De la limitation des naissances à L'âge d'or - Audio Ina.fr

De la limitation des naissances à L'âge d'or

 

De la limitation des naissances à L'âge d'or

Le siècle en est là

audio 30 janv. 1954 425 vues 01h 35min 42s

Cette émission écrite, produite et réalisée PAR Pierre COULOM s'intitule "De la limitation des naissances à L'âge d'or", elle fait suite à celle intitulée "La Terre est-elle trop petite pour nourrir les hommes ? ". C'est une évocation scénarisée du problème posé par la faim dans le monde dans un avenir proche et des solutions envisageables pour y remédier. L'émission a été élaborée à partir des conclusions et débats du 7ème congrès de l'ONU organisé à Rome en novembre 1953. Attention les protagonistes et intervenants (savants, économistes et écrivains) sont joués par des comédiens. On entend tour à tour les" optimistes "et les" pessimistes ". En début d'émission, une annonce signale que l'émission n'est pas destinée aux moins de 15 ans 1/2, certains des propos pouvant choquer les auditeurs. Evocation scénarisée du problème de la faim dans le monde à partir des conclusions du 7ème congrès de l'ONU organisé à Rome en novembre 1953 dont le thème était l'alimentation et l'agriculture. Attention les protagonistes et intervenants (savants, économistes et écrivains) sont joués par des comédiens. - A 2'03 : Propos de l'économiste américain William VOGT : il constate que le nombre des habitants du globe augmente alors que les ressources alimentaires de la Terre s'épuisent. Il pose la question" mangerons-nous demain ? ". Des pessimistes disent que non "Le monde est trop peuplé" : il faudrait limiter le nombre des naissances et reconstituer le capital alimentaire du monde. La solution de la limitation des naissances a soulevé de nombreuses polémiques. Voici les arguments de ces pessimistes en faveur de la limitation. - A 3'32 : reconstitution d'une discussion sur le thème : les épidémies, les famines et les guerres jouent un rôle de régulation naturelle. - A 3'50 : reconstitution des propos de Raymond CARTIER (?) : prend l'exemple des chenilles qui ont une reproduction exponentielle mais disparaissent au bout de quatre ans par un phénomène naturel. Ce pourrait être la même chose pour les hommes par le biais d'épidémies, de famines ou de guerres . - A 5'02 : propos de Gaston BOUTOULE, avocat et sociologue français : la guerre est pour lui une fonction sociale "relaxatrice". La guerre détruit un capital humain d'hommes jeunes et prolifiques et ralentit le rythme des naissances et augmente celui des pertes (frein et régulateur). Les épidémies psychologiques (sème dans l'esprit des hommes des pulsions violentes génératrices de guerre). Quelqu'un lui répond qu'avec la bombe H ou les guerres bactériologiques le risque est que la population tombe à zéro ! - A 7'40 : William VOGT déclare que la médecine moderne est une médecine dangereuse car les médecins se mettent en devoir de maintenir en vie le plus de monde possible grâce à leurs soins et à l'amélioration de l'hygiène. Il reproche aussi l'aide alimentaire envoyée en Chine ou en Inde par les USA. "La plus grande tragédie qui pourrait arriver à la Chine serait la réduction de son taux de mortalité". Il parle aussi de l'augmentation de la population de l'Inde due à la présence anglaise... - A 9'34 : propos de SHANSEKAR (?) sur la population indienne dont 100 millions meurent de faim. - A 9'40 : Propos provocateurs de William VOGT (sur le taux de mortalité élevé comme bienfait). - A 10'24 : une femme parle d'une solution provisoire : répartir plus rationnellement l'ensemble de la population du globe. Elle cite une phrase de PIE XII et les mots gravés au bas de la statue de la Liberté sur l'accueil des émigrés... - A 11'20 : WilliamVOGT s'esclaffe... "Il faut que notre standard de vie dégringole pour que s'élève celui du milliard d'arriérés Asiatiques". - A 12'04 : Ayanori OKASAKI, directeur de l'Institut japonais de la population déclare que pour le Japon surpeuplé, l'émigration a toujours provoqué des conflits sociaux et économiques... Il cite les reproches des pays d'accueil. - A 13'08 : La solution semblerait être la limitation organisée des naissances. - A 13'53 : Propos de MARGERIT SENGER (?) pro-limitation des naissances : Rappel de son action débutée en 1912. Elle évoque comment elle en vint à sa croisade sur la limitation des naissances. Elle fonda une clinique pour la limitation des naissances ce qui lui valut d'aller en prison. Elle raconte son activité dans cette clinique où elle prodiguait des conseils de prévention, jamais elle n'y fit d'avortement mais de la contraception. Sa condamnation lui apporta la célébrité nécessaire à continuer son action dans le monde entier. Elle rencontra même GANDHI en Inde... Et adopte son discours à chaque pays. Elle évoque ses succès. - A 25'13 : Un speaker évoque l'opposition au concept de limitation des naissance en France par exemple où la natalité a longtemps été faible jusqu'en 1946. C'est pourquoi deux lois de 1920 et 1939 répriment la propagande anticonceptionnelle. Ce qui mena le publiciste Eugène IMBERT en prison. La religion catholique combat aussi ces idées. - A 28'18 : (Une speakerine demande aux moins de 15 ans d'écouter un autre programme pendant une dizaine de minutes). - A 28'32 : Discussion entre un prêtre et un homme sur la limitation des naissances. Réflexion sur la position de l'Eglise qui prône les naissances dans le cadre du mariage. (Ils citent beaucoup les propos de Paul REBOUT (?). Le prêtre explique que l'église n'a jamais interdit l'abstinence dans le cadre du mariage. Le second lui répond qu'il n'est pas facile de s'abstenir et lui demande quelle autre solution pourrait proposer l'église. La méthode OGINO. L'homme évoque "L'Art d'aimer" de CHAMSON (il en cite des passages). - A 34'06 : le prêtre cite des textes de l'Eglise sur ce sujet : une déclaration de PIE XII qui explique que le rôle du couple est de procréer pour pourvoir la conservation du genre humain. L'église condamne donc le recours à toute méthode contraceptive exceptée l'abstinence. Il cite TERTULLIEN "Il ne nous est pas permis de détruire le produit de la conception dans le sein de sa mère". "Empêcher de naître c'est simplement anticiper sur l'homicide". "Tout le fruit est dans la semence ". - A 35'44 : l'homme souligne qu'il y a pourtant eu des papes plus libéraux comme Grégoire XIV. Le prêtre le reconnaît mais demande à quel moment précis a lieu l'animation de l'embryon ? La conception correspond à l'animation de l'embryon. La contraception est pour l'église un début d'homicide. L'homme s'insurge : le contrôle des naissances empêche justement la conception. Le prêtre lui répond"qu'une fois l'acte accompli la possibilité de vie n'appartient plus qu'à Dieu ". - A 38'51 : Propos de monsieur BOUSQUET, professeur de la faculté de droit d'Alger et Paul REBOUT : Ils expliquent que l'idée de limiter les naissances dans de nombreux pays est inimaginable : exemple de la Chine (la félicité éternelle dépend du nombre des enfants); Polygamie dans les pays musulmans... - A 39'54 : Louis CHEVALIER parlent des Textes sacrés de l'Inde qui chantent tous les louanges de la famille nombreuse. - A 40'24 : Propos du docteur Jean SUTTER : l'idée de contrôle des naissances est étrangère aux mentalités orientales (sauf dans les élites). Exemple des Parsis en Inde. - A 42'12 : Ils évoquent la situation dans les pays sous influence soviétique pour qui la limitation des naissances ne se pose pas: "le socialisme et la science seront toujours en mesure de donner à manger à tout le monde ". - A 43'29 : Speaker : La première conclusion montre que les doctrines prônant la limitation des naissances auront du mal à se développer dans le monde. Il pose la question"les générations futures sont-elles condamnées à manquer du Pain quotidien ? La suite de l'émission donne le point de vue des optimistes et de quelle façon pourrait s'orienter les débats. - A 44'50 : Conférence fictive : "Est -il possible d'accroître les ressources alimentaires du globe pour pourvoir à la nourriture de populations toujours plus nombreuses ? " - A 45'31 : Exposé de la thèse de Josué de CASTRO, président du conseil de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture. (FAO) Il explique que ce n'est pas la surpopulation qui est responsable de la famine mais l'inverse. Il est prouvé qu'à la suite de famines ou d'épidémies le rythme d'accroissement de la population s'accélère toujours. C'est dans les pays où sévit la famine que les populations se reproduisent le plus vite. Enfin, dans les pays les mieux nourris, le nombre des naissances déclinent. - A 47'50 : Il existe deux explications scientifiques à ce phénomène : La faim provoque une sorte d'exaltation sexuelle compensatrice "Faute de manger on aime !"; D'autre part, une augmentation de la ration calorique peut restreindre la fertilité. (Cite une expérimentation faite sur des rats par un Américain (nom ?) : moins ils mangeaient, plus ils proliféraient. (Le manque de protéines serait un stimulant pour la natalité). Chez les humains on a constaté que les populations d'Asie qui ont moins de 5% de protéines dans leur alimentation sont hyper fécondes. (C'est l'inverse en Occident, il donne les chiffres). - A 49'53 : Josué de CASTRO tire comme conclusion qu'il n'y a pas lieu de faire disparaître la faim par une politique de contrôle des naissances mais il y a lieu de supprimer la faim pour s'opposer à l'augmentation des naissances. - A 50'44 : Il faut multiplier les ressources alimentaires du globe. Il existe quatre méthodes : Mettre en culture des étendues nouvelles ; Améliorer les méthodes agricoles ; Utiliser des ressources alimentaires nouvelles ; Utiliser la science pour mettre à disposition des hommes des aliments de types nouveaux. - A 51'47 : André MAYER sur le thème : "Mettre en culture des étendues nouvelles". Seul 8% des terres émergées sont cultivées. Un autre orateur précise que la terre pourrait nourrir de 5 à 11 milliards d'hommes. Paul Vincent précise que certaines estimations parlent de 13 milliards. D'immenses régions restent encore inexploitées (il prône la colonisation). - A 53'16 : Aldous HUXLEY précise quant à lui que les étendues glacées possèdent aussi des richesses inexploitées. (Expérience par les russes de dégel de la Tundra pour la transformer en champs de blé.) - A 53'35 : Fairfield OSBORNE (?) : Il souligne que cette mise en valeur de nouvelles terres exigeraient d'énormes dépenses et demande qui fournira l'argent ? Et qui (savant ou technicien) acceptera d'aller vivre dans ces régions difficiles... Aldous HUXLEY lui répond que ce sont les habitants qui cultiveront ces étendues. - A 54'21 : John RUSSEL : cite des exemples Indiens et Pakistanais (canaux d'irrigation qui ont permis d'obtenir "des greniers de l'Inde"). Il cite aussi d'autres exemples réussis (Egypte, Australie, USA). L'irrigation nourrit 25% des habitants de la Terre. - A 55'23 : Aldous HUXLEY revient sur l'exemple soviétique. John RUSSEL revient sur l'aspect positif de l'irrigation. - A 56'39 : Améliorer les méthodes agricoles. - A 56'50 : ALBA MIRDAL (?), directrice principale au département des affaires sociales des Nations Unies. Pour elle les malthusiens font l'erreur de penser que la Terre a des quantités fixes qu'il faudrait partager avec un nombre de consommateur en accroissement constant. Il ne faut pas perdre de vue que les hommes sont aussi des producteurs ! - A 57'37 : Raymond FURON (?) expose les améliorations qui pourraient permettre d'accroître la production. La lutte contre les méfaits de l'érosion. - A 58'19 : Monsieur BIEKIN (?) de la Société Royale Britannique parle des progrès de "l'agriculture industrie" alliant science et pratique. Association d'expériences en laboratoire et d'expérimentation en pleine terre. Exemple du rendement de la betterave, apparition de nouvelles variétés de blé et de canne à sucre, expansion de la tomate. - A 59'20 : John RUSSEL : on a réussi à cultiver des terres jusqu'alors improductives. Exemple du blé à croissance plus rapide au Canada (échappe ainsi au gel). - A 59'48 : Josué de CASTRO : plantation de graines résistantes dans les zones polaires. - A 01H00:12 : pour Monsieur BIEKIN (?) les deux moyens d'augmenter la production agricole sont : l'amélioration des plantes et des méthodes de culture. Il explique ce qu'il entend par là. (Parle de la sélection des graines des engrais artificiels, du tracteur, du Dry farming). - A 01H02'13 : John RUSSEL explique que la collectivisation des culture pourrait aider à augmenter la qualité et la quantité des cultures. - A 01H02'32 : René DUMONT maître de conférence à l'Institut Agronomique explique qu'en France il faudra réduire le nombre d'exploitations pour en accroître la dimension. On pourrait doubler la production fourragère en une génération - A 01H03'02 : Alfred SAUVY pense que l'aménagement du territoire français pourrait permettre de nourrir 80 millions de personnes. - A 01H03'56 : un des orateurs parle de MAO Tsé Toung qui en exaltant le thème de l'abondance par l'industrialisation cherche à tirer de son peuple un maximum d'effort. - A 01H04'20 : Président de séance : Cette industrialisation généralisée du globe suscite chez les économistes et les sociologues de vives inquiétudes. Cela provoque trois phases : diminution de la mortalité ; accroissement de la natalité ; stabilisation ou déclin des naissances. Un autre précise que le développement industriel fait baisser la natalité ce qui est positif pour l'alimentation. Le premier souligne qu'on ne sait pas dans les pays en voie de développement si cette industrialisation n'accroîtra pas le développement des densités humaines. - A 01H07'00 : le recours à des ressources inutilisées : Josué de CASTRO souligne qu'une multitude de plantes pourraient être employées pour nourrir les populations. Il donne un exemples de plantes hyper nutritives. - A 01H08'07 : Harold BLAKEVAD (?), secrétaire général du conseil international pour l'exploitation des mers : La pêche marine devrait devenir une agriculture marine. - A 01h08'24 : Raymond CARTIER : Les océans contiennent une multitudes de plantes dont la richesse alimentaire est prodigieuse. (La "Corella" pourrait sauver le monde de la faim d'après Richard MATTER). - A 01h09'38 : Les nouveaux aliments créés par les techniques scientifiques. - A 01H09'57 : Paul Vincent pense qu'on sous-estime les possibilités de progrès techniques en denrées alimentaires et en ressources d'énergie. Il y a trois axes de recherches : élaboration de nouvelles nourritures synthétiques ; recherche sur l'agriculture sans sol ; recherche sur les nouvelles sources d'énergie. - A 01H10'53 : Raymond CARTIER relate les propos du chimiste Carl MILLER qui prévoyait que les hommes en seraient réduits à "manger leurs vieux pantalons" (transformer les étoffes usées en sucres comestibles)...(rires) - A 01H11'44 : Paul Vincent (?) : les Américains pensent que la science pourra créer des pilules synthétiques, des ersatzs d'aliments. Les anglais ont construits à la Jamaïque des mélasses qu'ils transforment en pseudo-viande. - A 01H12'16 : Josué de CASTRO confirme l'existence de cette usine : les mélasses ont été nourries par un ferment et ont créé des protéines. Pendant la guerre des usines allemandes ont réussi à créer des huiles comestibles à partir de déchêts. - A 01H13'00 : Josué de CASTRO parle des expériences américaines d'agriculture sans sol dans de l'eau enrichie de substances chimiques nutritives. - A 01H13'59 : Une femme demande quel est le rôle de l'énergie dans l'agriculture. Josué de CASTRO lui répond que c'est grâce à l'énergie que l'on pourra commander aux nuages de pleuvoir où l'on voudra. - A 01H15'09 : l'un des intervenant évoque les énergies du futur : énergie des marées, énergie éolienne, énergie solaire. Expériences en cours dans l'énergie des marées baie du Mont Saint Michel qui pourrait fournir 20 milliards de kilowatts. - A 01H15'57 : Félix PASTEUR, médecin général, parle de l'énergie solaire et le résultat de ses expériences dans le sud tunisien. (Chauffage, distillation d'eau non potable). - A 01H16'40 : Le président de séance souligne que nous ne sommes que des "mangeurs de soleil" et que tout ce qui vit sur Terre est tributaire du soleil. Les plantes la transforment en chlorophylle matière vivante et assimilable par l'organisme. Il parle du projet des botanistes de couvrir la Terre de plantes à chlorophylle. - A 01H18'30 : Un intervenant explique qu'il faudrait utiliser l'eau des barrages à irriguer les campagnes pour accroître le rendement alimentaire de la chlorophylle. - A 01H18'58 : Le président de séance parle des travaux scientifiques de synthèse de la chlorophylle réalisés par l'américain Melvin CALVIN. - A 01H19'27 : de CASTRO "La science de l'homme est grande mais l'homme lui-même est encore plus grand". Il faut garder confiance dans la grandeur du destin de l'espèce humaine. - A 01H19'51 : Colin CLARK : La population augmente de 1% par an et les progrès de l'agriculture peuvent accroître la production de 1 à 2% par an. "Tout pessimisme est donc dénué de fondement". - A 01H20 50 : Résumé des propos de Jacques DUBOIN qui pense que l'on va vers un âge d'or dans sa doctrine de l'abondance. (Relève de l'homme par la machine) - A 01H21'55 : de CASTRO dénonce un certain nombre de privilégiés qui tentent de faire reculer l'abondance. (Car rareté est égale pour eux à profits). - A 01H22'53 : Alfred SAUVY souligne que les excédents agricoles sont détruits pour éviter la baisse des cours et les substitutions de cultures. Cette destruction coûte cher et pourrait permettre de construire 10 000 maisons. - A 01H23'24 : un autre interlocuteur espère que le monde échappera à "un Dirigisme malfaisant orienté vers le triomphe de la rareté" et que lui succédera une politique de l'abondance dont le slogan serait "Plus de misère dans l'abondance". - A 01H23'57 : William VOGT et Fairfield OSBORN (les pessimistes) donnent leur réponse. William VOGT leur reproche d'avoir oublié qu'il fallait aller vite pour tous ces changements car la courbe de population augmente plus vite que la courbe des ressources qui baisse rapidement. Il souligne ensuite qu'en même temps il faut "juguler la libido" et restreindre le nombre des naissances "Sinon nous dévalerons une pente ravagée par la guerre... Jusqu'à la vie barbare dans les ruines sans lumières" (rires des autres). - A 01H26'06 : Fairfield OSBORN : il faut prendre conscience de la nécessité pour l'homme de collaborer avec la nature et de ne pas trop compter sur les promesses des techniciens. (S'interroge sur l'innocuité des aliments synthétiques ou sur le pouvoir régénérateur des engrais). "Ne pas être dupe des flatteuses tromperies de la science". - A 01H27'00 : Conclusion du président de séance à l'attention des auditeurs qui devront se faire une opinion. Le speaker termine en évoquant les gens qui décident de ne pas avoir d'enfants et qu'on traite facilement d'égoïstes. - A 01H27'50 : dialogue imaginaire d'un couple qui ne veut pas avoir d'enfant. Ils imaginent ce que serait cet enfant qu'ils n'auront jamais dans cet univers qui pourrait devenir un monde de privation. (A 01H31'50 : faux programme de journal sur les catastrophes du monde). - A 01H33'49 : Le speaker parle ensuite aux enfants nés malgré tout de parents plein d'espoir, il leur souhaite bon courage et bonne chance. (+ musique) - A 01H34'18 : Désannonce de l'émission.

AdBlock activé!