Les poètes et leurs émules - Vidéo Ina.fr

Les poètes et leurs émules

13 juin 1971 43min 59s 2826 vues

Publicité

|
ou
|
2,99 €
13 juin 1971 2826 vues 43min 59s

Pour ce troisième et dernier volet consacré à l'Unanimisme, l'auteur revient sur la période qui a suivi la dislocation de l'Abbaye de Créteil. Chacun des protagonistes va entreprendre son oeuvre, qui sera interrompue pour certains par la première guerre mondiale. Dans la seconde partie de l'émission, il se penche sur de "jeunes" poètes qui débutent leur carrière aux lendemains de la guerre sous les hospices des maîtres de l'Abbaye et de l'Unanimisme.Jean DUHAMEL rappelle le lien amical très fort qui unissait son père Georges, Charles VILDRAC, Berthold MAHN et Albert DOYEN alors qu'il avait davantage des relations de "copain" avec Jules ROMAINS, dues au fait qu'ils avaient de grandes divergences sur le plan littéraire. André CUISENIER se souvient que c'est avec la publication de "L'ode à la foule" en 1909 qu'a pris fin le "secret" de FARIGOULE alias ROMAINS. Il évoque le succès de la "Vie unanime", qui eut un grand retentissement à l'époque, admiré par André Gide et Emile Verhaeren. Charles VILDRAC raconte sa découverte d'un jeune poète Luc DURTAIN et de son livre "Le retour des hommes", que lui a fait connaître Jules ROMAINS. Sa femme, madame Luc DURTAIN, se remémore cette rencontre. L'auteur questionne ensuite VILDRAC sur sa collaboration à différentes revues plus ou moins éphémères, en particulier "Les Bandeaux d'or" qui a accueilli les poètes de l'Abbaye après sa dislocation. Le poète René GEORGIN raconte quant à lui, sa participation à la revue "L'effort", que venait de créer Jean Richard Bloch, très intéressé par le mouvement unanimiste. Charles VILDRAC revient sur son ouvrage "Livre d'amour", écrit en 1910, après la dislocation du groupe de l'Abbaye et qui a permis de le faire connaître dans les milieux littéraires. La guerre de 1914-1918 sera une terrible révélation pour les compagnons de l'Abbaye. Tous seront des pacifistes militants et leur oeuvre en restera marquée à jamais. VILDRAC mobilisé, dit ce qu'il a vécu et publiera un recueil de poèmes de guerre les "Chants du désespéré". Victor DUHAMEL revient sur cet épisode de la vie de son frère : réformé, il décide cependant de s'engager comme médecin. C'est à la suite de cette expérience traumatisante qu'il écrira "La vie des martyrs, 1914-1916" et "Civilisation 1914-1916" qui obtiendra le prix Goncourt. Jules ROMAINS, dispensé, n'y a pas participé de façon active mais va écrire de nombreux articles publiés aux Etats-Unis. Charlotte BASCOU, la femme de Georges CHENNEVIERE raconte également la tristesse qui ne quittera plus son mari à son retour. Madame Albert DOYEN, Rachel, relate la création de la maison d'édition "Les fêtes du peuple", le 18 décembre 1918 où tous les anciens de l'Abbaye vont publier leurs textes. Plusieurs d'entre eux comme Georges CHENNEVIERE, Jules ROMAINS, Charles VILDRAC, Georges DUHAMEL feront ensuite partie de la "bande" du théâtre du Vieux Colombier fondé par Jacques Copeau. Plusieurs de leurs textes y seront joués. Suite à une question de l'auteur, VILDRAC et ROMAINS reviennent sur les techniques poétiques qu'ils ont élaborées, le premier avec DUHAMEL, le second avec CHENNEVIERE. Suzanne LEHMAN, la femme du fils de CHENNEVIERE, André, raconte l'influence qu'a eu ce traité de versification sur son oeuvre. Jean DUHAMEL, le fils de Georges, puis René GEORGIN rapportent à leur tour ce que l'Unanimisme a apporté à leur oeuvre. Dans la seconde partie de l'émission, l'auteur questionne de "jeunes" poètes sur leurs influences : Claude-André PUGET évoque le rôle fondamental de Jules ROMAINS dans ses écrits et son admiration pour son "maître" depuis l'adolescence. Francis PONGE se rappelle que Paul Eluard lui a dit avoir été influencé par la poésie unanimiste. La femme de Roger MICHAEL raconte les conséquences de la rencontre entre ROMAINS et son mari qui l'amenèrent à écrire des poèmes sur le monde du travail. Gabriel AUDISIO se remémore la fondation du "Mouton Blanc", revue qui a constitué une sorte de renouveau unanimiste après la guerre. Le fondateur, Jean Hytier, avait déjà une activité littéraire et critique quand il a fondé cette revue dévouée à ROMAINS et à une idée : le classicisme moderne qui entendait revenir à une certaine rigueur dans l'expression. Francis PONGE va y participer en 1922 et nous donne sa vision de la poésie et de la construction des vers. Gabriel AUDISIO rend hommage à un auteur trop tôt disparu et resté méconnu : J. PORTAIL qui publia un immense poème en deux volumes : "Androlite". Mais les techniques poétiques préconisées par le groupe de l'Abbaye subissent l'explosion du Surréalisme : la vie intellectuelle, politique, artistique est entièrement transformée et ira à l'opposé de ce qu'avaient pu chercher les tenants du classicisme moderne. Après 1930, la jeune littérature semble ne plus écouter la leçon des hommes de Créteil mais l'Unanimisme produira son ultime aboutissement : les 27 tomes de "Les hommes de bonne volonté" de Jules ROMAINS. A la question de conclusion de l'auteur qui lui demande si il a fait ce qu'il a voulu, il répond "Il faudrait beaucoup de vantardise pour prétendre avoir fait ce qu'on a voulu mais c'est déjà beau de ne pas avoir fait le contraire".Nombreuses photographies en noir et blanc (portraits de Albert Doyen, d'Adrienne Monnier, Georges Chennevière, Luc Durtain, Roger Michael, J. Portail, Jean-Richard Bloch ; Affiche de la mobilisation générale pour la guerre de 1914, hommes lisant l'affiche de la mobilisation ; Vildrac en soldat pendant la guerre avec deux autres ; Vildrac dans une tranchée ; Georges Duhamel en soldat ; Duhamel en médecin avec d'autres soldats ; Georges Chennevière en soldat) ; Cartes postales de : Panorama du Trocadéro 1916 ; l'intérieur du palais du Trocadéro ; oeuvres (Portrait en noir et blanc -dessin ?- de René Arcos par ? ; Logo de la maison d'édition de René Arcos : Editions du sablier (1919) ; Gravure illustration de Frans Masereel pour le livre "Le paquebot Tenacity" ; Portrait -gravure, dessin ?- de Georges Chennevière, auteur inconnu ; Portrait en noir et blanc -gravure, dessin ?- de Charles Vildrac par André Rouveyre ; Caricature en noir et blanc -gravure, dessin ?- de Sarah Bernhardt par André Rouveyre ; Portrait en noir et blanc de ? par André Rouveyre) et bancs titres (couvertures et pages de garde des ouvrages des différents protagonistes : Georges Chennevière, Charles Vildrac, Georges Duhamel, Jules Romains, J. Portail ; Page manuscrite de textes poétiques par André Chennevière ; revues littéraires : "Le Mouton Blanc", "Les Bandeaux d'Or", "Le Beffroi") montrés à l'écran.

Émission

Archives du XXème siècle

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Pierre Mignot

auteur de la musique pré-existante

Albert Doyen

producteur

Jean Jose Marchand

auteur du texte parlé

André Cuisenier

interprète

Pierre Pontier

participant

Jules Romains
Antoine Duhamel
Charles Vildrac
Francis Ponge
Claude André Puget
André Cuisenier
Jean Duhamel
Rachel Doyen
Victor Duhamel
René Georgin
Gabriel Audisio

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies