Aller au contenu principal
Le Palais Bourbon, symbole du pouvoir républicain

Le Palais Bourbon, symbole du pouvoir républicain

L’ALBUM PHOTO – Chaque semaine, l'INA propose une série de photos issue de ses fonds photographiques. Cette semaine, dans le cadre du second tour des élections législatives, nous nous intéressons au Palais Bourbon où siègent les députés.

Par Benoît Dusanter - Publié le 16.06.2022

Façade Nord de l'Assemblée nationale réalisée par l'architecte Bernard Poyet avec ses 12 colonnes et son fronton d'inspiration antique. Crédits : Robert Siegler. 1963.

Dimanche 19 juin, les Français sont appelés aux urnes pour élire au suffrage universel direct 577 députés pour un mandat de 5 ans. Au sein du Palais Bourbon, les élus de la nation ont pour mission d’élaborer et de voter les lois, de contrôler l’action du gouvernement, et d'évaluer les politiques publiques.

Pourquoi appelle-t-on ce lieu le Palais Bourbon ? Avant de devenir un haut lieu de la République, il s’agissait, à la fin du XVIIe siècle, de la résidence de Louise-Françoise de Bourbon, fille de Louis XIV et de Madame de Montespan, favorite et maîtresse du roi. Le bâtiment a ensuite été réquisitionné à la Révolution en 1791 pour devenir un bien national. En 1798, un hémicycle est aménagé pour accueillir le Conseil des Cinq-Cents, l’une des deux assemblées du Directoire, régime mis en place après la Terreur de Robespierre. A la Restauration, en 1815, le palais revient à Louis-Joseph Bourbon, Prince de Condé. Il faut attendre 1830 et la Monarchie de Juillet pour que le Palais trouve sa configuration actuelle grâce à l’architecte Jules de Joly, concepteur de l’hémicycle que nous connaissons aujourd’hui.

Voyage dans les couloirs de ce lieu chargé d’histoires à travers cette série de photos issues des archives de l’INA.

La grande salle de la Galerie des fêtes rejoint l’Hôtel de Lassay, siège de la présidence. Crédits : Robert Siegler. 1963.

C’est dans la Salle des pas perdus que le président de l’Assemblée arrive sous une haie d’honneur de gardes républicains. Ce rituel est le même depuis la Révolution. Crédits : Robert Siegler. 1966.

La salle des Séances vu du "perchoir", nom donné au siège du président. Crédits : Jean-Pierre Loth.1972.

L’hémicycle. Crédits : auteur non communiqué.

Les bancs des ministres. Crédits : auteur non communiqué.

Lancer le diaporama : 5 images

Vue sur le bureau du Président et le bas-relief. Crédits : Jean-Pierre Loth.1972.

Zoom sur le bas-relief du sculpteur Lemot. Crédits : Jean-Pierre Loth.1972.

Zoom sur le bas-relief du sculpteur Lemot représentant « La Renommée » faisant face à « l’Histoire ». Crédits : Jean-Pierre Loth.1972.

Tapisserie de la Manufacture des Gobelins. Reproduction de « l’Ecole d’Athènes » du peintre Raphaël dont l’original se trouve au Vatican. Elle symbolise les origines grecques de la démocratie. Crédits : Jean-Pierre Loth.1972.

Portrait de Lycurgue, législateur de Spartes, entouré de deux personnages représentant la liberté et l'ordre public. Jean-Pierre Loth.1972.  

Lancer le diaporama : 5 images

Actualités

Les actualités de l'INA

«Starsky & Hutch» : deux chevaliers au grand cœur sur madelen
Harcèlement scolaire : «On a minimisé la parole des victimes»
La place des femmes de théâtre dans les archives avec Reine Prat
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»