Partager
Ajouter Acheter
21 sept. 2002 620 vues 15min 57s

Thierry ARDISSON demande à Olivier BESANCENOT ce qu'il pense du PCF. Ce dernier se lance ensuite dans un laïus anti-libéral, accusant le parti socialiste d'être converti au libéralisme et vantant les mérites d'une "autre gauche", sociale, anticapita... + de détails

Thierry ARDISSON demande à Olivier BESANCENOT ce qu'il pense du PCF. Ce dernier se lance ensuite dans un laïus anti-libéral, accusant le parti socialiste d'être converti au libéralisme et vantant les mérites d'une "autre gauche", sociale, anticapitaliste, féministe, anti-guerre... qui doit lutter contre une droite réactionnaire et sécuritaire. Estimant que le leader de la LCR se réfère assez peu à Trotsky et au trotskisme, l'animateur lui demande si il ne serait pas "un liquidateur de l'idéologie". BESANCENOT répond qu'on peut ne pas être d'accord avec le capitalisme sans pour aurtant être acussé d'être stalinien. Il revient aussi sur les désaccords avec lutte ouvrière et parle du programme de son parti soit "faire passer les besoins avant les profits". Thierry ARDISSON lui pose "la question qui tue" : "est-ce que vous ne regrettez pas d'avoir été de ceux qui ont fait battre Jospin ?" Réponse : "Non parce que je ne fais pas du tout parti de ceux qui ont fait battre Jospin, je n'ai pas empêché les organisations de la gauche plurielle qui étaient 4 ou 5 de présenter une candidature unique et d'ailleurs je crois que même Lionel Jospin ne nous a jamais pointé du doigt parce qu'il savait qu'on avait des désaccords politiques avec lui qu'on a fait entendre pendant 5 ans de gestion de la gauche plurielle".

  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Tout sur l'ecran