Parents biologiques et parents symboliques - Audio Ina.fr

Parents biologiques et parents symboliques

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Parents biologiques et parents symboliques

Les chemins de la connaissance

audio 14 sept. 1987 1955 vues 17min 08s

Présentation de cette série de cinq émissions sur la psychanalyse par Claude DUPONT. Les invités en sont les psychanalystes, Françoise DOLTO et Juan David NASIO. Aujourd'hui les deux psychanalystes s'interrogent autour de la question du père. "Qui c'est le père, celui qui a donné la vie ou celui qui a payé les biberons ? Le père c'est celui qui aime." (Citation issue de "Fanny" de Marcel PAGNOL)- A 2'19 : Françoise DOLTO faisant référence au livre de Marcel PAGNOL, "Fanny", évoque ce qu'est la paternité, la différence entre père biologique (Marius) et père symbolique (PANISSE) qui vient avec le désir de paternité. Pour être père il faut l'amour, indispensable, d'abord porté à la femme génitrice et aussi le désir de paternité.- A 3'40 : Juan David NASIO : le père réel n'est pas une personne, mais le fait même de la fécondation, c'est le spermatozoide. Pour qu'il y ait père symbolique, il faut une triangulation chez chacun des parents et une triangulation entre les parents et l'enfant. Il faut l'amour du père pour la mère et une parole qui dise l'amour pour l'enfant. Si le père dit cet amour alors il est père symbolique. Un père symbolique peut être une référence symbolique. - A 5'50 : Françoise DOLTO : le problème de la responsabilité des adultes par rapport à l'être humain qui vient au monde et qui a besoin des adultes pour l'accompagner. Mais il y a aussi l'enfant, le désirant naître, qui a toute la responsabilité de naître, qui choisit de naître ce jour là alors qu'il y a des hommes et des femmes qui désirent des enfants et qui n'arrivent pas à en avoir et d'autres qui n'en désirent pas et qui en ont. Elle pose donc la question : "Qu'est ce que c'est ce désir d'entrer dans la chair, sous forme d'homme ou de femme, je ne sais pas ?". Pour un psychanalyste, la responsabilité est dans celui qui naît et qui survit. Le foetus a une éthique particulière puisqu'il se nourrit dans le ventre de sa mère, tel un vampire, de son propre sang. - A 8'10 : Elle dit comment cette révélation est reçue par un enfant malade, qui se sent alors fort et prend en charge sa propre vie y compris celle de ses parents qui n'étaient pas prêt pour l'assumer. - A 8'58 : Le père, le tiers, sépare la mère de tous les droits de son enfant sur elle car cette première fusion ne peut pas se continuer sans dommage psychosant.- A 9'48 : Juan David NASIO : l'enfant est tout d'abord une force d'appelé à la vie et incarne le désir inconscient des parents de donner une vie. Et si cet enfant est là c'est parce qu'il a tenu à vivre et survivre.- A 11'36 : Françoise DOLTO : chaque enfant est différent et a l'entendement, dès l'origine, de la parole quand celui qui lui parle, lui parle authentiquement en voulant communiquer quelque chose qui pour lui est vrai. Si l'adulte lui parle vrai, avec ses mots, l'enfant l'entend et cette parole fait vie en lui, même si c'est très douloureux. Un enfant peut avoir plusieurs mamans (celles qui s'occupent de lui) mais la mère de naissance est incontournable. Si le père de naissance, le donneur, est inconnu, il faut le dire à l'enfant et remercier en parole cet homme généreux. Un enfant a besoin de connaître l'histoire de ses origines, c'est son histoire. C'est l'enfant qui s'assume à naître pendant toute cette période où la femme ne sait pas encore qu'elle est enceinte. L'être humain n'est pas une bande magnétique," c'est vivant ". L'enfant exprime son désir de vivre inconsciemment.Dans la fécondation artificielle aussi, c'est l'enfant qui s'assume à naître et assume ce père qui n'est pas celui qui l'attend.- A 15'03 : Françoise DOLTO : ne sait pas si l'IVG ou l'enfant qui meurt de mauvais soins sont pires que de mettre les embryons de côté. Ce qui affole est que nous sommes devant le mystère de la vie qui jouxte la mort immédiatement. - A 15'57 : Juan David NASIO : dès que l'enfant est dans une éprouvette, il est humain et il faut un humain pour le prendre en charge," un représentant de la société qui vienne prendre en charge ce que toute l'humanité a fait dans son histoire pour arriver à ce point d'un enfant éprouvette "

dvd
cd
AdBlock activé!