Aller au contenu principal
L'INA, partenaire du Prix Albert Londres 2020

L'INA, partenaire du Prix Albert Londres 2020

Pour la première fois sans public mais pour la première fois aussi en ligne.

Publié le 08.12.2020
Crédits : Dominique Faget / AFP

Pour la première fois sans public mais pour la première fois aussi en ligne, la cérémonie des Prix Albert Londres prendra la forme d’un Live Magazine en direct du Théâtre de l’Alliance française à Paris, samedi 5 décembre à 18 heures en direct ici sur la chaîne YouTube "INA institut".

Au lieu de tourner les pages d'un magazine, venez voir et écouter des journalistes sur une scène pas du tout compatible avec la théorie du complot. Alors que le virus de l’infox circule plus vite que celui de la covid, le jury du Prix Albert Londres souhaite plus que jamais mettre en valeur celles et ceux qui, parfois au péril de leur vie, œuvrent avec talent pour rendre compte de l’état du monde. À l’instar de leur ainé, ils et elles « portent la plume dans la plaie » sur le front de l’information analysée, recoupée, vérifiée. 

Et quoi de mieux, pour jeter sur eux la lumière, que d'imaginer avec eux un grand show du réel, en direct, qui s'adresse, pour la première fois du Prix Albert Londres, au grand public? C'est une première : plutôt que des discours, les lauréats feront chacun, à la première personne, un récit, court, accessible et émouvant, de leurs aventures. Un récit au coeur de leur travail, sur le fil de la plume, embarqué dans la plaie. 

Le jury, présidé par Hervé Brusini, décernera ses prix parmi les journalistes présélectionnés : 

Prix de Presse écrite

Margaux Benn Le Figaro
Marwan Chahine – L’Orient - Le Jour
Mikaël Corre – La Croix L’hebdo
Louis Imbert – Le Monde
Allan Kaval - Le Monde
Marion Touboul - Revue XXI
Marine Turchi Médiapart

Prix du Livre

Jean-Loup Adénor et Timothée de Rauglaudre – Dieu est amour : infiltrés parmi ceux qui veulent « guérir » les homosexuels (Flammarion)
Clément Brault et Romain Houeix – L’Amexique au pied du mur (Editions Autrement)
Cédric Gras – Alpinistes de Staline (Editions Stock)
Jérôme Lefilliâtre – Mister K. Petites et grandes affaires de Daniel Kretinsky (Le Seuil)
Joan Tilouine et Simon Piel  L’affairiste (Editions Stock)

Prix Audiovisuel

Charles Emptaz – Yémen à marche forcée. (Arte, Magneto Presse)
Jules Giraudat et Arthur Bouvart  Projet Green Blood (France 5, Forbidden Films / Frenchkiss Pictures)
Alexandra Jousset – Les Afghans, sacrifiés au nom de la paix. (SVT Suède, Arte, Capa Presse)
Sylvain Louvet et Ludovic Gaillard  7 milliards de suspects. (Arte, Capa Presse)
Madeleine Leroyer et Cécile Debarge – Numéro 387. Disparu en Méditerranée. (RTBF, Arte, Little big story, Stenola)

Actualités

Les actualités de l'INA

Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Carte blanche à Lamya Essemlali,  présidente de Sea Shepherd France
Conférence
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
L'INA partenaire de Médias en Seine 2022
Festival
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk 
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire 
Festival Soeurs Jumelles : la rencontre de la musique et de l’image
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»