Mon père Maurice Barrès - Vidéo Ina.fr

Mon père Maurice Barrès

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Mon père Maurice Barrès

Archives du XXème siècle

video 25 nov. 1973 15757 vues 55min 50s

Le fils de Maurice BARRES, Philippe, évoque avec le réalisateur la figure de son père.A travers de nombreuses anecdotes, il raconte ses souvenirs d'enfance puis l'éducation qu'il a reçue, son père ayant toujours été très proche et s'occupant beaucoup de lui. Il parle ensuite de la personnalité de sa mère, figure centrale de la famille BARRES. Elle épouse Maurice à 18 ans en 1891. Jeune fille de la bonne société, elle étudie à la Sorbonne. Passionnée de philosophie, elle a toujours apporté son soutien précieux au travail de son mari. Pendant sa jeunesse, Philippe apprend à connaître les milieux intellectuels et la haute société grâce à son père qui l'emmène avec lui lors de ses visites dans les salons de la capitale. C'est ainsi qu'il rencontrera Marcel Proust puis François Mauriac. Il commente ensuite leur vie quotidienne : les dimanches à bicyclette avec un groupe d'amis, les distractions, les vacances à Charmes dans la maison familiale, la façon de travailler de son père. Nommé député du 1er arrondissement de Paris en 1906, il passait souvent ses matinées à s'occuper de ses électeurs avant de se rendre à la Chambre. C'est surtout lors de ses vacances qu'il rédigeait ses ouvrages. Passionné par l'art, Philippe expose les goûts littéraires de Maurice : Jules Michelet, Edgard Poe, Jean-Jacques Rousseau dont il ne partageait pas, cependant, les options politiques qu'il jugeait naïves. Certaines rencontres ont marquées son existence et son oeuvre comme Charles Péguy et André Gide.Très lié avec ce dernier à une époque, leurs chemins se sont séparés avec son succès grandissant et l'insuccès de Gide. Selon son fils, il n'a pas été conscient de la montée de Gide qui eut lieu surtout après sa mort en 1923. Il fait part ensuite des idées politiques de son père en commentant sa rencontre avec Charles Maurras. Très frappé par la puissante intelligence de cet homme, ils furent très proches pendant toute la période où Maurras s'occupa de la revue de l'Action française bien que le royalisme ait toujours constitué une barrière entre eux. Par ailleurs, bien que nationaliste et catholique, détestant toute idée de révolution violente, il ne s'est jamais fâché avec les chefs de la gauche et a toujours gardé des relations amicales avec Jean Jaurès, Jules Guesde, Léon Blum, Marcel Sembat.Enfin, son fils aborde les dernières années : réformé pendant la guerre pour cause de maladie, il a vécu en permanence avec l'idée de la mort, persuadé qu'il mourrait jeune car de constitution fragile et très usé par le travail. Nombreuses photographies en noir et blanc (Philippe Barrès enfant dans la bibliothèque de son père puis enfant en costume de velours ; Maurice Barrès chez lui puis avec sa femme et son fils ; Portraits de sa femme ; Photo de classe de Maurice Barrès chez les jésuites ; Philippe à sa première communion ; nombreuses photos de Maurice Barrès ; La maison de famille près d'Epinal à Charmes ; Le fils de Philippe et son régiment pendant la seconde guerre mondiale), oeuvres (Portrait de Maurice Barrès dessiné par Jean Louis Forain ; Portrait peint de Madame Martel, auteur inconnu ; Peinture représentant Maurice Barrès dominant une ville, auteur inconnu ; Portrait -dessin- de la mère de Maurice Barrès ; Portrait à la sanguine de Charles Maurras) et banc titres ( Mot manuscrit de Maurice Barrès adressé à madame Sembat pour le décès de son mari ; Lettre de Jean Jaurès à Maurice Barrès ; Lettre de Maurice Barrès en Août 1914 au Ministère de la Guerre pour s'enrôler ; pages de garde de différents ouvrages de Maurice Barrès) montrés à l'écran.

Émission

Archives du XXème siècle

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Roger Ikhlef
Pierre Beuchot

producteur

Jean Jose Marchand

participant

Philippe Barres

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies