Aller au contenu principal
Quand le jeu vidéo révolutionne le cinéma avec Unreal Engine 5

Quand le jeu vidéo révolutionne le cinéma avec Unreal Engine 5

Les proximités entre le monde des jeux vidéo et la vidéo ne sont pas nouvelles. La sortie de la nouvelle version du moteur de développement, Unreal Engine 5, va les lier définitivement.

par Sylvie Lartigue - Publié le 17.03.2022
Un épisode de The Mandalorian a été tourné en StageCraft. Crédits : The Walt Disney Company

King Kong, 2001, l’Odyssée de l’espace, Star Wars, Tron, Matrix ou Avatar : en plus d’être des films de science-fiction, ils ont tous en commun des méthodes de tournage novatrices. L’une des plus anciennes et célèbres reste le fond vert. Pourtant, depuis 2020, grâce au moteur de développement Unreal Engine, il est remplacé par le plateau LED. Ce moteur issu du jeu vidéo annonce une nouvelle révolution sur les plateaux de cinéma.

En 2020, le tournage de The Mandalorian a fait appel aux équipes d’ILM, Industrial Light & Magic, la société d'effets spéciaux fondée par Georges Lucas en 1975, connue pour avoir propulsé la trilogie Star Wars. Au moment du tournage de The Mandalorian, l’idée de créer les décors dans des studios de cinéma à Los Angeles est impossible, malgré un budget de 15 millions de dollars par épisode. Pour remédier au problème, les équipes ont recouvert les murs et le plafond d’écrans LED à la place des fonds verts. Quand le clap retentit, l’acteur de The Mandalorian joue bien au milieu des décors désertiques de la planète Nevarro, les paysages s’affichant en temps réel sur ces écrans. Pour que la caméra le filme dans ce désert, les concepteurs en effets spéciaux ont créé tous les décors en amont. En plus, à chaque prise, les designers peuvent rejouer le crépuscule à volonté, adapter la lumière pour qu’elle se reflète sur le costume du Mandalorian et de Grogu. Cette technologie s’appelle le StageCraft. Il permet d’afficher en temps réel le décor, préalablement filmé ou modélisé en 3D, et diffusé en 6K. Derrière cette révolution, le moteur Unreal Engine, développé par l’éditeur de jeux vidéo Epic Games, célèbre pour avoir lancé Fortnite en 2017.

L’utilisation sur les plateaux de tournage des professionnels des effets spéciaux est appelée à se reproduire grâce à Unreal Engine 5. Celui-ci va devenir omniprésent bien au-delà du jeu vidéo, explique Stéphane Chung, responsable des formations en motion design à l’INA : « Depuis la version 4, Epic Games affiche un nouveau positionnement. Il a intégré des fonctionnalités qui ne sont pas dédiées au jeu vidéo mais au plateau de tournage, comme la captation caméra, l’intégration de décors en temps réel, la possibilité d’avoir des effets dans la caméra virtuelle en temps réel. Les effets spéciaux les utilisent déjà. Et avec la démonstration de la version 5, les premières images sont d’une qualité telle que le champ d’application dépasse largement les besoins du jeu vidéo. »

Le changement majeur vient avec la notion de temps réel qui va s’exporter du jeu vidéo à la production, et profiter à toute la création vidéo comme l’explique Stéphane Chung : « Ce qu’Unreal apporte au motion design c’est une autre façon de travailler. Le fait d’avoir un outil temps réel permet de tester, de visualiser immédiatement le rendu de la scène, et non pas de préparer les choses, de faire le preview sur juste une image et d’attendre le rendu définitif pour voir sur la séquence animée ce que cela va donner. Là on peut le voir immédiatement, donc on peut modifier pendant qu’on travaille sans se soucier du temps de rendu à la fin. Et le métier de motion designer c’est de faire des projets qui sont souvent courts et avec des rendus que l’on a besoin de faire rapidement ».

Le bouleversement en temps réel n’est pas sans rappeler une précédente révolution, celle du montage quand dans les années 90, Avid Technology remplaçait les ciseaux et la colle par un ordinateur, et permettait d’afficher instantanément le découpage d’une scène filmée.

Ce qui faisait figure d’innovation lors du tournage de The Mandalorian préfigure donc de nouveaux modes de création qui nécessitent d’importants investissements. La France n’a pas attendu. Elle s’est déjà dotée de ses premiers plateaux virtuels. Stéphane Chung précise bien qu’il ne suffit pas de s’équiper de plateaux virtuels pour profiter de ces innovations, il faut revoir sa façon de travailler : « auparavant les effets spéciaux étaient travaillés en post-production. Dorénavant, il faudra les prévoir en amont pour pouvoir les intégrer et intervenir dessus pendant le tournage. »

Epic Games a pensé aux professionnels de l’audiovisuel, du motion design, des effets visuels, dits VFX, et plus seulement aux développeurs de jeu vidéo. Pour avoir initié les étudiants, Stéphane Chung constate que « l’abord est assez facile. Certaines fonctionnalités ne nécessitent pas de savoir développer. Il reste évidemment des utilisations assez complexes pour les développeurs mais les nouveaux utilisateurs issus de la production pourront s’en emparer. En tournage sur un plateau, la virtualisation des décors ne nécessite pas de savoir développer pour cela il suffit de récupérer ce qui a été fabriqué pour les intégrer et calibrer sa caméra. »

Pour la première fois à INA sup, l’apprentissage sur Unreal Engine est intégré au programme des étudiants en motion design en plus de ceux de la classe alpha. Après une semaine de pratique, les élèves sont capables de développer des scènes et de créer des décors. Une compétence précieuse et très recherchée.

Actualités

Les actualités de l'INA

La vulgarisation de la conquête spatiale à la télévision
Conférence
Philae, le dernier bastion de l’Égypte ancienne
Diffusion
Présences électronique 2023
Concert
Jean-Pierre Mader : «Un gros succès populaire, c'est du travail, un peu de talent et 80% de chance»
Conférence
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Elena Avdija : «Les femmes cascadeuses sont des battantes»
L’INA lance le lab : la data média au service des chercheurs
Lamya Essemlali : «Rester gentiment assis sur son canapé ne suffit plus»
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»