Aller au contenu principal
Valoriser les archives audiovisuelles : le choix professionnel d’Emmanuelle et de Lilia

Valoriser les archives audiovisuelles : le choix professionnel d’Emmanuelle et de Lilia

ILS APPRENNENT UN METIER A L’INA –  Au sein de l’INA, où sont conservées 20 millions d’heures de radio et de télé, chaque année, les étudiants en Master patrimoines audiovisuels se forment aux métiers de la gestion, la conservation, l’exploitation et la valorisation des archives audiovisuelles.  Emmanuelle et Lilia racontent.

Sylvie Lartigue - Publié le 14.04.2022
Lilia Vaugien, étudiante en deuxième année de master patrimoines audiovisuels. Crédits photos : INA

Pendant deux années, Emmanuelle et Lilia ont gravi les Hauts de Bry-sur-Marne (en bus 520 ou à pied) pour rejoindre l’Institut National de l’Audiovisuel où elles ont suivi, avec quatorze autres étudiants, le Master patrimoines audiovisuels. Car l’INA a cette particularité d’accueillir 400 étudiants aux côtés de ses 1000 salariés. Et tout le monde se partage les locaux. Alors évidemment quand Lilia et Emmanuelle ont intégré ce master, en septembre 2020, elles s’attendaient bien à profiter des savoirs, des expériences et surtout du fonds de l’INA pour apprendre. Et ce sera le cas.

Deux années plus tard, elles ont travaillé sur la création de dispositifs numériques pour le Musée des Confluences de Lyon, participé au marché international du film classique de la même ville, rencontré les acteurs majeurs du monde des archives comme la direction du Patrimoine du CNC à Bois-d’Arcy, et aussi réalisé un court-métrage documentaire à base d’archives issues du fonds de l’INA. C’est d’ailleurs l’un de leurs souvenirs les plus marquants, comme elles le racontent dans la vidéo ci-dessous.

Lilia et Emmanuelle racontent leurs parcours et leurs apprentissages en Master patrimoines audiovisuels

En mars, les enseignements se sont terminés et il a été temps de partir en stage de fin d'année. D'ores-et-déjà, la prochaine promotion se prépare.

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»