Aller au contenu principal
La vie et les combats de l'abbé Pierre jusqu'à l'hiver 54

La vie et les combats de l'abbé Pierre jusqu'à l'hiver 54

DOCUMENTAIRE - À l’occasion des 70 ans de l’appel de l’hiver 54 mené par l’abbé Pierre, focus sur le parcours de celui qui fut la personnalité préférée des Français pendant près de 20 ans. « Hiver 54 : l'abbé Pierre et l'insurrection de la bonté », un documentaire coproduit par l’INA à voir dimanche 28 janvier à 23h35 sur France 5.

Par l'INA - Publié le 26.01.2024

L'abbé Pierre, le curé rebelle devenu un héros national.  Crédits : ANMT – Emmaüs.

« Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée...»

Le 1er février 1954, alors qu’une vague de froid glacial s’abat sur la France, l’abbé Pierre lance sur les ondes de Radio Luxembourg un appel à la générosité, un appel à «l’insurrection de la bonté». Le pays prend soudain conscience du mal logement et de la précarité des sans-abris. C’est la naissance d’un extraordinaire mouvement de solidarité qui fera écho dans le monde entier.

Aujourd’hui, cet appel continue d’interpeller nos sociétés et raisonne encore dans les combats de la Fondation Abbé Pierre et des compagnons d’Emmaüs.

En s’appuyant sur de nombreuses archives INA, ce documentaire éclaire le parcours de l’abbé Pierre, homme d’église, résistant, député, toujours rebelle et indigné. Une plongée inédite dans la genèse d’un destin qui a marqué l’histoire politique, sociale et humanitaire du XXe siècle.

« Hiver 54 : l'abbé Pierre et l'insurrection de la bonté »
Un film de Cédric Condon et Jean-Yves Le Naour
Production Bleu Kobalt, en coproduction avec l’INA
À voir dimanche 28 janvier à 23h35 sur France 5

L'abbé Pierre en février 1954 après son "’Insurrection de la Bonté ". Crédits : Leo Lafont - ANMT.

Camp d'urgence "La Pomponnette" installé dans la forêt de Pomponne par les équipes d'Emmaüs. 1953. Crédits : ANMT – Emmaüs.

Enregistrement pour Radio Luxembourg en 1954 pour "la campagne des billets de 100 francs" qui s’est tenue lors de l’exposition du magasin du Printemps à Paris. Crédits : ANMT – Emmaüs.

L'abbé Pierre pose la première pierre de la cité Emmaüs d'Argenteuil. 1954. Crédits : ANMT – Emmaüs.

1954. La France découvre la misère des sans-abris. Ici un taudis d'Issy-les-Moulineaux. Crédits : ANMT – Emmaüs.

Lancer le diaporama : 5 images

Actualités

Les actualités de l'INA

L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»