Les rêves perdus de Fernande Olivier - Audio Ina.fr

Les rêves perdus de Fernande Olivier

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur
audio 03 janv. 1957 1174 vues 01h 25min 08s

Fernande OLIVIER, qui fut la compagne de PICASSO entre 1902 et 1912, est l'invitée de l'émission "Le bureau des rêves perdus" pour un entretien entrecoupé d'interludes musicaux. Elle évoque ses origines et son parcours jusqu'à sa rencontre avec PICASSO, les 10 années passées aux côtés du grand peintre, ses amitiés avec Max JACOB, Guillaume APOLLINAIRE et le Douanier ROUSSEAU. En livrant un portrait des artistes qu'elle a côtoyés au Bateau-Lavoir, se dessine ce que fut la vie artistique à Montmartre au début du XXème siècle. - A 00'18 " : Annonce et générique - A 00'45" : Etienne BIERRY présente Fernande OLIVIER. A 73 ans, bien que malade et sans argent, elle ne regrette rien de sa vie remplie de souvenirs. - A 02'00 " : Voix de Fernande OLIVIER : "La vie c'est le rêve, j'ai toujours vécu par l'imagination, par les idées que je me faisais des choses et des gens, par l'art surtout". Orpheline de naissance, élevée par son oncle et sa tante, elle doit entamer des études de professorat qui ne lui plaisent pas. Sa tante cherchant à la marier contre son gré, elle s'enfuit à 16 ans pour épouser un sculpteur qui la bat et l'enferme. Nouvelle fuite à 17 ans, ses débuts comme modèle pour des peintres et des sculpteurs, puis son déménagement au Bateau-Lavoir. - A 07'48 " : Sa rencontre avec PICASSO fin 1902, description de son atelier, son émotion devant un tableau qu'elle décrit, empli d'humanité et de bonté, contrairement à ce qu'était PICASSO. Ils vivaient pauvrement. Son amitié avec Benedetta Canals. Sa vie avec PICASSO, qui travaillait la nuit. Le caractère espagnol machiste et autoritaire du peintre, qui empêche Fernande OLIVIER de continuer à poser. L'accueil fait à la jeune femme en Espagne. Les parents de PICASSO. Le mensonge pour cacher qu'elle est toujours mariée. Son opinion de PICASSO,"pas méchant mais sardonique ", qui s'est mal comporté envers Max JACOB. Son grand talent, peut-être gâché par son cubisme. Souvenir d'une discussion avec Antonin ARTAUD auquel PICASSO aurait confié avoir raté sa vie de peintre. Elle regrette que PICASSO ait beaucoup changé, qu'il ait été"pourri par son milieu ", en particulier par COCTEAU. - A 15'51" : Le travail de PICASSO. Il travaillait beaucoup et de nuit. Description d'une eau forte de l'époque bleue. Le passage à l'époque rose, avec beaucoup de saltimbanques. L'admiration de Fernande OLIVIER pour les dessins parfaits de PICASSO, et son émotion devant ses toiles, dans lesquelles elle voyait en PICASSO un homme bon, ce qu'il n'était pas. Mais toujours merveilleux avec elle. Leur séparation, dont elle assume tous les torts, comprenant alors mal PICASSO, qui faisait la cour à toutes les femmes. Il travaillait 18 à 20 heures par jour. Les voyages en Espagne, description de l'ARAGON. L'influence de sa terre natale sur le travail de PICASSO, de l'ARAGON sur son cubisme. - A 21'08 " : Sa rencontre avec Guillaume APOLLINAIRE au Lapin Agile. Son caractère très enjoué, son portrait physique. Le contraire de PICASSO, ténébreux et jaloux de Fernande. Max JACOB chantant. - A 22'50" : Portrait et caractère de Max JACOB, sa délicatesse, l'ami préféré de PICASSO. Les dîners chez la mère d'APOLLINAIRE au VESINET, Madame de KOSTROWICKI, son caractère excentrique et colérique. L'avarice d'APOLLINAIRE, ses disputes avec son amie Marie LAURENCIN, anecdote à propos d'un dîner chez eux. Maurice CREMNITZ, très méchant et jaloux envers PICASSO et ceux qui arrivaient. - A 28'23 " : Souvenirs de son ami le DOUANIER ROUSSEAU: "Il voyait la vie selon ses idées à lui ". Le tableau représentant APOLLINAIRE et Marie LAURENCIN. Fernande OLIVIER se rappelle avec amusement quelques anecdotes sur le peintre naif. Description d'un tableau du DOUANIER ROUSSEAU acheté par PICASSO. Son mariage à 70 ans. Récit d'un banquet donné en son honneur dans l'atelier de PICASSO, une grande fête où s'est réuni tout Montmartre."Je vis de ces souvenirs ". - A 34'14" : Georges BRAQUE et sa défense contre le cubisme, avant de s'y mettre peu après. Henri MATISSE, qui vivait à cette époque très pauvrement avec ses trois enfants, bien que possédant une CEZANNE dont il ne voulait pas se séparer. Ses gravures sur bois. Ses propos très durs envers PICASSO, son insatisfaction permanente. A cette époque, jamais PICASSO n'aurait fait de tort aux autres. Souvenir d'un collectionneur achetant une toile à PICASSO, l'argent servant à rembourser le marchand de couleurs et dilapidé pour faire la fête. - A 38'02 " : L'argent a beaucoup changé PICASSO. La séparation entre Fernande et Pablo, celui-ci s'étant laissé séduire par la femme de Louis MARCOUSSIS. L'affection de Fernande OLIVIER pour Max JACOB qui l'a beaucoup aidé. - A 41'08" : "Je ne changerais pas ma place qui est dure pour une autre place. J'ai une vie intérieure qui m'est nécessaire et qui me comble (...). Je vis une vie que je désire, soit de mes souvenirs, soit de la vie que j'aurais voulu mener, soit la peinture que je voudrais faire, soit le poème que je voudrais écrire ". - A 42'10" : Générique de fin

Émission

Le bureau des rêves perdus ou à la poursuite des rêves perdus

Générique

interprète

Etienne Bierry

participant

Fernande Olivier

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!