Aller au contenu principal
Raymond Depardon : L'image et le monde

Raymond Depardon : L'image et le monde

Le 23 avril 2003, Raymond Depardon présentait librement, pour les membres du collège iconique de l’INA, les fils entremêlés de son enfance, de son « errance » et de son oeuvre. Le présent ouvrage reproduit cette parole vive qui, aux questions posées, répond par des souvenirs.

Publié le 08.12.2020

L'image et le monde

« Depardon crée des images fortes », analyse dans sa préface François Soulages, qui présida la séance : fortes d’un rapport singulier à l’espace, au temps et à l’écrit. Fortes, aussi, de l’audience formidable que leur ont donnée les médias, comme le montre la cartographie de cette oeuvre multiforme – du film documentaire au spot publicitaire – à la radio et à la télévision.

L'image et le monde - Raymond Depardon

L'image et le monde - Raymond Depardon

Raymond Depardon, né en 1942, se passionne très tôt pour la photographie en prenant comme sujet la ferme familiale de ses parents, à Villefranche-sur-Saône. Devenu reporter photographe, il cofonde l’agence Gamma puis rejoint l’agence Magnum, tout en réalisant des courts et longs métrages documentaires. Raymond Depardon a reçu de nombreux prix récompensant une oeuvre foisonnante (César du documentaire pour Reporters et Délits flagrants, César du court-métrage pour New York, NY ainsi que le Grand prix de la photographie en 1991).

Le Collège iconique propose un lieu de parole plus intime, une autre manière pour Raymond Depardon d’exposer son travail « avec/sur » les images. C’est sa réponse au mystère du réel.

Collège Iconique de l’INA

De 1993 à 2012, le Collège iconique a été un lieu d'étude analytique, réflexive et critique de tous types d'images, dans une approche pluridisciplinaire, avec une liberté absolue de pensée. Regroupant universitaires, chercheurs, intellectuels et professionnels de l'image, ce séminaire a été créé en 1993 à l'initiative de Marie José Mondzain, Régis Debray et Francis Denel. En 1999, la coordination de ce Collège a été confiée à Louise Merzeau, puis en 2001 à François Soulages et Serge Tisseron.

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»