Aller au contenu principal
Jean Yarps, une vie de pochoirs à la gloire de Serge Gainsbourg

Jean Yarps, une vie de pochoirs à la gloire de Serge Gainsbourg

Rencontre avec le pochoiriste, aka Spray Yarps, qui détourne plusieurs clichés du chanteur célébré à l’occasion de l’exposition « Gainsbourg ? Affirmatif ! » à Erstein.

Propos recueillis par Benoit Dusanter - Publié le 12.10.2021
Jean Yarps. Crédits : INA

L’INA. - Pouvez-vous vous présenter et revenir sur votre parcours ?

Jean Yarps. - Mon nom d’artiste est Spray Yarps, c’est un palindrome. Je fais des pochoirs depuis la fin des années 80 à Paris et dans le monde entier. Je découpe tout à la main. Mes pochoirs sont en plusieurs couches. Je travaille principalement à partir de photos, dont celles de Pierre Terrasson que je décompose en 4 ou 5 couches et que je superpose ensuite à la bombe. Mon travail a surtout un rapport avec la musique et le cinéma. Par exemple mon projet "Film in situ" propose le pochoir d'une séquence culte d'un film parisien, à l'endroit même du tournage... Un flashcode permet de visionner la scène. La plupart des pochoiristes découpent aujourd’hui au laser. A l’époque où j’ai commencé, cela n’existait pas. J’ai continué et je ferai toujours comme ça, même si c’est très très long. Le pochoir par exemple que j’expose de Gainsbourg avec sa main sur le visage, c’est une semaine de découpe.

gainsbourg

Comment vous êtes-vous rencontrés avec le photographe Pierre Terrasson ?

Pierre, ça fait longtemps que je connais son travail. Nous nous sommes rencontrés à l’occasion de la sortie d’un ouvrage baptisé « Gainsbourg graffiti » qui recense tous les graffitis qu’il y a eu sur le mur du 5 bis rue de Verneuil. J’interviens sur ce mur depuis plus de 30 ans. J’y ai fait les premiers pochoirs. J’ai donc un petit chapitre dans ce livre, Pierre aussi car il a photographié le mur à la mort de Gainsbourg. On a sympathisé et il m’a autorisé à utiliser ses photos. C’est comme ça que je suis devenu le pirate officiel de Pierre Terrasson. On co-signe mes travaux. On fait aussi Bashung, les Rita Mitsouko et d'autres.

Pierre Terrasson et Spray Yarps

Reproduction de la façade du 5 bis rue de Verneuil

Des enfants préparent des pochoirs à l'éffigie de Gainsbourg

Vinyles Gainsbourg by Spray Yarps

Lancer le diaporama : 4 images

Comment est venue cette idée d’une grande fresque de la rue de Verneuil mise à disposition du public à la médiathèque d’Erstein?

C’est une idée de Pierre, il l’avait déjà fait à Enghien. L’idée de faire participer le public dessus avait tout son sens. Aujourd’hui, il y a des enfants et c’est génial. J’espère que cela leur permettra de découvrir Gainsbourg. Recréer ici ce mur grandeur nature permet de laisser aux gens qui ne peuvent pas se déplacer rue de Verneuil la possibilité de mettre un petit mot.

Vous avez une photo, une image de Gainsbourg qui vous interpelle particulièrement ?

J’aime beaucoup les photos qui ont été prises par Pierre au commissariat d’Aubervilliers. C’est mon attirance pour les bandits. J’aime aussi beaucoup celle avec le Nikon F2. Serge a un regard un peu de chien battu, très touchant.

Crédits : Pierre Terrasson

Serge Gainsbourg au commissariat d'Aubervilliers. La Marianne éclairée est incarnée par Catherine Deneuve.

Crédits : Pierre Terrasson

Serge Gainsbourg au commissariat d'Aubervilliers. La Marianne éclairée est incarnée par Catherine Deneuve.

Un morceau préféré de Gainsbourg ?

Je suis un gros fan de reggae. J’adore "Bad news from the stars" et "Aux armes et caetera”. Je connais bien aussi Bruno Blum qui a remixé ces albums en Dub. Et puis j’aime bien sa période yéyé et surtout ses musiques de film.

Une archive télé ?

Avec Whitney Houston ou le billet de 500 francs pour le côté provoc. Mais j’aime bien aussi les vieilles archives de ses débuts ou il a une timidité, un regard.

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»