L'homosexualité - Audio Ina.fr

L'homosexualité

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur
audio 15 sept. 1987 2326 vues 17min 21s

Seconde émission de la série de cinq consacrée à la psychanalyse, présentée par Claude DUPONT, avec Françoise DOLTO et Juan David NASIO. Le thème en est l'homosexualité.- A 1'27 : Françoise DOLTO : le désir initial à la vie inaugure un être humain, sexué masculin ou féminin en vue d'une procréation potentielle future. Le concept freudien de la libido, c'est le plaisir de porter le fruit d'une rencontre. L'imaginaire, soutenu par la parole et les sentiments qui lui sont donnés, est à la base de son savoir d'être garçon ou fille. Certains enfants sont faussés dans leur biologie par le fait qu'ils sont aimés par les parents qui les éduquent d'une façon inversée par rapport à leur sexe. La génitude d'un garçon est faussée par l'attitude psychologique qui veut qu'il se comporte comme une petite fille. De même pour la fille, si le père désire et la forme comme un garçon, tout ce qui est de la pré génitalité (avant 11 12 ans) se construira d'une façon hyperactive au lieu d'être réceptrice. Mais si une fille est trop réceptrice, elle ne devient pas une femme complète car l'activité est perçue comme du masculin et la passivité comme du féminin alors qu'il y en a chez le garçon comme chez la fille. Par ailleurs si une fille n'est pas réceptrice elle ne deviendra jamais mère de l'homme qu'elle choisira.- A 4'52 : Juan David NASIO : le sexe de l'identité désirant sexuel est le point opaque du savoir analytique. On ne le choisit pas, il est en devenir constant et est déterminé par les désirs sexuel des autres qui nous entourent et façonnent cette capacité désirante. Françoise DOLTO : il est l'appel au complément dans la relation à l'autre et varie selon l'éducation, la société et les idéaux qui traversent la culture.- A 6'55 : Françoise DOLTO : l'homosexualité. En psychanalyse, on distingue trois types de sexualité : orale (le réceptif qui construit un être humain par les sens ouverts dans le visage, la parole, les yeux, les oreilles, l'olfaction), anale (le "faire" qui produit, recevoir et donner, échanger. Toute la société est dans la sexualité anale) et génitale (c'est là que les corps se rencontrent et qu'il peut y avoir des idéaux contraires au sexe biologique). Celle dont tout le monde parle est la sexualité génitale qui est le sexe physiologique mais qui n'est pas toujours le sexe morale, affectif, émotionnel. La non adéquation du comportement affectif avec le sexe physiologique en vue de la procréation fait qu'il y a des procréations psychologiques mais pas physique. Le sexe nous paraît aux limites du sacré (le sacrum), c'est à dire la vie et la mort qui se rencontrent et remuent en nous les problèmes affectifs les plus subtils de ce qui fait vie et de ce qui fait mort en nous.- A 9'35 : Françoise DOLTO : les cas de révélations tardives d'homosexualité : les pères de famille par prudence de non inceste. Cette homosexualité peut être provoquée par une libido intense et inconsciente du jeune qui oblige le père à avoir des comportements attractifs vers d'autres. A l'inverse, certains homosexuels peuvent changer d'attraction sexuelle.- A 10'39 : Juan David NASIO : la libido est effectivement puissante, variable, mouvante. A tous moments la sexualité d'un individu comporte des aspects de sexualité oral, anal, génitale. La sexualité est toujours en mouvement, changeante. - A 12'03 : Françoise DOLTO à propos de la moralisation et de la médicalisation de l'homosexualité : la société crée des normes et décide d'une morale. C'est aberrant. La dynamique est amorale. Chaque individu choisit comment il se sert de ses pulsions et c'est grâce à cela que la culture existe. - A 12'40 : Juan David NASIO : l'analyste n'a pas à juger du point de vue de la morale sociale. L'analyste est attentif à la société dont il fait partie mais en tant qu'analyste quand il écoute un sujet homosexuel, ce qu'il doit entendre, c'est comment cette personne vit son homosexualité, quel est son rapport à sa libido et en quoi il souffre de ses contradictions internes. Françoise DOLTO ajoute : et comment il peut faire avec. C'est l'amour qui transcende tous les désirs. L'amour est l'harmonique de la corde de la sexualité (anale, orale, génitale). La possessivité n'est pas amour.- A 14'30 : Juan David NASIO : la parole vraie est celle qui se dit dans un moment et un contexte opportun. Françoise DOLTO : il ne faut pas dire à quelqu'un qui ne pose pas explicitement ou implicitement une question. Elle prend l'exemple d'un enfant qui n'a pas été reconnu pas son père : il faut lui dire qu'il a un père, même s'il ne le connaît pas, puisqu'il en a un grâce auquel il est né et qu'il aura peut être un papa Un jour. Dans le cas d'un père homosexuel, si l'enfant lui pose des questions sur les femmes, le père doit être sincère sur ce qu'il ressent. Quand l'enfant pose une question, le parent doit toujours répondre la vérité.

dvd
cd
AdBlock activé!