Transsibérien - Vidéo Ina.fr

Transsibérien

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)
video 14 juil. 1991 3678 vues 55min 40s

Documentaire réalisé en URSS sur le Transsibérien qui, de Laroslav à Vladivostok, parcourt un trajet de 9296 kilomètres en huit jours et sept nuits. Après un rappel de faits historiques en images sur le pays et le développement de son réseau ferroviaire, on embarque à bord pour découvrir la Sibérie, ses habitants et leur mode de vie. - Quelques images d'archives rappellent certains grands moments de l'histoire : 1917 et la révolution russe, 1919 guerre civile et installations ferroviaires détruites, 1941 bombardements allemands sur voies ferrées, 1945 reconstruction. Alexandre Mikhailou est le premier conducteur de ce train qui n'est plus le Transsibérien de nos rêves avec ses lustres en cristal et ses fauteuils capitonnés. 38 ans, membre du PC, il nous emmène dans un quartier ouvrier de Moscou où il vit en compagnie de sa femme et de ses quatre enfants dans un appartement de 75m2. Tous deux pensent que la perestroika sera longue à faire effet. - Iaroslav est le premier arrêt du Transsibérien ; on y trouve des églises plus somptueuses qu'à Moscou (50 au total) et un parc de loisirs où un vrai chemin de fer est manoeuvré exclusivement par des enfants. L'économie à bout de souffle empêche d'acheter ou de rajeunir les voies ferrées, ce qui oblige le train à avancer parfois à 65km/h. - Des touristes livrent leurs impressions sur le "service" à l'intérieur du train et l'ambiance est au beau fixe dans le compartiment de quatre jeunes filles des Jeunesses Communistes. A Novossibirsk, joyau de la Sibérie dynamique, changement de conducteur ; Serguei Fedokto vit mieux : 15% de salaire en plus, une petite voiture et une datcha. Pour attirer l'émigration en Sibérie, on y paie en effet mieux qu'à l'Ouest. Avec sa femme, il parle de la perestroika qui fait peur à ceux qui n'aiment pas trop travailler. - Arrivée près du lac Baikal : le réseau n'est plus électrifié. Le train longe le lac pendant 300 kms que bordent quelques isbahs. Images de la construction du second Transsibérien, le "Baikal-Amour", réalisé dans un environnement climatique infernal. Le train arrive ensuite dans la ville de Khabarosk, gigantesque agglomération d'usines qui rendent industriellement autonome l'Extrême Orient soviétique. Nakodka, à 100 kms de Vladivostok, correspond au terminus pour les étrangers qui ne peuvent se rendre dans cette dernière ville ; c'est aussi le point de départ, en bateau pour Yokohama au Japon.

Émission

Des trains pas comme les autres

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Bernard d' Abrigeon

producteur

François Gall

commentateur

François Gall

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies