Aller au contenu principal
Avec «Les raisins verts», Jean-Christophe Averty a cassé les codes de la télévision

Avec «Les raisins verts», Jean-Christophe Averty a cassé les codes de la télévision

L’ALBUM PHOTO – Chaque semaine, l'INA vous propose une série de photos issue de ses fonds photographiques. Aujourd'hui, des images d'une émission culte de la télévision française.

Par Benoit Dusanter - Publié le 24.03.2022

Le baigneur sortant d'une moulinette fit scandale en 1963. Crédits : Claude James.

« Avec "Les raisins verts", Averty va vous agacer les dents ».

Télérama, du 12 octobre 1963

Cette semaine, nous vous proposons un focus sur «Les raisins verts », un programme réalisé par Jean-Christophe Averty et produit par Michèle Arnaud. Diffusée du 12 octobre 1963 au 6 juillet 1964, l'émission triviale et sarcastique dynamite les codes de la télévision d'alors.

Le documentaliste à l'INA Jean-Paul Gueroult, qui a aussi contribué à l’ouvrage Jean-Christophe Averty : penser la télévision au XXe siècle, estime que cette émission «a dépoussiéré les variétés».

Il en raconte l'origine : «Le 12 octobre 1963, une petite équipe se lance un pari audacieux, celui de renouveler la façon de filmer et de mettre en page les variétés. Ils se présentent en chair et os dans le premier générique. Autour du réalisateur, Jean-Christophe Averty, on retrouve Michèle Arnaud, la productrice, Jean-Loup Dabadie, l’auteur des sketchs et Dirk Sanders, le chorégraphe.»

L'émission fera date, en seulement dix numéros, diffusés du 12 octobre 1963 au 6 juillet 1964. Pour Jean-Paul Gueroult, le succès vient de ses «ingrédients» : «Des saynètes entre les chansons, des sketchs qui manient l’humour et l’humour noir, des chanteurs connus comme Yves Montand ou Gilbert Bécaud qui chantent en play-back, d’autres moins connus à l’époque tels Bobby Lapointe ou Mouloudji, ou des comédiens comme Guy Bedos et Michel Galabru. À cela, il convient d'ajouter des trucages au service d’une liberté de création sans limite. Et de placer au bon moment le professeur Choron alias Georges Bernier dans "Le jeu bête et méchant"». Le tout avec un générique qui marquera les esprits.

Jean-Paul Gueroult explique également que "Le bébé à la moulinette" était une séquence culte de l'émission. «La fille de Jean-Christophe Averty l'empêchait de dormir. Il avait alors eu cette idée comme pour exorciser la chose. Cette scène apparaît dans l’émission du 9 novembre et déclencha de nombreuses réactions parmi les téléspectateurs», dit-il.

Et le titre de l’émission ? Pourquoi Les raisins verts ? Jean-Paul Gueroult poursuit : «C'est une allusion à un passage de la Bible et une occasion de se moquer de la télévision. Le titre devient celui du premier reportage diffusé le 12 octobre 1963, un pastiche du magazine d’actualités "Cinq colonnes à la une" ».

L'animateur présente un panneau sur lequel est représenté un baigneur sortant d'une moulinette. Crédits : Claude James.

Le professeur Choron dans un sketch. Crédits : Jacques Chevry.

Décor à plat d'une portée musicale pour l'émission "Les raisins verts". Crédits : Claude James.

Tournage de l'émission "Les raisins verts" : dans sa baignoire une femme savonne "sa" jambe poilue. Crédits Jean-Claude Pierdet.

Guy Bedos dans un sketch. Crédits : Norbert Perrau.

Lancer le diaporama : 5 images

Jean Christophe Averty en tournage sur "Les Raisins verts". Crédits : Claude James.

Jean Christophe Averty et Gilbert Bécaud, hilares, dans les coulisses de l'émission "Les raisins verts". Crédits : Norbert Perrau.

Le groupe de danseurs du ballet Dirk Sanders forment un mur de décor. Crédits : Norbert Perrau.

Jean-Loup Dabadie, Jean-Christophe Averty, Michèle Arnaud, et Dirk Sanders. L'équipe des "Raisins verts" reçoit un Emmy Award . Crédits : Bernard Pascucci.

Chantal Laurentie sur le plateau de l'émission "Les raisins verts" avec pour décor un squelette d'un animal étrange. Crédits : Jean-Pierre Loth.

Lancer le diaporama : 5 images

Actualités

Les actualités de l'INA

«Starsky & Hutch» : deux chevaliers au grand cœur sur madelen
Harcèlement scolaire : «On a minimisé la parole des victimes»
La place des femmes de théâtre dans les archives avec Reine Prat
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»