Partager
Ajouter Acheter
02 mai 1974 15200 vues 01h 49min 14s

Ce documentaire retrace "La bataille de France" qui désigne l'invasion allemande des Pays-Bas, de la Belgique du Luxembourg et de la France en 1940 durant la seconde guerre mondiale. L'offensive commence le 10 mai 1940 en mettant fin à la "drôle de g... + de détails

Ce documentaire retrace "La bataille de France" qui désigne l'invasion allemande des Pays-Bas, de la Belgique du Luxembourg et de la France en 1940 durant la seconde guerre mondiale. L'offensive commence le 10 mai 1940 en mettant fin à la "drôle de guerre", et se termine le 22 juin par la capitulation des forces armées françaises et la signature de l'armistice du 22 juin 1940 par le gouvernement PETAIN. Le territoire national est alors divisé en plusieurs parties : une zone occupée par l'Allemagne au Nord et à l'Ouest, une zone occupée par l'Italie dans le Sud-Est et une zone libre sous l'autorité du gouvernement de Vichy. La Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas sont également occupés à la suite de cette bataille. Ils ne recouvrent la liberté qu'à partir de 1944. Cette bataille est évoquée par de nombreuses images d'archives et par des témoignages de militaires français, allemands et anglais.À l'invasion de la Pologne en septembre 1939, les Alliés déclarent la guerre à l'Allemagne. Mais l'Allemagne, aidée par la Russie, écrase de sa puissance l'armée polonaise. À la défaite polonaise, les troupes françaises quittent les avant-postes de la Sarre et se replient derrière la ligne Maginot. Les forces du Royaume-Uni qui avait envoyé sur le continent un Corps expéditionnaire britannique s'installent dans l'attente du prochain mouvement allemand, en maintenant un blocus maritime. Cette période de trêve tacite, que l'on surnomma la Drôle de guerre, dura jusqu'au 9 avril 1940 avec l'opération Weserübung lancée par l'Allemagne sur le Danemark ainsi que la Norvège, pour devancer les Alliés qui prévoyaient d'envoyer un corps expéditionnaire afin de couper la route du fer.Le 10 mai 1940, le général Von MANSTEIN et l'armée allemande surprennent les français en envahissant les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique et en traversant le massif des Ardennes (ce plan est appelé "Le coup de faucille"). Le Général De Gaulle et la 4e DCR tiennent tête aux allemands mais faute de soutien logistique et de renforts le succès n'est pas exploité. Aucune attaque d'envergure ne sera tentée par l'armée française. Les forces française et le corps expéditionnaire britannique, sont alors enfermées dans une vaste poche autour de Dunkerque et contraintes au rembarquement. L'Armée belge, elle, capitule le 28 mai.Le gouvernement quitte Paris le 10 juin pour Bordeaux. Les réfugiés qui fuient la Belgique et le Nord de la France sont alors rejoints par 2 millions de réfugiés de la région parisienne. Entre le 15 mai et le 10 juin, au moins 6 millions de Français abandonnent leur domicile et participent à l'exode de 1940, se retrouvant sur les routes sous les attaques de la Luftwaffe. La bataille de France est perdue. Le 14 juin, les blindés allemands atteignent Paris déclarée ville ouverte. En France certains se résignent à la défaite et réclament l'armistice, d'autres veulent poursuivre la lutte comme promis aux Britanniques, en s'appuyant sur l'Empire et notamment l'Algérie. C'est le premier camp, soutenu par le général Maxime WEYGAND, le maréchal PETAIN, Pierre LAVAL et François DARLAN, qui l'emporte. Le général DE GAULLE, secrétaire d'État à la Défense, partisan de la poursuite de la guerre, rejoint Londres, où il prononce son appel devenu célèbre mais passé relativement inaperçu dans le chaos ambiant. Philippe PETAIN devient Président du Conseil et l'armistice est signé le 22 juin 1940. La plus grande partie de la France est occupée par les troupes allemandes, le pays est divisé en une zone occupée et administrée militairement par l'Allemagne (nord, ouest et sud-ouest), et en une zone libre (centre et sud). Le gouvernement de Vichy du maréchal PETAIN administre l'ensemble du territoire français et l'Empire.Les personnes ayant apporté leur témoignage sont :- Louis JACQUINOT, Sous-Secrétaire d'Etat à l'Intérieur (France)- Commandant André HARQUIN, 34ème R.I (France)- Capitaine André BEAUFRE, Etat-Major (France)- Sous-Lieutenant Raymond GANGLOFF, 156ème R.I de Forteresse (France)- 2ème Classe Gaston CIRECH, Saint-Omer (France)- Général BETHOUART (France)- Lieutenant Clemens Von KAGENECK, 3ème Panzer (Allemagne)- 2ème Classe Robert MERLE, Dunkerque (France)- Sir Anthony EDEN, Ministre de la guerre (Grande-Bretagne)- Feldwebel Max BUSCHENHOFEN, 84ème R.I (Allemagne)- 2ème Classe Claude BELLANGER, Gien (France)- Albert PILLARD, Gien (France)- Lieutenant René KRESSMANN, 46ème Bataillon de chars de combat (France)- Aspirant Georges-Antoine CHRESTEIL, Saumur (France)- Elève-Aspirant François de la GRANGE, Saumur (France)- Capitaine Jean ACCART, Groupe de chasse 1/5 (France)- Pierre de LEUSSE, Général de Brigade Antoine BETHOUART, 1ère DLC (France)

  • Emission
  • Les grandes batailles
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Pathé cinéma, Office national de radiodiffusion télévision française