Claude Levi-Strauss : 2ème partie - Vidéo Ina.fr

Claude Levi-Strauss : 2ème partie

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Claude Levi-Strauss : 2ème partie

Archives du XXème siècle

video 16 juin 1974 4467 vues 58min 05s

Deuxième partie d'une série de quatre, consacrées à Claude LEVI STRAUSS. Les interviews ont été réalisées en Juillet 1972 à Montigny sur Aube, avec des questions de Jean José MARCHAND. Après avoir traversé un parc durant les premières images, l'ethnologue est installé dans un fauteuil face à une vieille demeure française.A son retour en France en 1948, Claude LEVI STRAUSS est nommé Directeur d'Etudes à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, à la chaire des religions comparées des peuples sans écriture. "Il y venait des gens des sociétés dont nous parlions. Il n'était pas rare qu'un auditeur m'interrompe et dise:" dans ma tribu les choses...". Cette année là parait son livre sur les Nambiquara, qui est en fait un mémoire écrit aux Etats Unis, en anglais, avec quelques insuffisances, dit-il.En 1949, son livre "Les structures élémentaires de la parenté" connait un grand retentissement, mais à son avis les éloges ont été fondées sur des malentendus. On a cru à tort que le livre contribuait à ce qui était alors la philosophie dominante, à savoir l'existentialisme, essentiellement en raison de la distinction tranchée entre l'ordre de la nature et l'ordre de la culture "comme si j'apportais ma pierre à cette entreprise pour constituer l'ordre humain en un ordre complètement séparé et détaché du reste de la création". Au départ de ce livre il y a la prohibition de l'inceste et l'obligation de l'exogamie.La règle de la prohibition peut varier d'une culture à une autre, ce qui n'est pas variable c'est qu'il existe une règle, les familles biologiques sont contraintes de s'unir entre elles, de constituer une société et de pratiquer l'échange, échange qui implique une réciprocité. Ces phénomènes de parenté, comme tous les phénomènes sociaux lui semblent justiciables des progrès qui ont été accomplis par la science sociale elle même qu'est la linguistique. Les sociétés sans écriture, sans archive s'efforcent de résister au cours de l'histoire, par le recours au mythe, elle tentent de justifier le présent.On a accusé le structuralisme d'anti-humanisme...Claude LEVI STRAUSS réprouve cet humanisme hérité de la Renaissance, humanisme agressif, outrancier par lequel l'homme se situe comme seigneur et maître de la création "ce qui nous a conduit aux grandes guerres, aux camps de concentration" ainsi qu'à la destruction des espèces animales et végétales.En 1950, Claude LEVI STRAUSS part au Bengale faire une enquête sur les sciences sociales dans ce pays. Il y est frappé par la misère démultipliée par la surpopulation.En 1952 parait "Races et histoires" et en 1955 "Tristes tropiques", dont le titre est celui d'un roman qu'il avait songé à écrire jeune homme. Ce livre est "une sorte d'école buissonnière", "j'ai eu envie d'écrire ce qui me passait par la tête"...

Émission

Archives du XXème siècle

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Serge Hanin
Pierre Beuchot

producteur

Jean Jose Marchand

journaliste

Jean Jose Marchand

monteur

Juliette Bort

participant

Claude Levi Strauss

scripte

Suzanne Bujot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies