Partager
Ajouter Acheter
24 nov. 2000 519 vues 02min 04s

La loi de solidarité urbaine ne fait pas que des heureux : elle impose à toutes les communes la construction de 20% de logements sociaux. Des quotas impossibles à atteindre répondent certaines d'entre elles. Reportage.Vivre dans un logement social au... + de détails

La loi de solidarité urbaine ne fait pas que des heureux : elle impose à toutes les communes la construction de 20% de logements sociaux. Des quotas impossibles à atteindre répondent certaines d'entre elles. Reportage.Vivre dans un logement social au Raincy c'est la vie de château : pas de Tours en béton, mais des pavillons et des villas réhabilités. Mais la commune compte à peine 3 % de logements sociaux. Pour se mettre en conformité avec la loi GAYSSOT, il faudrait en construire 800 de plus. C'est mission impossible, il n'y a plus de surface constructible et il est impossible de rivaliser avec les promoteurs pour acheter des terrains au prix du marché. Au Raincy on se prépare à payer les pénalités prévues par la loi, 1000 frs par logement manquant. Interview d'Eric RAOULT, maire du Raincy sur ce problème.A Villeneuve la Garenne, la commune compte 80 % de logements sociaux et son objectif serait plutôt de réhabiliter ce parc, comme dans le quartier de la Caravelle, et de répartir ce coût avec des communes plus riches.Interview d'Alain Bernard BOULANGER, maire de Villeneuve la Garenne qui propose que les villes qui ont plus de 20 % de logements sociaux bénéficient des pénalités versées par les villes qui ne les atteignent pas.La loi concerne 178 communes en Ile de France et elles ont 20 ans pour rattraper leur retard en matière de logement social.

  • Emission
  • JT Soir Paris Ile de France
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    France 3 Paris