Roger Hanin - Vidéo Ina.fr

Roger Hanin

29 oct. 1988 21min 27s 6646 vues

Publicité

|
ou
|
1,99 €
29 oct. 1988 6646 vues 21min 27s

Roger Hanin se raconte : - son enfance "j'étais doux, tendre, possessif et craintif à 7 ans, la rue Marengo dans la basse Casbah d'Alger où la minorité juive louait des appartements pas chers, comme tous les ghettos cela crée des désirs d'évasion ,sorti de l'école quand j'étais enfant je me débrouillais, j'allais faire des courses pour les prostituées de la Casbah, devenu le copain de beaucoup de proxénètes à 6-7 ans, j'avais des pourboires parce que j'attendrissais, on a déménagé pour un autre quartier moins chaud Bab El Oued"- la culture juive et communiste "grand père rabbin, père communiste, plutôt un enrichissement qu'une contradiction, pas de bataille entre eux, mon père ne s'occupait pas beaucoup de nous parce qu'être communiste en 36-37 il fallait être un peu déglingué et en plus il était nudiste, c'est vous dire...ma mère n'était pas favorable au nudisme, le communisme elle comprenait mieux...nous avons toujours vécu dans les rues mais nous ne sommes devenus des voyous pour autant" - à l'école de qui étiez vous le plus proche ? "les petits hexagonaux comme on les appelait en fonction de la situation de leurs parents se rassemblaient entre eux, Maltais, juifs, Italiens, Corses"- vous avez dit "c'est formidable que je sois né juif moi qui suis tellement pro arabe" "grande chance, le film dont je suis le plus fier c'est Train d'enfer, le film qui va sortir traite de la double appartenance, je marche sur 3 jambes, Français, juif et arabe, j'essaie de m'en servir pour rapprocher les gens"- "physiquement on ne s'est pas moqué de moi mais on m'a humilié parce que juif, je travaillais pendant les vacances quelquefois sous un faux nom, dans des usines, bureaux et souvent j'étais renvoyé parce j'avais un nom d'emprunt...je me suis battu pour me défendre bien que je sois d'un tempérament doux"- "sous l'Occupation il était contrôleur des PTT à Aubervilliers et nous nous étions en Algérie, moi j'étais aux Jeunesses communistes et je fais pas du tout d'anti communisme, on était emballlés quand on écrivait des slogans sur les murs au goudron, père sauvé par Pierre Laval avec des faux papiers"- le théâtre "en 1948 je faisais du basket ball au Racing, je sortais avec des filles à Paris, je suis un goinfre, j'ai beaucoup de curiosité, j'ai fait ce métier pour de l'argent figurant comme hallebardier pour compèter ma bourse d'études de pharmacie, eu envie de devenir acteur en voyant Ludmilla Pitoëff jouer"- envie de respectabilité l'âge venant ? "jamais fait partie de coteries, j'aurais aimé tourner avec Resnais, j'ai tourné avec Visconti, Verneuil, Molinaro, Arcady, démarche naturelle, il n'y a rien de plsu rassurant"- cote d'amour depuis 1981 "épouvantable, les média se sont fermées pour moi, pas pu parler de mes livres à la télévision, c'est Elkabbach qui m'a permis de venir à la télé, j'étais un pestiféré, liste noire"- le test de Rohrchard- gourmandise "avant je jugeais les drogués, moi je ne peux résister devant un chocolat"- son couple avec Christine Gouze Rénal "c'est elle qui est le maître d'oeuvre de l'harmonie, moi je suis instable, ces 32 ans de vie commune n'existent que par elle parce qu'elle est patiente", "il paraît que je ne suis pas assez bon papa selon ma fille"- êtes vous croyant ? "je suis mystique mais pas religieux et je ne crois pas à un au delà" "je voudrais qu'on dise Roger Hanin il était gentil"

Émission

Le divan d'Henry Chapier

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel

Générique

réalisateur

Jean Claude Longin

participant

Roger Hanin

présentateur

Henry Chapier

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies