Georges de Caunes - Vidéo Ina.fr

Georges de Caunes

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Georges de Caunes

Télé notre histoire

video 26 sept. 1999 478 vues 51min 38s

Entretien avec Georges de CAUNES qui se souvient des moments importants de sa carrière de journaliste. Georges de CAUNES parle de ses études à Toulouse, de la guerre à laquelle il a participé, de ses débuts à la radio (RDF) puis à la télévision. Rares, dit-il, étaient les journalistes prêts à quitter la radio. Nous étions trois à partir pour Cognacq-Jay : SABBAGH, SALLEBERT et moi. Georges de CAUNES évoque le premier journal télévisé et les sujets traités. Ce ton journalistique qui était à inventer. Il parle de l'importance du sport qui, selon lui, apportait un élément de passion à ce nouveau média. Ce fut aussi, dit-il, la rencontre entre des journalistes (comme Jacques SALLEBERT ou lui-même) et des hommes venus du cinéma (Marcel BLUWAL ou Pierre TCHERNIA). Georges de CAUNES explique combien, au début de la télévision, l'impertinence était importante. Surtout que l'on ignorait s'il existait des téléspectateurs devant leur écran dit-il. Il évoque les retransmissions sportives (le Tour de France par exemple) contestées par les fédérations qui avaient peur de perdre des spectateurs. Il parle des différentes façons de commenter le sport et donne des exemples : la boxe, le tennis, le catch ou le rugby. Car pour Georges de CAUNES, la télévision c'est avant tout du direct. Il évoque le couronnement de la reine d'Angleterre et la course cycliste dite des "Six jours" de 1952 qu'il commenta de façon à tenir le téléspectateur en haleine. C'était les réalisateurs qui à l'époque, dit-il, proposaient les sujets et de se souvenir de sa complicité avec le réalisateur Roger BENAMOU. Georges de CAUNES considère que le métier de journaliste doit être une remise en cause perpétuelle et explique sa façon de présenter le journal : surtout ne pas être complaisant avec le pouvoir et ne jamais être pompeux. Il évoque aussi sa carrière à la radio qui, selon lui, était un vrai travail de journaliste tandis qu'à la télévision c'était plutôt un travail de comédien. Ou de commentateur comme dans le cas du catch ou du rugby, car des années durant Georges de CAUNES commenta le Tournoi des cinq nations (avec l'abbé PISTRE par exemple). Il rappelle que le samedi était le jour du sport et se souvient des débuts de Téléfoot, l'importance du fooball dans le dévéloppement de la télé française. La télévision doit mettre en appêtit dit-il, donner envie d'aller voir ailleurs. A plusieurs reprises durant l'émission, des photos viennent illustrer les paroles de Georges de CAUNES.

Émission

Télé notre histoire

Production

producteur délégué

Institut national de l'audiovisuel

Générique

réalisateur

Thierry Kubler

producteur

Pierre Tchernia
Jérôme Bourdon

journaliste

Thierry Kubler

participant

Georges de Caunes

dvd
cd
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!