Aller au contenu principal
«Le plus grand spectacle du monde», c'était la Callas à Paris en 1958

«Le plus grand spectacle du monde», c'était la Callas à Paris en 1958

Le 19 décembre 1958, Maria Callas chantait pour la première fois à l’Opéra Garnier de Paris pour un gala donné en faveur des œuvres de la Légion d’honneur. Un concert inoubliable à retrouver pour la première fois en vinyle et CD. Une édition INA en partenariat avec Diggers Factory.

Par l'INA - Publié le 25.11.2021 - Mis à jour le 30.11.2023
INA

«Le plus grand spectacle du monde». C'est par ces mots que le premier concert de Maria Callas à Paris fut annoncé dans la presse. Le concert est en effet exceptionnel. Un an plus tôt, la diva aphone fut contrainte d'arrêter sa représentation de La Norma à Rome. Largement critiquée par les Italiens et épuisée par les multiples spectacles à travers le monde, la diva se met en retrait. Un an plus tard, elle revient sur le devant de la scène avec un récital de son choix.

En présence du président de la République René Coty (dont ce serait la dernière sortie officielle, avant la passation des pouvoirs à Charles de Gaulle) et du tout Paris, l'événement est immense. La soirée est diffusée en Eurovision. Maria Callas espère bien montrer à ses contradicteurs italiens qu'elle sait tenir ses engagements, à condition d’être en état de le faire. Pour ce gala de charité en faveur des œuvres de la Légion d'honneur, elle renonce même à son cachet de 5 millions de francs, le plus important versé par l’Opéra de Paris à l'époque. À la télévision, Pierre Tchernia précise que la circulation automobile a diminué de moitié pendant la diffusion du concert.

Une promesse

Un peu plus tard, au Ritz, une Maria Callas radieuse revenait devant trois cents journalistes sur l'épisode de l’année précédente : « Après mon affaire de Rome, les Français ont été les seuls à essayer de comprendre ce qui m’était arrivé... J’ai été tellement touchée par le comportement des journalistes français que j’ai juré de venir chanter pour vous remercier... d’ailleurs, j’ai appris le français bien avant l’italien ».

Le concert de Paris marque un événement heureux pour la cantatrice. « Je me sens incapable de dire à quel point je suis reconnaissante aux Parisiens de l’accueil inoubliable qu’ils m’ont réservé », a-t-elle dit.

DISQUE I

I. Norma de Bellini (extraits). Interprétation : Maria Callas (Norma) et Jacques Mars (Oroveso, père de Norma).

  • 1. Mise en relation avec l’Opéra 0’10
  • 2. Annonce 1’08
  • 3. Sediziose voci 4’48
  • 4. Casta diva 6’50
  • 5. A ! Bello a me ritorna 3’40

Il. Trovatore de Verdi (extraits). Interprétation : Maria Callas (Leonora) et Albert Lance (Manrico, le Trouvère)

  • 6. D’amor sull’ali rose 6’29
  • 7. Miserere 4’55
  • Il Barbiere di Siviglia de Rossini (extraits). Interprétation : Maria Callas (Rosina)
  • 8. Overture 6’18
  • 9. Una voce poco fa 6’27

DISQUE II

Tosca de Puccini (deuxième acte). Interprétation : Maria Callas (Tosca), Tito Gobbi (Scarpia), Albert Lance (Mario), Louis Rialland (Spolette), Jean-Pierre Hurteau (Sciarrone).

  • 1. Tosca, e un buon falco 2’32
  • 2. Ell a vera per amor del suo Mario 3’42
  • 3. Tal violenza ! 4’07
  • 4. Ed or fra noi parliam da buoni amici 3’48
  • 5. Orsu, Tosca, parlate 3’40
  • 6. Floria ! Amore ! 2’58
  • 7. La povera mia cena fu interrota 1’16

Avec les Chœurs et l’Orchestre de l’Opéra de Paris, dirigés par Georges Sebastian.

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»