Aller au contenu principal
« Garçons sensibles » de Sébastien Lifshitz : une histoire de l’homosexualité masculine à la télévision française

« Garçons sensibles » de Sébastien Lifshitz : une histoire de l’homosexualité masculine à la télévision française

A l’occasion de la projection du film « Garçons sensibles » de Sébastien Lifshitz au Festival Chéries chéris à Paris mercredi 24 novembre, retour sur une œuvre qui pose un regard singulier et engagé sur la représentation de l’homosexualité masculine à la télévision française. Une production INA.
 

Par l'INA - Publié le 23.11.2021
Crédits : Le slip, Dim Dam Dom, 1968

Produit par l’INA, « Garçons sensibles » de Sébastien Lifshitz est une œuvre poétique et politique, pleine d'émotion. C'est aussi le regard d’un auteur sur les archives de l’Institut. Le réalisateur d’Adolescentes  et de Petite Fille s’est plongé dans les images pour proposer une histoire de la représentation des homosexuels dans le discours médiatique. Sans commentaire et exclusivement composé d’archives montées chronologiquement, le film présenté dans le cadre de l’exposition Masculinités aux dernières Rencontres de la photographie d’Arles, ne laisse pas insensible.

Jusqu’à la fin des années 60, l’homosexualité a été absente de toute représentation et même de toute évocation à la télévision française. On parle d’hommes « distingués » dans les spectacles de music-hall. L’homosexuel y est caricaturé. On le moque dans les cabarets comme une bête de foire et de perversion. De grandes icônes du spectacle comme le couple Jean Cocteau / Jean Marais ou Charles Trenet font cependant exception dans des apparitions très normalisées soulignant au passage le rôle de la culture dans le mouvement d’émancipation et le changement des mœurs.

Emission médicale, l'homosexualité, 1973

Emission médicale, l'homosexualité, 1973

Au fur et à mesure, le film se fait plus sociétal. L’homosexualité arrive dans les médias et les magazines d’informations. A partir de la fin des années 60, la société se transforme à deux vitesses. Tandis que les homosexuels s’émancipent et se livrent à l’antenne sans tabou, une part la société demeure réactionnaire. On s’interroge sur la mode, la religion, sur tout ce qui peut faire identité, sur la question de l’existence de la marge dans la norme. Puis vient le temps du politique avec l’élection d’Harvey Milk à la mairie de San Francisco et l’élection de François Mitterrand en 1981 qui dépénalise définitivement l'homosexualité. Au fil des années, le regard de la télévision sur l’homosexualité et le discours changent, c'est ce que montre "Garçons sensibles".

« Garçons sensibles » de Sébastien Lifshitz à voir au Festival Chéries chéris, mercredi 24 novembre au MK2 Beaubourg à Paris à 20h20.

 

Une production INA 

Avec le soutien des Rencontres d’Arles et de Sézane 

Produit et diffusé dans le cadre l’exposition « Masculinités » des Rencontres d’Arles 2021  

Actualités

Les actualités de l'INA

Bonjour Sagan ou la naissance d'un roman mythique
Diffusion
Carte blanche à Lamya Essemlali,  présidente de Sea Shepherd France
Conférence
«Les GAFAM définissent comment le grand public accède à l’information sur Internet»
«80 %» : un podcast sur le handicap invisible et les métiers de l’audiovisuel
Opération spéciale
Écologie : «On en demande beaucoup au sport»
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»
Podcast
L'INA partenaire de Médias en Seine 2022
Festival
madelen vous offre le premier épisode d’une série culte chaque lundi sur sa nouvelle chaîne Youtube
Opération spéciale
«Le problème nucléaire s’ajoute au problème climatique»
Conférence
Allain Bougrain-Dubourg : « Nous avons posé les bases de l’engagement écologique »
Rencontre
Balavoine, enquête sur un destin tragique
Diffusion
AKOUSMA : la célébration de l'écoute
Concert
Jean Blaise : « Paris a été la première ville du monde à proposer Nuit Blanche »
« Tout n’a pas été dit en musique »
Rencontre
Le punk est mort, vive le punk 
Comment juge-t-on la bande-son d’un film ?
Les femmes sous-représentées dans le documentaire 
Festival Soeurs Jumelles : la rencontre de la musique et de l’image
Comment les premières images de La Cinq ont été retrouvées
Collection
Nina Hazel : « Avec la fanfiction, l’histoire ne s’arrête jamais »
Quand la pochette de disque se transforme en objet de décoration connecté
«Je me suis demandé comment utiliser des extraits de "Shoah" dans des classes»