L'affaire Gregory : le roman noir d'un fait divers - Vidéo Ina.fr

L'affaire Gregory : le roman noir d'un fait divers

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

L'affaire Gregory : le roman noir d'un fait divers

RENDEZ VOUS AVEC LE CRIME

video 07 mars 1998 17009 vues 55min 58s

Quatorze ans après l'assassinat du petit Gregory Villemin, le documentaire de Joël Calmettes redéroule le fil de l'affaire, en donnant la parole aux journalistes et autres professionnels protagonistes. S'inspirant du livre de Laurence Lacour, cette enquête s'attache à montrer que tout le monde est sorti de son rôle : des journalistes jouaient aux enquêteurs et aux procureurs, des magistrats, des avocats, des gendarmes, mais aussi les parents de l'enfant, se sont servis de la presse. Tous ont fait fi du secret de l'instruction et de la présomption d'innocence. Les personnes interviewées retracent les étapes de l'instruction en se resituant dans l'action. Retour sur une culpabilité médiatique. - Jean Michel BEZZINA (RTL Nancy) a tout de suite vu dans cette affaire le drame du siècle ; il raconte (tout au présent) sa première interview de JM Villemin, puis comment son amitié avec Welzer l'a aidé pour récolter des informations et faire un scoop sur la mort de Laroche. - Claudine CUNAT (Radio France Epinal) semble particulièrement affligée par le rôle qu'a tenu la presse dans cette affaire ; elle aurait voulu plus de pudeur. - Jean Michel CARADEC'H (ex "Paris Match") compare l'enquête à "X-Files". Il justifie ses écrits, et retrace la chronologie de l'inculpation de Christine Villemin par le juge Lambert. - Denis ROBERT (ex "Libération") a traité cette affaire comme le feuilleton du siècle. Bien qu'il regrette l'aspect mercantile de cette affaire, il reconnait qu'elle a été une formidable formation pour lui car il a vu comment on fabriquait un mensonge. - Laurence LACOUR (ex "Europe 1") fait son mea-culpa. Elle réalise que ce sont les journalistes qui ont planté le décor du "Corbeau" de Clouzot. Les débuts de l'enquête sont ses meilleurs souvenirs, les comparant à Tintin dans la Vologne. Elle s'en veut d'avoir accusé B Laroche et d'avoir ainsi participé à son assassinat. Elle pense avoir une dette envers tous ces gens dont on a brisé la vie. - Philippe JECHOUX (ex "Liberté de l'Est") se souvient de la formation de deux clans : pour ou contre Christine Villemin. Il dit avoir "chialé" à l'annonce de la mort de B Laroche et reste longtemps silencieux après s'être demandé si "on ne serait pas des salauds". - Lieutenant Colonel SESMAT (chargé de l'enquête) rapporte que des journalistes se faisaient passer pour des policiers pour voler des pièces de l'enquête. Il rend compte de la pression médiatique qui les obligeait à faire des communiqués de presse quotidiens, et se souvient avoir appris par les journalistes qu'il était dessaisi de l'enquête. - Jean KER (grand reporter "Paris Match") n'a apparemment aucun recul sur le rôle pervers des médias dans cette affaire. Il s'est pris d'amitié pour les Villemin, à qui il a fait écouter des enregistrements obtenus lors de ses confrontations avec la SRPJ. Il fait le récit d'une nuit où il a empêché les Villemin d'abattre Laroche. Il pense toujours que cette enquête n'aurait jamais du rester sans issue et espère trouver le grain de sable manquant. - Henri René GARAUD (avocat des Villemin) cite le fameux article de Marguerite Duras et le met sur le compte de sa folie. - Gérard WELZER (avocat de Bernard Laroche) évoque le piège médiatique dans lequel B Laroche s'est engouffré, révèle le manque d'instruction dans cette enquête, raconte comment l'annonce de la mort de son client a transité par son cabinet, et affirme que les passions continuent de pervertir les affaires, dans cette société où l'image a trop de poids.

Production

producteur ou co-producteur

Margot Communication, INA Entreprise, France 3 Nancy

Générique

réalisateur

Joël Calmettes

journaliste

Laurent Hakim

participant

Jean Michel Caradec
Henri René Garaud
Jean Ker
Jean Michel Bezzina
Laurence Lacour
Denis Robert
Gérard Welzer
Etienne Sesmat
Claudine Cunat
Philippe Jechoux

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies