22 août 1962 : l'attentat du Petit Clamart ; 2 - Audio Ina.fr

22 août 1962 : l'attentat du Petit Clamart ; 2

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

22 août 1962 : l'attentat du Petit Clamart ; 2

L'histoire en direct

audio 12 sept. 1988 790 vues 59min 58s

Débat en public qui fait suite au documentaire diffusé le 5 septembre 1988, consacré aux causes, circonstances et conséquences de l'attentat du Petit-Clamart dirigé contre le général de GAULLE. Le 22 août 1962, le général de GAULLE échappait à l'attentat le plus grave qui ait été entrepris contre lui. L'organisateur du complot, le colonel Bastien-THIRY qui devait être condamné à mort et fusillé le 11 mars 1963 avait été traumatisé par les accords d'Evian signés cinq mois plus tôt et qui avaient mis un terme à la guerre d'Algérie. Participent à cette émission : - A 6'30, Antoine ARGOUD, Colonel, organisateur du putsch d'avril 61, membre du CNR (Comité National de la Résistance), enlevé en 63 à Munich par des barbouzes, condamné en 64 à la détention criminelle à perpétuité, Jean FOYER, membre de l'Institut, Garde des sceaux, Raoul GIRARDET, historien, professeur à l'Institut des sciences politiques et à l'école militaire de Saint-Cyr, Pierre ROUANET, historien, journaliste, auteur de "Inquiétude outre-mort du Général de GAULLE", Jacques DELARUE, ancien commissaire de police ayant participé à la lutte anti-OAS, auteur de "L'OAS Contre de GAULLE" : Antoine ARGOU, qui s'exprime pour la 1ère fois sur les médias, affirme que ni lui ni le CNR n'ont prononcé la condamnation à mort du Général de GAULLE collectivement, ni donné d'ordre. Polémique autour de la question - comment une armée peut-elle se dresser contre un gouvernement ? (selon FOYER, c'est l'inexistence du pouvoir politique sous la IVème République, selon Raoul GIRARDET, ce sont les conséquences de la 2ème Guerre Mondiale, mépris des pouvoirs publics pour les Français d'Algérie et Jacques DELARUE pour les soldats musulmans). Dans un discours passionné, Antoine ARGOU donne les preuves de la traîtrise de de GAULLE et affirme que 90% des officiers étaient pour l'Algérie Française. Ils sont tous d'accord pour reconnaître qu'aucun gouvernement n'était formé pour remplacer celui de de GAULLE (manque de preuve) et parlent de l'existence d'une taupe (certainement un officier de gendarmerie selon DELARUE) à l'Elysée informant l'OAS. Polémique autour de la personnalité de Bastien-THIRY (état dépressif selon FOYER et ROUANET). Discussion sur Pierre ROUANET les conséquences politiques de l'attentat (élection du Président de la République, sécurité du chef de l'Etat assurée par le Ministère de l'intérieur) et profond désaccord en ce qui concerne l'intervention du pouvoir politique sur le pouvoir judiciaire. Antoine ARGOUD évoque son enlèvement, ce qui provoque des rumeurs parmi les invités et le public. (Au total 53'30) Le ton de ce débat est passionné. Observations concernant les illustrations sonores : Lectures : - A 2'00, en illustration extrait de lecture d'un tract du CNR sur la condamnation à mort du "traitre" de GAULLE. (Au total 0'30) - A 30'40, témoignage de Roger FREY : enquête difficile et infructueuse sur l'existence d'une "taupe" à l'Elysée (témoignage non diffusé le 05.09.88). (Au total 0'45) - A 31'25, témoignage de de La TOCNAYE refusant de donner le nom de la "taupe" (témoignage diffusé le 05.0 9.88). (Au total 0'10) Description des Archives Phono. - A 1'00, Journal parlé : communiqué publié par la Présidence de la République sur l'attentat. (Au total 1'00)

AdBlock activé!