendant six mois il n'y eut aucune fête, sauf celle du film à laquelle tout le monde vint. Le résultat est que la mise en scène s'est faite d'elle même. Le décor, un appartement ancien, souligne le contraste avec les gens, modernes, et la variété de Paris. La scène se passe en novembre à l'heure située "Entre chien et loup", son heure de prédilection. - A 12'50 : Eric ROHMER évoque le sentiment de la gêne qui ne s'interprète ni en tragique ni en comique, mais discrètement et que l'on retrouve chez les existentialistes et dans le cinéma des années 1960, Come celui de Marcel CARNE par exemple. Quand il écrit son scénario, il ne pense pas à des acteurs précis, mais collabore parfois avec eux pour les dialogues sans toutefois les utiliser comme des modèles ou des cobayes mais il lui arrive de les enregistrer et d'être inspiré à l'écoute de ces entretiens (références à Béatrice Romand dans "Le Genou de Claire", Pascale OGIER et Fabrice LUCHINI). - A 26'27 : Eric ROHMER attache beaucoup d'importance aux décors et à la plastique. Il n'a jamais fait appel dans ses films à un décorateur, sauf en studio. Dans ce film, il a profité du bon goût de Pascale OGIER (Louise), et est intervenu davantage sur les différentes taches de couleur qui inondent le fond noir et blanc. Il s'est également procuré deux reproductions de MONDRIAN. Il évoque le décor de son film "Perceval le GALLOIS". Il ignore quelle sera la réaction du public par rapport à la relation du couple Louise-Rémy et à l'échec de Louise pour organiser sa vie. Il vante le pathétique et la sincérité de Pascale OGIER qui pleure "juste" dans trois scènes et prétend que ce qui fait la qualité d'un film est la prise de risques. - A 44'21 : le metteur en scène dit qu'il y a de la charité dans "Comédies et proverbes", qu'il a de l'intérêt pour ses personnages et la souffrance humaine. Il croit à la liberté de l'âme et n'est pas déterministe, même si la liberté est difficile à acquérir (référence à ROSSELLINI). - A 49'10 : générique de fin.

Émission

Le cinéma des cinéastes

Générique

participant

Eric Rohmer

présentateur

Claude Jean Philippe

dvd
cd
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!