Raymond Aron - Vidéo Ina.fr

Raymond Aron

13 déc. 1974 58min 04s 6828 vues

Publicité

|
ou
|
1,99 €

Raymond Aron

Variances

13 déc. 1974 6828 vues 58min 04s

Portrait du philosophe Raymond ARON. Il est interviewé par Bernard BONILAURI tantôt au Collège de France, tantôt chez lui. L'entretien est ponctué de photos ou d'images d'archives. Raymond ARON parle de son intérêt pour les problèmes économiques et sociaux ancré par le choc de la découverte de l'Allemagne pré-hitlérienne, et qui a aussi déterminé une conscience différente de son judaïsme. A cette époque, il découvre les écrits de Max WEBER, occasion de parler de ses frustrations en matière d'action politique et de se définir comme un esprit libre et "un homme de droite insupportable". Il aborde aussi le sujet du marxisme auquel il aurait aimé croire, "s'il y avait une vérité à la fois de l'histoire et de la morale". Il développe sa vision politique de la société. Il poursuit sur sa collaboration à la revue "Les Temps modernes" et ses relations avec Jean Paul SARTRE. Puis Raymond ARON communique ses réflexions sur la violence dans le monde contemporain. Il analyse les crises et les difficultés humaines liées à nos sociétés de consommation, et émet des réserves sur une "vision utopique d'une civilisation technique stationnaire", où la science et la technique assureraient des conditions de vie les plus tolérables au plus grand nombre d'individus. Il explique le principe de l'inflation propre à nos sociétés industrielles et les différentes crises qui peuvent en découler, comme celle de 1974 due à l'augmentation du prix du pétrole. Il parle ensuite de la façon dont il concilie son rôle de professeur et de journaliste. Il rappelle quels furent les moments les plus importants pour lui eu égard à ses prises de position éditoriales : l'article "Le cercle carré" et ses publications pendant le stalinisme et au moment de Mai 68. Raymond ARON poursuit sur ses relations avec le général de GAULLE et parle du gaullisme et du régime de Vichy. Puis il enchaîne sur ses relations avec le milieu politique américain, relations accidentelles liées à ses fréquentations universitaires, en particulier avec John KENNEDY à propos de la guerre d'Algérie et de l'affaire de la Baie des Cochons, et avec Henri KISSINGER dont il analyse la politique étrangère au Vietnam et au Proche-Orient. Puis il parle de la situation économique de l'Europe, qui, depuis la guerre du Kippour, doit prendre en compte sa dépendance énergétique et financière vis à vis des pays producteurs de pétrole et des Etats-Unis. Il conclut sur la société postmoderne, dont il réfute le nom mais reconnaît la réalité dans le sens de la désillusion du progrès.

Émission

Variances

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Michèle Arnaud

journaliste

Bernard Bonilauri

participant

Raymond Aron

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies