Aller au contenu principal
L’INA et la Cinéfondation du Festival de Cannes s’associent

L’INA et la Cinéfondation du Festival de Cannes s’associent

L’INA, producteur audiovisuel et centre de formation d’excellence aux métiers de l’image et du son depuis près de 45 ans, s’associe à la Cinéfondation du Festival de Cannes pour soutenir la jeune création dans le triple cadre de sa Sélection, de sa Résidence et de son Atelier.

Publié le 06.12.2019

" L’INA est fier de pouvoir accompagner la nouvelle génération de cinéastes sélectionnés par la Cinéfondation en partageant avec elle ses savoir-faire éditoriaux et techniques pour la construction d’une mémoire audiovisuelle vivante et créative, pleinement engagée dans l’intelligence du présent et la construction de l’avenir, au service des publics, des professionnels et des talents. Je suis convaincu que, de cette rencontre, naîtront bientôt des oeuvres singulières et inattendues." - Laurent Vallet, Président-directeur général de l’INA

Construit autour de l’exceptionnelle richesse d’une collection d’archives audiovisuelles unique au monde, ce partenariat entend rapprocher les savoir-faire techniques et éditoriaux de l’INA du désir de raconter le monde qu’incarnent les jeunes cinéastes abrités par la Cinéfondation :

  • Les réalisateurs participant à la Résidence de la Cinéfondation se verront proposer un accès privilégié aux collections de l’INA, doublé d’un parcours de découverte in situ de l’institution ;
  • L’un de ces cinéastes bénéficiera en outre d’un accueil en résidence sur le campus de l’INA, en vue de réaliser un film de montage à partir d’archives qui sera projeté à Cannes en ouverture de la soirée de clôture de la Cinéfondation ;
  • Pour les réalisateurs participant à l’Atelier de la Cinéfondation, une rencontre autour de l’utilisation d’archives dans un film de cinéma sera organisée par l’INA pendant le Festival ;
  • Enfin, parmi la Sélection de la Cinéfondation - qui propose chaque année quinze à vingt courts et moyens métrages issus d’écoles de cinéma du monde entier - un « Prix INA du montage » doté de 5 000 euros sera décerné par le Jury.

"Pour avoir beaucoup travaillé sur des actualités filmées, particulièrement celles de l’INA, je peux dire le plaisir qu’éprouve tout cinéaste à assembler des archives, à les faire rimer entre elles, à construire un vrai film à partir d’images tournées par d’autres." - Gilles Jacob, Président de la Cinéfondation

Actualités

Les actualités de l'INA

La vulgarisation de la conquête spatiale à la télévision
Conférence
Philae, le dernier bastion de l’Égypte ancienne
Diffusion
Présences électronique 2023
Concert
Jean-Pierre Mader : «Un gros succès populaire, c'est du travail, un peu de talent et 80% de chance»
Conférence
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Elena Avdija : «Les femmes cascadeuses sont des battantes»
L’INA lance le lab : la data média au service des chercheurs
Lamya Essemlali : «Rester gentiment assis sur son canapé ne suffit plus»
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»