Les rêves perdus de Jean SARMENT - Audio Ina.fr

Les rêves perdus de Jean SARMENT

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur
audio 30 mars 1956 223 vues 43min 15s

L'auteur et acteur Jean SARMENT est l'invité de l'émission "Le bureau des rêves perdus" pour un entretien entrecoupé d'interludes musicaux. Il nous parle de son parcours et du théâtre et livre ses réflexions autour du rêve. - A 00'18 " :Annonce et générique - A 00'43" : Etienne BIERRY présente Jean SARMENT, homme de théâtre. - A 01'41 " : SHAKESPEARE, le maître du rêve. Importance du rêve, cette faculté divine de nous voir autre. Avec l'âge, Jean SARMENT regrette d'avoir renoncé au rêve. La place du rêve dans l'enfance, qui permet de créer du possible. - A 04'57" : Ses origines Nantaises, sa famille provinciale et pieuse. Son rêve d'enfance de devenir roi, puis officier pour le prestige. La découverte du théâtre au travers de représentations à Nantes : "Le Cid" joué par des acteurs du Français vers 1912 , "Oedipe roi" joué par MOUNET-Sully. Le théâtre qui représente pour lui l'évasion comme acteur et auteur. Sa première pièce écrite à 14 ans : "L'obole d'un soir ancien". Son arrivée à Paris à l'âge de 17 ans, sa rencontre avec Max DEARLYQUI lui donne sa chance comme acteur. Puis rencontre avec Madame Réjane qui le fit jouer à ses côtés. Son entrée au Conservatoire dans la classe de Jules TRUFFIER, à qui il doit beaucoup. C'est lui qui proposa à Aurélien LUGNE-POE de jouer la pièce de SARMENT "La couronne de carton" et le lança dans le théâtre. Le jeu d'acteur de LUGNE-POE. - A 13'56 " :Pour être auteur dramatique, il faut avoir l'envie de se transposer soi-même sous une autre forme. Evoque Henry BATAILLE. Comment commence l'idée d'une pièce de théâtre, son travail de création. - A 16'17" : Le décalage entre le jeu de l'acteur et ce que l'auteur avait vu de son personnage. Souvent de la déception de la part de l'auteur, sauf dans de rares cas, comme avec Michel SIMON. Le public est très bon juge mais est de plus en plus influencé par la critique. Le sens du rêve de ce métier est oublié, c'est devenu une exploitation commerciale. - A 20'09 " :La peur du vide et du désert. L'attirance dangereuse du vide. Jean SARMENT ne se dit touché que par les problèmes de la vie et du comportement de l'homme dans sa vie. Il explique cette attitude par son indifférence à la politique, étant monarchiste, et son catholicisme pratiquant qui le libère. Il aime se mettre à la place des autres pour les comprendre. - A 23'16" : La rencontre avec Jacques COPEAU à Paris. Après la guerre de 14, SARMENT suit COPPEAU pour une saison en Amérique. L'ambiance parfois compliquée de la troupe, l'autorité pesante de COPEAU, le renvoi de Charles DULLIN, qui voulait alors devenir cow-boy, et qui a par la suite mené une belle carrière à la tête du Théâtre de l'Atelier. Portrait de DULLIN. - A 30'47 " :Ses débuts d'auteur avec" La couronne de carton "créé au Théâtre de l'Oeuvre, dans laquelle il joua avec LUGNE-POE, et qui dut improviser le soir de la première, ayant perdu le texte qu'il devait lire. Autre anecdote sur LUGNE-POE à propos des pièces qu'il montait avec les moyens du bord. La pièce de SARMENT" Je suis trop grand pour moi "fut proposé au comité de lecture de la Comédie-Française et acceptée. Souvenirs de cette lecture et de la bienveillance de Paul MOUNET à son égard, malgré le fait qu'il dormit tout le long de la lecture ! SARMENT fit lui-même la mise en scène de la pièce au Français. - A 39'09" : Ses cauchemars. Jean SARMENT, qui déclare ne plus rêver pour son compte, regrette que l'on ne soit pas dans une époque d'intelligence mais plutôt dans une époque de confusions. Le rêve est devenu essentiel dans cette époque où il n'y a rien à attendre de l'immédiat. Sa croyance en une autre vie après la mort. - A 42'56 " :Générique de fin

Émission

Le bureau des rêves perdus ou à la poursuite des rêves perdus

Générique

interprète

Etienne Bierry

participant

Jean Sarment

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!