Aller au contenu principal
Raymond Depardon : L'image et le monde

Raymond Depardon : L'image et le monde

Le 23 avril 2003, Raymond Depardon présentait librement, pour les membres du collège iconique de l’INA, les fils entremêlés de son enfance, de son « errance » et de son oeuvre. Le présent ouvrage reproduit cette parole vive qui, aux questions posées, répond par des souvenirs.

Publié le 08.12.2020

L'image et le monde

« Depardon crée des images fortes », analyse dans sa préface François Soulages, qui présida la séance : fortes d’un rapport singulier à l’espace, au temps et à l’écrit. Fortes, aussi, de l’audience formidable que leur ont donnée les médias, comme le montre la cartographie de cette oeuvre multiforme – du film documentaire au spot publicitaire – à la radio et à la télévision.

L'image et le monde - Raymond Depardon

L'image et le monde - Raymond Depardon

Raymond Depardon, né en 1942, se passionne très tôt pour la photographie en prenant comme sujet la ferme familiale de ses parents, à Villefranche-sur-Saône. Devenu reporter photographe, il cofonde l’agence Gamma puis rejoint l’agence Magnum, tout en réalisant des courts et longs métrages documentaires. Raymond Depardon a reçu de nombreux prix récompensant une oeuvre foisonnante (César du documentaire pour Reporters et Délits flagrants, César du court-métrage pour New York, NY ainsi que le Grand prix de la photographie en 1991).

Le Collège iconique propose un lieu de parole plus intime, une autre manière pour Raymond Depardon d’exposer son travail « avec/sur » les images. C’est sa réponse au mystère du réel.

Collège Iconique de l’INA

De 1993 à 2012, le Collège iconique a été un lieu d'étude analytique, réflexive et critique de tous types d'images, dans une approche pluridisciplinaire, avec une liberté absolue de pensée. Regroupant universitaires, chercheurs, intellectuels et professionnels de l'image, ce séminaire a été créé en 1993 à l'initiative de Marie José Mondzain, Régis Debray et Francis Denel. En 1999, la coordination de ce Collège a été confiée à Louise Merzeau, puis en 2001 à François Soulages et Serge Tisseron.

Actualités

Les actualités de l'INA

La vulgarisation de la conquête spatiale à la télévision
Conférence
Philae, le dernier bastion de l’Égypte ancienne
Diffusion
Présences électronique 2023
Concert
Jean-Pierre Mader : «Un gros succès populaire, c'est du travail, un peu de talent et 80% de chance»
Conférence
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Elena Avdija : «Les femmes cascadeuses sont des battantes»
L’INA lance le lab : la data média au service des chercheurs
Lamya Essemlali : «Rester gentiment assis sur son canapé ne suffit plus»
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»