L'analyse aujourd'hui - Audio Ina.fr

L'analyse aujourd'hui

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

L'analyse aujourd'hui

Les chemins de la connaissance

audio 17 sept. 1987 1089 vues 17min 26s

4ème partie de cette série consacrée au développement de l'être avec Françoise DOLTO et Juan David NASIO. Aujourd'hui, l'expérience analytique de l'être qui souffre et qui parle. En référence le livre de Juan David NASIO "Les yeux de Laure".- A 1'18 : Juan David NASIO : les origines de la psychanalyse avec FREUD : FREUD découvre que l'écoute des souffrances d'un être permet de découvrir qu'il y a une autre souffrance que celle que lui même croit subir (l'exemple des hystériques). A partir de là, FREUD instaure l'expérience de l'analyse qui consiste à créer les conditions pour que le sujet puisse dire sa souffrance et créer un lien avec celui qui l'écoute pour que l'autre souffrance plus invisible apparaisse. Françoise DOLTO : l'inconscient a toujours été présent même si avant la découverte de FREUD, "cet étrange" était mis à l'extérieur de nous sous d'autres noms, comme les Dieux, le destin. Il y a en nous des énergies qui sont plus fortes que les énergies que nous connaissons. Avec l'analyste on revit des périodes de sa vie qui ont laissé des traces "vulnérantes", dans la physiologie, dans le fonctionnement végétatif (le psychosomatique) ou dans le système moteur (les hystériques à l'époque de FREUD).- A 5'16 : Juan David NASIO : la demande implicite d'un analysant auprès d'un analyste est de susciter en lui son désir ancien et de créer des désirs nouveaux. Françoise DOLTO : l'analyste est particulier parce qu'il est associé à des désirs dans des rythmes réguliers qui ressemblent à des rythmes de besoins (comme la respiration). En le payant on montre son désir de travailler avec un autre, de mettre en langage ce que nous ne savions pas que nous pouvions mettre en langage et qui était joué par le corps au lieu d'être joué par la parole assumée. Et ceci grâce au travail des associations de mots qui font surgir d'anciennes souffrances. - A 7'44 : Juan David NASIO : la nature du lien entre l'analyste et l'analysant : de parole, de passion, de projection, mais aussi de pulsion inconsciente, qui se manifestent par des affections psychosomatiques, des actes, des symptômes. Ce lien de pulsion inconsciente est très important, il sert beaucoup les deux partenaires du lien analytique. C'est l'analyste qui le représente et cette pulsion vient souder le lien entre l'analyste et l'analysant.- A 9'23 : Juan David NASIO : il n'y a qu'un seul inconscient qui est en jeu entre l'analyste et l'analysant. La distinction entre la cure et l'expérience analytiques : l'expérience analytique est un moment rare dans une analyse. Ce sont des moments où l'un ou l'autre dit quelque chose sans savoir et le lien qui les attache vient alors se manifester au travers de ce qui s'est dit. Leur attachement se fait à leur insu (par exemple dans leurs rêves lorsqu'ils rêvent de l'autre) et c'est dans ces moments que l'inconscient unique qu'ils ont construit ensemble vient se mettre en acte. - A 11'49 : Françoise DOLTO : l'attitude d'écoute de l'analyste consiste en une certaine distance qui vient de sa formation et il ne se raconte jamais. L'analyste peut aider car il a été psychanalysé, il n'est pas dupe de ce qu'il éprouve et il se fait confiance pour ce dont il n'a pas conscience. Et lorsqu'il ne se fait pas confiance il va rencontrer un collègue pour parler de ses difficultés. Le psychanalyste travaille avec l'angoisse de son analysant, mais cette angoisse ne l'atteint pas puisqu'il a lui même traverser ses propres angoisses. - A 13'23 : Juan David NASIO : l'interprétation. Ce sont des paroles qui surgissent dans l'analyste comme une parole très authentique, très vraie, dite au moment opportun. Françoise DOLTO : et parfois l'interprétation est une question. Juan David NASIO : elle peut être aussi un silence, et elle doit être relance de la parole et du désir chez l'analysant à maintenir de lien avec l'analyste. Françoise DOLTO : le temps de l'analyste est au service de son analysant qui revit à travers lui une époque du passé. C'est particulièrement vrai dans Le travail avec les enfants.

dvd
cd
AdBlock activé!