Partager
Ajouter Acheter
11 sept. 2000 226 vues 02min 08s

Les vendanges vont bientôt commencer dans le Berry. Mais le souci de beaucoup de viticulteurs est de trouver de la main d'oeuvre. Il est de plus en plus difficile de faire des vendanges à la main. Le travail est pénible et les contraintes sanitaires ... + de détails

Les vendanges vont bientôt commencer dans le Berry. Mais le souci de beaucoup de viticulteurs est de trouver de la main d'oeuvre. Il est de plus en plus difficile de faire des vendanges à la main. Le travail est pénible et les contraintes sanitaires rendent la tâche plus difficile. Alors un peu partout dans les vignes, on voit apparaître les machines, même si le prix à payer est une perte en qualité.Depuis quelques années, les vendangeurs ont déserté les vignes, le travail est pénible et les vignobles sont loin des vignes. Le problème s'amplifie, les exploitants ont de plus en plus de contraintes à respecter pour accueillir la main d'oeuvre saisonnière. Denis VACHERON, président de l'Union Viticole Sancerroise parle de ces contraintes au niveau de la restauration. Beaucoup de viticulteurs ont opté pour la machine à vendanger : près de 80% du vignoble de la région est vendangé de façon mécanique. Interview de Claude LAFOND, président de l'union viticole de Reuilly : "pour vendanger 70 ha de vignes, il faudrait 200 personnes pendant 18 à 20 jours, c'est pourquoi j'ai opté avec beaucoup de plaisir pour la mécanique..."Mais la machine ne peut pas toujours remplacer l'homme. Le problème de main d'oeuvre n'est pas saisonnier : le secteur viticole souffre d'un manque de personnel qualifié pour travailler toute l'année dans les vignes et les caves. Denis VACHERON : "il va falloir investir dans la formation". Mais c'est le soleil qui décidera de la qualité du cru 2000.

  • Emission
  • JT Soir Orléans
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    France 3 Orléans