Aller au contenu principal
L’ascension la Tour Eiffel en direct : «Ils ont amené la montagne à la capitale»

L’ascension la Tour Eiffel en direct : «Ils ont amené la montagne à la capitale»

L’ALBUM PHOTO – Chaque semaine, l'INA propose une série de photos issue de ses fonds photographiques. Cette semaine, focus sur l’ascension de la Tour Eiffel en direct à la télévision en 1964 par quatre spécialistes dont René Desmaison. Le jeune alpiniste Charles Dubouloz revient pour nous sur ces images.

Propos recueillis par Benoît Dusanter - Publié le 22.08.2022
 

Pour les 75 ans de la Tour Eiffel achevée en 1889, une équipe d’alpinistes a escaladé le 4 mai 1964 la « Dame de fer ». L'ascension a été filmée par les caméramen aguerris Pierre Tairraz et René Vernadet. Deux cordées de grimpeurs, formées d’un côté par Guido Magnone et René Desmaison et de l’autre par Robert Paragot et Ian Mac Naught Davis, accèderont tout en haut de la tour, juste en dessous de l’émetteur de télévision. L’évènement a été commenté en direct sur la 1ère chaîne par Pierre Sabbagh et Pierre Tchernia dans une émission réalisée par Alexandre Tarta.

Pour l’ORTF, c’est l’occasion de démontrer que la télévision constitue un canal privilégié pour valoriser les exploits sportifs, cette même équipe s’étant déjà illustrée à la télévision lors de l’ascension de l’Aiguille du Midi, retransmise en direct le 19 mai 1963.

Il s’agit également d’une belle prouesse technique : réaliser la retransmission de l'ascension en direct et en eurovision, donc accessible à travers toute l'Europe. Pour cela, elles utilisent la liaison radio reliée aux caméras ainsi qu’un hélicoptère de reportage, tout en maintenant la communication avec l’alpiniste Guido Magnone pendant la démonstration. Le reportage photo est signé Bernard Pascucci.

Nous avons demandé à l'alpiniste Charles Dubouloz ce qu'il pensait de cette ascension et de cet exploit.

Questions à l’alpiniste Charles Dubouloz

Charles Dubouloz est alpiniste et guide de haute-montagne. En janvier 2022, il a effectué la première ascension en solitaire de la voie dite « Rolling Stones » des Grandes Jorasses dans le Massif du Mont-Blanc. Une grimpe de 1200 mètres sur 6 jours.

INA - Quel regard portez-vous sur ces images de l'ascension de la Tour Eiffel en 1964 ?

Charles Dubouloz - C’est assez drôle. Ils ont amené la montagne à la capitale en quelque sorte. C’est avant tout une opération médiatique. Au niveau de la performance, c’est vraiment anecdotique. Pour des grimpeurs chevronnés, même à cette époque, gravir ce genre d’édifice, c’est de la rigolade. D’autant plus que les points d’attache sont déjà là. Ils ne sortent pas leurs mousquetons de leurs baudriers. Le matériel reste tout de même très rustique.

INA - Qu’est-ce que cela raconte sur l’évolution de la pratique ?

C. D. - L’alpinisme était beaucoup plus médiatisé à l'époque. Des alpinistes comme René Desmaison, habitué des faces Nord (souvent les plus difficiles), étaient des vrais explorateurs et connus du grand public. En 1968, il a notamment ouvert en direct à la radio une voie dans les Jorrasses qui s’appelle le Linceul. Ce qui était incroyable à l’époque. Aujourd’hui, l’approche est différente. Par exemple, en termes d’image, l’utilisation de l’hélicoptère est très mal vu. Il y a un rapport à la montagne, à la nature qui est très présent chez les grimpeurs. Un peu comme les navigateurs avec l’océan. Il y a cette conscience de préserver l’environnement dans lequel on évolue. Les drones parviennent maintenant à ramener des images. Cela reste des prouesses techniques. La montagne est un milieu hostile. On joue souvent avec notre vie. Ça rend super humble.

Guido Magnone et René Desmaison lors de l'ascension de la Tour Eiffel filmée pour l'émission télévisée « En direct de ». Crédits : Bernard Pascucci. 

Le cadreur René Vernadet et son assistant lors de l'ascension de la Tour Eiffel. Crédits : Bernard Pascucci. 

Descente en rappel lors de l'ascension de la Tour Eiffel. Crédits : Bernard Pascucci. 

L'alpiniste Ian Mac Naught Davis lors de l'ascension. Crédits : Bernard Pascucci. 

L'alpiniste Guido Magnone juste avant de se lancer. Crédits : Bernard Pascucci. 

L'e même Guido Magnone lors de l'ascension. Crédits : Bernard Pascucci. 

Lancer le diaporama : 6 images

Guido Magnone et René Desmaison en action. Crédits : Bernard Pascucci. 

Une photo de groupe sur la Tour Eiffel avec les alpinistes Ian Mc Naught Davis, Guido Magnone, Robert Paragot et René Desmaison . Crédits : Bernard Pascucci. 

Pierre Sabbagh (à gauche) et Alexandre Tarta lors du tournage de l'émission. Crédits : Bernard Pascucci. 

René Vernadet lors de la prise de vue de l'opération. Crédits : Bernard Pascucci. 

Pierre Tairraz portant le matériel HF pour filmer l'ascension. Crédits : Bernard Pascucci. 

Lancer le diaporama : 5 images

Actualités

Les actualités de l'INA

Serge Gainsbourg «à la radio» : en CD, vinyle et digital !
Vincent Petit : «Corto Maltese est un personnage nécessaire»
«Nous… Nougaro !», le nouveau concert patrimonial de l'INA
Le documentaire «Jacques Rozier : d’une vague à l’autre» sélectionné à Cannes
«Starsky & Hutch» : deux chevaliers au grand cœur sur madelen
«On pensait qu’il allait revenir» : le témoignage rare de Serge Klarsfeld sur la Shoah
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
Harcèlement scolaire : «On a minimisé la parole des victimes»
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
La République électronique de Dombrance
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»