Aller au contenu principal
L’INA poursuit sa collaboration avec l’Union Economique et Monétaire des pays Ouest Africains

L’INA poursuit sa collaboration avec l’Union Economique et Monétaire des pays Ouest Africains

Dans la continuité de sa collaboration, initiée en 2014, avec l’Union Economique et Monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA), l’INA a animé un atelier de travail à Ouagadoudou, du 29 novembre au 5 décembre, à l’attention des responsables du projet communautaire de dépôt légal de l’audiovisuel.

@INA

Entre 2014 et 2016, l’INA avait accompagné, dans le cadre du projet Capital Numérique, les huit pays membres de l’UEMOA dans l’élaboration d’une directive régionale portant sur le Dépôt Légal de l’audiovisuel. Le projet Capital Numérique avait pour but de dynamiser la production et le marché de l’audiovisuel sur le territoire africain. L’objectif principal de ce projet, coordonné par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), était de contribuer à la création d’un cadre juridique propice à la conservation du patrimoine audiovisuel africain et de favoriser la mise en réseau des archives de la télévision et de la radio.

Après l’adoption de la directive portant Dépôt Légal de l’audiovisuel par les Etats membres en décembre 2018, plusieurs scénarii de mise en œuvre sont envisagés par les responsables ouest-africains en vue du lancement opérationnel en 2022-2023. Cette directive constitue le socle juridique indispensable à la dynamique de structuration du secteur audiovisuel ouest-africain. Elle participe également aux objectifs de l’UEMOA qui vise à instituer une coordination des politiques nationales autour d’actions communes.

Les responsables du projet au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau, au Niger, au Sénégal et au Togo, accompagnés des représentants désignés de la Commission de l’UEMOA, se sont réunis à Ouagadougou pour une séance de travail organisée et animée par l’INA afin de déterminer les orientations stratégiques de la mise en œuvre du Dépôt Légal. Cet atelier a permis de mobiliser les équipes opérationnelles autour des enjeux de la directive. Des temps d’échange et de débat concernant les choix de collecte, de conservation, de documentation et de consultation des archives audiovisuelles ont ainsi pu avoir lieu. Il s’agissait également de décider des modalités techniques du projet et d’aborder des thématiques de valorisation des archives et de leurs usages futurs.

Média patrimonial et centre de formation renommé, l’INA est un référent en matière de numérisation et de gestion des archives audiovisuelles, résolument impliqué en faveur de la préservation et de la valorisation des patrimoines à travers le monde. L’Institut a notamment accompagné l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Liban ou encore le Congo sur des sujets de préservation, de conservation, de numérisation et de valorisation des archives audiovisuelles.

Actualités

Les actualités de l'INA