Aller au contenu principal
Dans les allées du marché de Rungis en 1970

Dans les allées du marché de Rungis en 1970

ALBUM PHOTO - Plaque tournante de produits frais et de denrées alimentaires de qualité, Rungis contribue à faire rayonner l’excellence gastronomique française. Plongée dans les arcanes du plus grand marché de France au début des années 70.

Par l'INA - Publié le 30.01.2024

Cigarette à la bouche, un grossiste en charcuterie organise son stock au marché de Rungis. 1971. Crédits : Aimé Dartus.

Situé initialement dans les Halles de Paris, le marché central de la capitale est transféré à Rungis dans le Val-de-Marne en 1969 sous l’impulsion des pouvoirs publics. Avec une superficie de plus de 230 hectares, Rungis est le plus grand marché de produits frais au monde. Chaque jour y transitent des milliers de tonnes de fruits, légumes, viandes, poissons, fromages, fleurs et autres produits frais. Trait d’union entre les producteurs et les consommateurs, entre la terre et la table, le marché de Rungis voit se côtoyer chefs étoilés et restaurateurs de quartier à la recherche des meilleurs produits.

Véritable ville dans la ville, le marché de Rungis joue aujourd’hui un rôle de premier ordre dans la distribution alimentaire en France et au-delà. Dès le cœur de la nuit, les allées du marché fourmillent, les marchandises affluent et les commerçants déballent. Une effervescence rythmée par des négociations animées entre les producteurs, grossistes, restaurateurs et commerçants.

Les clichés ci-dessous nous montrent toute la logistique et l’ambiance du marché peu après son arrivée à Rungis au début des années 70.

 Les quais de déchargement, centres névralgiques du marché de Rungis. 1973. Crédits : Aimé Dartus.

Les méandres de marchandises dans les grands halls de Rungis. 1971. Crédits : Aimé Dartus.

La transpalette, un outil précieux pour déplacer les marchandises. 1973.  Crédits : Aimé Dartus.

Le stockage des huitres dans le pavillon de la marée du marché de Rungis à l'approche du réveillon de la Saint Sylvestre. 1970. Crédits : Aimé Dartus.

Le marché de Rungis alimente aussi la grande distribution. Ici, un grossiste traite une commande de fromage pour un supermarché. 1971. Crédits : Aimé Dartus.

Lancer le diaporama : 5 images

Des carcasses s'accumulent lors d'une manifestation de bouchers. 1973. Crédits : Jean-Baptiste Servant. 

Un maraicher organise son stock d'oranges. 1973. Aimé Dartus.

Les trains de marchandises desservent directement le marché de Rungis. 1973. Crédits : Aimé Dartus.

Le marché international de Rungis sous la neige en 1970. Crédits : Aimé Dartus.

La valse des camions au marché de Rungis .1973 Crédits : Aimé Dartus

Lancer le diaporama : 5 images

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»