Aller au contenu principal
Valoriser les archives audiovisuelles : le choix professionnel d’Emmanuelle et de Lilia

Valoriser les archives audiovisuelles : le choix professionnel d’Emmanuelle et de Lilia

ILS APPRENNENT UN METIER A L’INA –  Au sein de l’INA, où sont conservées 20 millions d’heures de radio et de télé, chaque année, les étudiants en Master patrimoines audiovisuels se forment aux métiers de la gestion, la conservation, l’exploitation et la valorisation des archives audiovisuelles.  Emmanuelle et Lilia racontent.

Sylvie Lartigue - Publié le 14.04.2022
Lilia Vaugien, étudiante en deuxième année de master patrimoines audiovisuels. Crédits photos : INA

Pendant deux années, Emmanuelle et Lilia ont gravi les Hauts de Bry-sur-Marne (en bus 520 ou à pied) pour rejoindre l’Institut National de l’Audiovisuel où elles ont suivi, avec quatorze autres étudiants, le Master patrimoines audiovisuels. Car l’INA a cette particularité d’accueillir 400 étudiants aux côtés de ses 1000 salariés. Et tout le monde se partage les locaux. Alors évidemment quand Lilia et Emmanuelle ont intégré ce master, en septembre 2020, elles s’attendaient bien à profiter des savoirs, des expériences et surtout du fonds de l’INA pour apprendre. Et ce sera le cas.

Deux années plus tard, elles ont travaillé sur la création de dispositifs numériques pour le Musée des Confluences de Lyon, participé au marché international du film classique de la même ville, rencontré les acteurs majeurs du monde des archives comme la direction du Patrimoine du CNC à Bois-d’Arcy, et aussi réalisé un court-métrage documentaire à base d’archives issues du fonds de l’INA. C’est d’ailleurs l’un de leurs souvenirs les plus marquants, comme elles le racontent dans la vidéo ci-dessous.

Lilia et Emmanuelle racontent leurs parcours et leurs apprentissages en Master patrimoines audiovisuels

En mars, les enseignements se sont terminés et il a été temps de partir en stage de fin d'année. D'ores-et-déjà, la prochaine promotion se prépare.

Actualités

Les actualités de l'INA

L’INA lance le lab : la data média au service des chercheurs 
Carte blanche à Lamya Essemlali,  présidente de Sea Shepherd France
Conférence
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
L'INA partenaire de Médias en Seine 2022
Festival
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk 
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire 
Festival Soeurs Jumelles : la rencontre de la musique et de l’image
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»