Présidentielle : des coûts très réglementés - Vidéo Ina.fr

Présidentielle : des coûts très réglementés

Publicité

Présidentielle : des coûts très réglementés

data culte

video 11 avril 2017 128 vues 03min 07s

La campagne officielle de l’élection présidentielle a commencé hier… Le premier tour est dans 12 jours. Les candidats vont donc enchaîner les meetings, coller des affiches, parcourir la France pour tenter de convaincre les derniers indécis… Une campagne qui a un coût mais qui est aussi très réglementée...
21 719 956 € c’est le coût de la campagne pour l’élection présidentielle de François Hollande en 2012. Un budget très contrôlé qui ne doit rien au hasard. Depuis 1988, le financement des campagnes est réglementé par l’État.
Une des réformes mises en place, c’est le plafonnement des budgets de campagne pour les candidats… Conséquence, le coût des campagnes a très peu varié, voir même baissé en plus de 20 ans…
Exemple avec les candidats de la droite : si en 1995 la campagne de Jacques Chirac représentait plus de 119 millions de francs, soit plus de 18 millions d’Euros , il y a 5 ans, Nicolas Sarkozy a officiellement dépensé près de 23 millions d’euros.
Mais si on tient compte de l’inflation durant ces années, les chiffres sont tout autres. Et c’est la campagne de Jacques Chirac qui a coûté le plus cher : l’équivalent aujourd'hui de plus de 24 millions d’Euros !
Pour vérifier que personne ne dépasse le plafond, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques veille au grain !
Cette année, la campagne des candidats du premier tour ne doit pas dépasser 16 851 000 Euros… Pour les deux finalistes du second tour, leur budget total ne doit pas dépasser 22 509 000 Euros.
Chaque parti doit faire appel à un mandataire financier pour tenir les comptes et rentrer dans les clous !

Car si les candidats respectent le plafond, c’est pour une bonne raison ! Une partie de la campagne peut être remboursée par l’État si le candidat a bien suivi toutes les règles du jeu…
Et voici le calcul fait par la commission : si un candidat fait moins de 5% à l’élection, l'État lui rembourse à hauteur de 4.75% du plafond autorisé, soit 800 423 euros maximum. Et si le candidat fait plus de 5% au premier tour, c’est près de la moitié des 16 851 000 qui peuvent être remboursés. Certains candidats fixent alors leur budget sur cet hypothétique remboursement.
Mais si le candidat ne respecte pas les règles de plafonnement, alors la conséquence est simple : pas de remboursement de la campagne. En 2012 Nicolas Sarkozy a dépassé le plafond autorisé. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques lui a donc remboursé zéro euro !


Émission

data culte

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel

Générique

rédacteur

Richard Poirot
Géraldine Cornet Lavau

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies