Partager
Ajouter Acheter
21 juil. 1991 380 vues 23min 22s

Henry CHAPIER reçoit sur son divan le couturier Christian LACROIX . En introduction, un banc-titre composé de photos retrace la vie professionnelle et personnelle du couturier . Il se raconte :- " à 7 ans, j'étais un garçon solitaire et pas méconten... + de détails

Henry CHAPIER reçoit sur son divan le couturier Christian LACROIX . En introduction, un banc-titre composé de photos retrace la vie professionnelle et personnelle du couturier . Il se raconte :- " à 7 ans, j'étais un garçon solitaire et pas mécontent de l'être . Je m'étais déjà construit tout un monde d'imagination ... mon père n'était pas absent ... mais j'appartenais beaucoup plus au monde des femmes, ma mère et mes grand-mères qui m'adoraient ... je me souviens des jupons de tulle que les femmes portaient à l'époque ... je soulevais les jupes des amies de ma mère ...j'étais très fasciné par la mode de 58 ... c'était la mode BARDOT ...je dessinais des pin-ups ... l'autre inspiration, c'était l'histoire ...quand mon grand-père m'a demandé ce que je voulais faire, j'ai dit que je voulais être Christian DIOR ... l'image très précise que je garde, c'est la 1er page de Paris-Match, quand SAINT LAURENT à la mort de DIOR a pris la relève. Ce jour là, il s'est passé un déclic dans ma tête . Je me suis dit, c'est ça ce que tu veux faire ...j'appartiens à la génération qui part du dessin . Alors que les femmes partaient du tissu ..."- " la ville d'Arles, est une ville difficile, où des gens ont leur caractère... avec un mistral difficile, l'hiver ... c'est une ville où la folie est omni présente ...lieu plein de mystère ...à l'époque, on devait passer par Paris ... l'envie de couper le cordon ombilical ...j'adore la solitude, mais je crois au rencontre ... il n'y a pas de hasard ;..le jour où j'ai rencontré Françoise, c'était la cristallisation d'une sorte d'idéal féminin que j'avais toujours eu dans ma tête ; Lorsque ma femme avont rencontré Jean-Jacques, c'était comme un rideau qui se déchirait ... un monde qui était celui de la mode, un monde que je connaissais assez mal ...une seconde peau après Arles... je me pose pas beaucoup de questions, je fais les choses instinctivement . J'étais inccapable de fabriquer une mode qui n'aurait pas correspondu à mes tréfonds ...traduire la période dans laquelle on vit ..." .- " dans les années 80, quand on a monté la maison, il était évident qu'un coup de crayon ne pouvait suffir, et qu'il fallait quelqu'un qui est le sens de l'image, et ça c'était Jean-Jacques le stratège ; Il fallait une troisième personne ... la finance et c'était Bernard ARNAUD ... il m'a semblé qu'il fallait affirmer sa région . Et que le Sud était peut-être l'avenir , et cela je le crois très intimement . Et Bernard ARNAUD a compris cela ...faire une halte et souffler, c'est peut-être un peu tôt, mais je sens cela comme très vital ...

  • Emission
  • Le divan d'Henry Chapier
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Institut national de l'audiovisuel