A la croisée de trois frontières - Vidéo Ina.fr

A la croisée de trois frontières

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

A la croisée de trois frontières

Focus Corée

video 01 janv. 2013 466 vues 50min 05s

Ce documentaire retrace le parcours de neuf transfuges nord-coréens, qui guidés par le pasteur Peter JUNG, un militant sud coréen, se sont réfugiés en Chine. Ils vont réussir à traverser la frontière vers le Vietnam. Les réalisateurs Hark Joon Lee, Hein S. Seok et Dong-Kyun Ko ont accompagné, parfois avec une caméra cachée, celles et ceux qui refusent de vivre plus longtemps dans une société totalitaire et espèrent trouver une vie meilleure. Ils sont un nombre toujours plus important de Nord-Coréens, qui tente chaque année de fuir le régime de KIM JONG. Le long périple vers la liberté est parsemé d'embûches et seul un réfugié sur deux, arrive à sortir de Corée du Nord et rejoindre la Corée du Sud. Alternant des interviews et des séquences de fuite des transfuges nord coréens, ce documentaire enquête sur la réalité d'un pays divisé en deux et met l'accent sur la géopolitique du statut de réfugié, qui varie selon les pays frontaliers de la Chine, où les transfuges ont pu fuir. Ainsi les nord-coréens, bien qu'acceptés comme réfugiés politiques partout dans le monde, n'ont aucune possibilité d'obtenir un statut de réfugié politique en Chine, qui ne les reconnait pas comme tels. Toujours en fuite, ils recherchent alors une ambassade qui pourrait leur offrir un lieu sûr et le statut de réfugié. Ainsi leurs stratégies consistent à passer vers le Vietnam, car s'ils sont arrêtés en Chine, ils seront rapatriés d'office puis emprisonnés ou exécutés. Des séquences documentaires donnent à voir dans quelles conditions matérielles et psychologiques, les neufs réfugiés vont traverser la frontière de nuit via le Vietnam. Une séquence filme, grâce à l'engagement du pasteur Peter JUNG, une scène de théâtre de rue, dénonçant la politique de la Chine s'opposant au statut de réfugiés des nord-coréens en fuite et protestant contre les arrestations des transfuges. Mettant en scène avec plusieurs acteurs, un soldat nord-coréen et un autre déguisé en officier de police chinois, deux jeunes filles jouent deux transfuges encagoulées et ligotées, maltraitées par les soldats. Cette scène illustre bien et résume la situation politique et humaine des transfuges nord-coréens.Interview du pasteur Peter JUNG (en coréen, sous titrages en français), qui raconte que lorsqu'il était en prison, il a décidé de s'occuper des sans- papiers. Cette expérience lui a fait comprendre qu'il devait continuer à se battre pour les droits des personnes sans-papiers.Interview et Réunion avec le pasteur JUNG (en coréen, sous titrages en français), qui explique et dénonce la situation politique du statut des réfugiés nord-coréens, qui ne sont pas autorisés à rejoindre la Corée du sud, même après être entrés à l'ambassade coréenne du Vietnam. Leur plan est de faire entrer les transfuges dans plusieurs ambassades au Vietnam simultanément.Interview d'un sud coréen à son bureau (en coréen, sous titrages en français). Il explique la situation générale du statut de réfugié que peuvent obtenir les transfuges selon les pays. Les transfuges qui parviennent à l'ambassade Sud coréenne de Birmanie, sont autorisés à aller en Corée du Sud. C'est considéré comme territoire sud coréen et il y a donc une reconnaissance tacite qu'ils peuvent poursuivre leur route vers la Corée. Il explique la situation au Laos, au Cambodge, qui selon différentes pressions des ONG, qui ont été très mobilisées, acceptent et envoie " officieusement " les transfuges vers la Corée. C'est le résultat d'efforts très récents.Interview de Sang hum KIM, responsable opérationnel, qui a travaillé plus de 20 ans aux Nations Unies, en réunion avec les activistes qui aident les transfuges. Il explique que le principe de non-rapatriement n'est pas seulement inscrit dans la déclaration des droits des réfugiés, mais dans chaque traité international majeur.Interviews et réunion du groupe des transfuges : un activiste qui va les aider à fuir, leur explique leurs droits fondamentaux de réfugiés " les traités internationaux considèrent les transfuges nord-coréens comme des réfugiés ".Interview d'un activiste, disant après la photo de groupe : " au cas où on perdrait contact, s'il vous plait, diffusez cette photo et nos noms et prévenez le monde entier.Interviews autour de la table des réfugiés. Une jeune réfugiée, fait de l'humour, disant "qu'elle est maintenant en bas de l'échelle ". Autre témoignage d'une transfuge : dit qu'elle rêvait souvent à sa maison et à sa fille, lorsqu'elle était en Chine.Interview (suite) du pasteur Peter JUNG (en coréen, sous titrages en français), inquiet pour la sécurité de cinq transfuges qui ont été arrêtés par la police chinoise. Il regrette de ne pas avoir changé d¿itinéraire, mais le guide lui a conseillé de continuer le chemin.Interview de Tim PETIERSON, militant (en caméra cachée) discutant avec le Pasteur JUNG, sur les chances de faire sortir les détenus par les gardes frontières.Interviews des militants, qui analysent la situation des détenus et essaient d'organiser au mieux vers quelles ambassades ils peuvent les aider à se réfugier pour une demande d'asile.Paroles d'un officiel (Caméra dissimulée dans l'ambassade.) disant que les réfugiés ne pourront pas se rendre en Corée du Sud et qu'ils doivent rejoindre Ho Chi Minh et franchir la frontière vers le Cambodge.Interviews du pasteur JUNG et de Sanghum KIM, analysant que la solution est d'emmener les transfuges vers d'autres ambassades.Militants discutant de solutions pour les transfuges, qui seraient d'aller vers l'ambassade danoise et examiner le Peloponnesian Center. Ils font plus confiance aux danois qu'aux philippins. Ils évaluent s'il a de l'espoir que la mission diplomatique danoise accepte de leur garantir cette aide, mais c'est un risque à courir.Un transfuge interviewe l'équipe de tournage sur ce qu'ils pensent de tous ces problèmes et comment ils vivent ce tournage. Les réalisateurs répondent qu'ils n'entrent pas dans les ambassades étrangères, car ce serait trop risqué, ils pourraient être arrêtés.Interview d'une jeune femme nord-coréenne, qui est dans la voiture en direction de l' Ambassade du Danemark (qui finalement en vertu du droit international, va les accueillir durant un mois, avant que les réfugiés ne puissent aller s'établir vers la Corée du Sud.)

Émission

Focus Corée

Production

producteur ou co-producteur

Solferino Images

Générique

réalisateur

Hark Joon LEE

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies