Dada à Zurich - Vidéo Ina.fr

Dada à Zurich

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)
video 04 avril 1971 6371 vues 53min 53s

Deuxième émission sur dada qui raconte la naissance en 1915 du groupe dada de Zurich en Suisse, son développement puis sa disparition en 1919. Elle est construite sur une alternance d'interviews des personnalités qui ont participé à ce mouvement : Christian SCHAD, Richard HUELSENBECK, Marcel JANCO, Hans RICHTER ainsi que Julius EVOLA, fondateur de la revue "Bleu" en Italie et Gabrielle BUFFET PICABIA. On y trouve de nombreuses illustrations des oeuvres de l'époque.Christian SCHAD situe les débuts de dada à Zurich en 1915.Richard HUELSENBECK (anglais sous titré) et Marcel JANCO racontent leur rencontre avec Hugo BALL en 1912 pour le premier et en 1915 pour le deuxième à Zurich, avecTristan TZARA, puis la création du "cabaret Voltaire" avec Hugo BALL. Ils racontent également comment se passaient les soirées culturelles (la "poésie simultanée" qui a provoqué le scandale). C'est en mai 1916 que le mot "dada" apparait pour la première fois dans la revue "Le cabaret Voltaire". Marcel JANCO explique le choix de ce mot parce qu'il existe dans toutes les langues, sans pour autant vouloir dire quelque chose de précis. Richard HUELSENBECK (anglais sous titré) précise que c'est lui qui a proposé ce mot à Hugo BALL alors qu'il cherchait dans le dictionnaire un nouveau nom pour une danseuse. Hugo BALL l'a adopté plus tard pour désigner l'ensemble de leurs activités. Pour lui, c'est le mot qui a fait le mouvement et non les hommes qui y ont participé.Hans RICHTER raconte comment il est entré dans le mouvement dadaïste à Zurich et souligne combien les personnalités qui composaient ce mouvement étaient diverses.Marcel JANCO et Hans RICHTER parlent du cabaret Voltaire et des manifestations qui y avaient lieu. Pour RICHTER c'était une libération totale de toutes les contraintes sous la forme d'une expression artistique. Ainsi en 1917 il produisit des "portraits visionnaires" en utilisant les formes et les couleurs comme il le voulait, d'une façon libérée.Puis Michel JANCO raconte la naissance de "la galerie dada" offerte par Monsieur CORRAY. Tristan TZARA en est devenu le directeur car Hugo BALL a quitté le mouvement pour se consacrer au catholicisme. La galerie a acceuilli les plus belles manifestations d'art internationales.Richard HUELSENBECK (anglais sous titré) explique les raisons pour lesquelles Hugo BALL a quitté le mouvement dada : le mouvement essentiellement politique au départ (contre la guerre et le système culturel et social qui y aboutit) a pris une tournure artistique et esthétique avec la galerie dada. Hugo BALL et HUELSENBECK l'ont quitté, car il ne correspondait plus à ce qu'ils en attendaient. Hans RICHTER rappelle le climat révolutionnare qui regnait à Zurich et qui a accompagné la création d'une association d'artistes radicaux (composée de Hans ARP, Marcel JANCO, Zygmunt BAUMAN, Viking EGGELING et Hans RICHTER) qui voulaient réformer les académies et les universités et permettre aux étudiants de contrôler un peu l'Administration. Ce fut un pas vers le surréalisme (par son aspect très concret et révolutionnaire)Julius EVOLA, le fondateur de la revue "Bleu" en Italie raconte les manifestations dada à Rome dans un théâtre dont il avait lui même décoré certains murs. Chacune de ces manifestations provoquait le scandale auprès du public bourgeois par son ironie, son esprit provocateur.En juillet 1917 c'est la parution de la revue dada et en juillet 1918 lors d'une grande soirée dada dans la salle Zur Meise de Zurich, le manifeste dada est lu pour la première fois. (lecture de la conclusion du manifeste sur des images d'une place de Zurich)Gabrielle BUFFET PICABIA et Marcel JANCO racontent la rencontre de Picabia avec le groupe dada de Zurich et ce qu'il leur a apporté.Puis Christian SCHAD et Marcel JANCO décrivent la personnalité de l'écrivain Walter SERNER, personnage énigmatique du groupe dada de Zurich, dont le manifeste fut d'une grande importance. Christian SCHAD souligne que le manifeste dada écrit par TZARA lui doit beaucoup.Enfin c'est la fin du groupe dada de Zurich en 1919. Marcel JANCO et Hans RICHTER parlent de cette période. Gabrielle BUFFET PICABIA explique que c'est à ce moment qu'elle s'est séparée de PICABIA qui a rejoint TZARA à Paris. C'est là qu'il formeront le groupe dada de Paris.

Émission

Archives du XXème siècle

Production

producteur ou co-producteur

Office national de radiodiffusion télévision française

Générique

réalisateur

Philippe Collin
Hubert Knapp

producteur

Jean Jose Marchand

participant

Marcel Janco
Gabrielle Buffet Picabia
Hans Richter
Richard Huelsenbeck
Christian Schad
Julius Evola

dvd
cd
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies