Les Maîtres du mystère - Dans le bain d'une blonde - Audio Ina.fr

Les Maîtres du mystère - Dans le bain d'une blonde

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Les Maîtres du mystère - Dans le bain d'une blonde

Les Maîtres du mystère

audio 14 oct. 1958 1293 vues 01h 01min 16s

Pièce radiophonique policière proposée par Germaine BEAUMONT et Pierre BILLARD, "Dans le bain d'une blonde" de Hughes G. CLARY, adaptée par Charles MAITRE, réalisée par Pierre BILLARD, assisté de Marie Denise Wanda. - Au début : générique et annonce de l'émission par une présentatrice non identifiée. - A 1'15 : Jean Valence est le secrétaire particulier du milliardaire Louis Constant Lambert, c'est aussi son homme de confiance et son prête-nom pour des spéculations financières dans lesquelles il ne souhaite pas que son nom apparaisse. Ce dernier, entretient avec son neveu André, son seul héritier, des rapports difficiles, voire hostiles. Jean Valence vit depuis quelques temps avec Florence Rivière, une très belle jeune femme blonde dont la principale préoccupation semble être de se procurer de l'argent. Sous son influence, ils envisagent d'assassiner Louis Constant Lambert et de faire accuser André, le neveu. En effet, le compte bancaire de Jean est actuellement crédité de plus de 50 millions de capitaux appartenant à son patron, et pour lesquels il a signé des reçus d'un montant équivalent. En théorie, le plan est simple : assassiner le milliardaire, détruire les reçus qui sont conservés dans un coffre, faire accuser le neveu en l'empêchant d'avoir un alibi. Mais la mise en oeuvre réserve toujours des surprises... - A 56'09 : chronique de Germaine BEAUMONT qui présente et résume "Une balle dans le canon" le dernier roman D'ALBERT SIMONIN, paru dans la Série Noire chez Gallimard. - A 58'33 : Roger REGENT présente le film "En cas de malheur" de Claude Autant-Lara : après avoir brièvement salué les prestations de Jean GABIN et d'Edwige FEUILLERE, il s'attarde sur Brigitte BARDOT "qui n'est à aucun titre une comédienne, mais une nature, un objet dans les mains du réalisateur", et conclut "sur l'aspect déplaisant du film du fait d'un étalage complaisant de l'ignominie". - A 01H 00'00 : générique de fin et désannonce - Fin à 1H 01'16

AdBlock activé!