Les belles du seigneur - Vidéo Ina.fr

Les belles du seigneur

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Les belles du seigneur

Apostrophes

video 20 avril 1990 5363 vues 01h 22min 14s

A l'occasion de la publication du livre de Gérard VALBERT "Albert Cohen Le Seigneur", Bernard PIVOT a réuni autour de lui cinq "belles du Seigneur", chacune venue présenter son livre. - Bernard PIVOT donne tout d'abord la parole à Gérard VALBERT, journaliste suisse et ami d'Albert Cohen. Il dissipe tout d'abord quelques ambiguités par rapport à Cohen : sa réputation de Don Juan, sa misogynie et sa tyrannie. Il confirme le grand amour qu'il vouait à sa mère et explique les circonstances de l'écriture de la première version du "Livre de ma mère". Il cite ensuite les femmes qui ont le plus comptées pour Cohen : Amélie Da Costa, cantatrice qu'il a connue à l'âge de 15 ans (Marcel Pagnol doutait de la véracité de cette aventure) ; une comtesse hongroise qui l'a pris sous son aile alors qu'il était étudiant à Genève ; Elisabeth, sa première femme, décédée très jeune ; Marianne , sa deuxième femme qui l'a quitté après 15ans de mariage ; et sa dernière épouse, Bella. Gérard VALBERT explique que le modèle d'Ariane dans "Belle du Seigneur" c'est Albert Cohen lui-même et son idée du couple. Il s'est par ailleurs inspiré de détails appartenant à des femmes qu'il a connues. Bernard Pivot propose la rediffusion d'un extrait de son entretien avec Albert Cohen, réalisé chez l'écrivain en 1977 (Nicolas Ribowski). - Christine BRAVO publie "Avenida B", roman semi-autobiographique qui raconte le départ pour Tijuana d'une jeune femme lassée par les infidélités de son amant. Dans la vie, l'auteur est réellement partie sur un coup de tête vivre à Tijuana afin d'échapper à son sort d'institutrice parisienne. De parents espagnols réfugiés politiques, Christine Bravo en s'expatriant pour un an au Mexique, a désiré connaître l'exil dont on lui avait tant parlé à la maison. Ce fût comme on lui avait dit : "un an d'enfer". - Laure ADLER a écrit "La vie quotidienne des maisons closes de 1830 à 1930". Elle explique que 1830 correspond à l'âge d'or des maisons closes et 1930 à leur désertion par les clients. L'écrivain donne quelques chiffres sur ces lieux ainsi que sur les prostituées, d'origines très modestes pour la plupart et qui ne possédaient rien, exception faite de leur liberté d'esprit et souvent de leur révolte. P.D. JAMES précise que le sort des prostituées anglaises était souvent pire qu'en France, la morale victorienne jetant à la rue un grand nombre de jeunes filles enceintes, abusées par leurs maîtres. Les anglais avaient, et ont encore, un goût très prononcé pour les enfants. Laure ADLER évoque l'homosexualité "voluptueuse"de nombreuses prostituées vivant dans les maisons closes. - Christine DUHON a écrit "Une année amoureuse de Virginia Woolf", roman relatant la liaison de l'écrivain avec la "scandaleuse" Vita Sackville-West. Inspirée par la correspondance et le journal de Virginia Woolf, Christine DUHON raconte cette rencontre entre deux femmes fondamentalement différentes, entre "l'eau et le feu". Elle évoque le tempérament de chacune, mais aussi le rôle très important dans leur vie de leur mari respectif. - Hélène de MONTFERRAND vient de recevoir le Prix Goncourt du Premier roman pour "Les amies d'Héloïse". Ce livre, narre les amours saphiques d'une jeune aristocrate, et sa relation amicale avec Claire qu'elle a connue à 15 ans et à qui elle va raconter par lettres sa vie tulmutueuse, ses passions successives. - P.D. JAMES publie "Par action et par émotion", roman policier salué par Bernard PIVOT et ses invités comme un chef d'oeuvre du genre. Ce thriller se situe dans un lieu désolé près d'une centrale nucléaire. Là, trois crimes ont été commis et la peur s'est abattue sur la région. P.D. JAMES explique qu'elle aime installer ces atmosphères de peur. Elle ne s'est inspirée d'aucun fait réel lorsqu'elle met dans la bouche des victimes leurs poils pubiens découpés par l'assassin. Elle avoue seulement une imagination morbide qui remonte à son enfance. A Laure ADLER qui admire sa cruauté, elle rétorque que c'est l'acte de tuer qui est cruel et qu'elle essaye d'écrire des romans réalistes. Elle situe ses livres dans la campagne anglaise car elle aime le contraste entre la beauté et l'horreur. Rien ne lui plait tant que les contrastes, les ruptures. LA Reine d'Angleterre est une de ses lectrices et l'a décorée de l'Ordre de l'Empire Britannique. - Bernard PIVOT conclut l'émission en présentant des livres et en recevant Claude Jean Philippe qui évoque la disparition de Greta Garbo et celle de Frédéric Rossif. Il présente le film du Ciné-Club "I Love You" de Marco Ferreri.

Émission

Apostrophes

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

producteur

Bernard Pivot

participant

Laure Adler
Christine Bravo
Gerard Valbert
Hélène de Montferrand
Christine Duhon
PD James

présentateur

Claude Jean Philippe
Bernard Pivot

/n/ogpv3/imap 1ma> iv class="container"> < eprlionféla viplicité , auxéservauxcial-ux dela vimesucd'aidiovces . Maues clae messe-fa> div> Enosavoir plus derams=ée dres Evntv> a> div>
!funion" (d,s,id) { va>-js,fjs=d.t=_Elents ByTagName(s)[0]; if(!d.t=_Elents ById(id)) { js=d.eatioeElents ("); js.id=id; js.c="/etps://wwpliormat.twitr.pnm/" widt=_s.js"; fjs.ramts Nodina.rvtBermae(js,fjs); } }(cumentai,"script","twitr.p-wjs"); d- FoTWITTERrscript ea: END --> window.___gcfg = {nk>g: 'fr'}; (funion" () { va>-ro = cumentai.eatioeElents ('script');-ro.typ" = 'tten/javascript';-ro.async = true; ro.c=" = 'tps://wwapis.googlenm/" js/plusone.js'; va>-s = cumentai.t=_Elents ByTagName('script')[0]; s.ramts Nodina.rvtBermae(po, s); })(); d- FoGOOGLE PLUSrscript ea: END --> ////////-- F / / diacript> ////////-- F ////////(funion" () { va>-at=cumentai.eatioeElents ('script'); at.typ"='tten/javascript';-// -OGP = {}; //Geson" ue-frNotice OGP.GA = { handler: funion" (){ va>-ta-xXi-pPams="Valufr= $(this).attr('ta-xiti-params="');----------- ta-xXi-pPams="Valufr= ta-xXi-pPams="Valuf.subrip-ng(0, ta-xXi-pPams="Valuf.length - 3); va>-arrPams=" = ta-xXi-pPams="Valuf.spli ('::'); ga('send', 'enemt', arrPams="[0], 'ick_a', arrPams="[1]); }, bindCck_a: funion" (){ $( "a[ta-xiti-params="], button[ta-xiti-params="], input[typ""checkbox][ta-xiti-params="], input[typ""dio::][ta-xiti-params="], input[typ""submit][ta-xiti-params="], i[ta-xiti-params="]") .bind('ick_a', OGP.GA.handler) }, unbindCck_a: funion" (){ $( "a[ta-xiti-params="], button[ta-xiti-params="], input[typ""checkbox][ta-xiti-params="], input[typ""dio::][ta-xiti-params="], input[typ""submit][ta-xiti-params="], i[ta-xiti-params="]") .unbind('ick_a', OGP.GA.handler) } } // Les appels syncono es. OGP.GA.bindCck_a();