Qu'est-ce que l'esprit militaire ? - Vidéo Ina.fr

Qu'est-ce que l'esprit militaire ?

14 mars 1975 01h 16min 55s 11559 vues

Publicité

|
ou
|
2,99 €

Qu'est-ce que l'esprit militaire ?

Apostrophes

14 mars 1975 11559 vues 01h 16min 55s

En introduction, diffusion d'archives sur le défilé militaire du 14 juillet 1946 à Paris. Puis, tour de table des invités avec le général BIGEARD, secrétaire d'Etat à la défense, Charles HERNU, membre du comité directeur du PS, spécialiste des questions de la défense, le général Georges BUIS, président de la fondation des hautes études de la Défense Nationale, le capitaine Pierre SERGENT, saint cyrien, parachutiste, le romancier Bernard CLAVEL, et le chanteur Georges BRASSENS, réunis sur le plateau pour évoquer l'esprit militaire.- Georges BUIS publie "Les fanfares perdues", suite d'entretiens avec Jean LACOUTURE. Il parle de son goût pour l'écriture, insufflé par son milieu familial, de sa passion pour la poésie, entre autres pour les surréalistes. Il explique pourquoi il a préféré faire Saint-Cyr, "porte à l'aventure", plutôt que Normale Sup. Il raconte une anecdote où, jeune bibliothècaire dans un cercle d'officiers à Maubeuge, ayant commandé de nombreux ouvrages de surréalistes, il s'est retrouvé démis de ses fonctions par le commandant, choqué par la lecture du "Traité de style" d'Aragon. Il retrace ensuite son itinéraire militaire : Beyrouth, la prise du "nid d'aigle" au Berghof, son engagement dans la guerre d'Algérie. Il dit pourquoi il aime la guerre et définit l'esprit militaire, "contester perpétuellement la routine". Intervention de Bernard CLAVEL qui dit avoir découvert un écrivain et cite un passage du livre de BUIS sur "la non-violence, admirable outil". Réponse de BUIS sur la non-violence.- Images d'archives du Berghof.- Le général BIGEARD publie "Pour une parcelle de gloire". Aparté sur son prénom de guerre "Bruno" qu'il préfère à Marcel. Autodidacte de l'armée, il rappelle pourquoi il a choisi ce métier. Il donne ensuite son opinion sur l'amour et la guerre puis relate sa carrière militaire, l'Indochine, l'Algérie. Réflexions de BIGEARD et de BUIS sur de GAULLE.- Images d'archives de la décoration de BIGEARD lors d'une cérémonie du 14 juillet.- Images d'archives d'une visite du général de GAULLE en Algérie.- Extrait d'un reportage de "Cinq colonnes à la une", interview du colonel BIGEARD en 1959.- Débat sur la politisation de l'armée et sur son véritable rôle. BIGEARD rappelle qu'il hait la guerre mais que la France a besoin d'une armée. Réaction de Bernard CLAVEL, qui interpelle BIGEARD sur le Larzac et qui regrette également qu'il ait omis de parler des tortures en Algérie. Réponse de BIGEARD. A propos du malaise de l'armée, Pierre SERGENT considère que l'armée devrait être séparée de la Défense Nationale.- Bernard CLAVEL présente son livre "Lettre à un képi blanc", où il donne son opinion sur l'armée et la guerre. Elevé dans un milieu entouré de nombreux militaires, séduit par ce métier, il s'est engagé dans le maquis mais a vu un homme torturé. Depuis, il est profondément pour la non-violence et considère qu'il faut "plus de virilité pour élever un enfant que pour faire la guerre". - Intervention de Georges BRASSENS, qui vient de publier un recueil de ses chansons, qui se dit anti-militariste par horreur de la discipline. Il n'a jamais aimé joué à la petite guerre, a suivi en cela son père, et reconnaît que la vue d'un drapeau ne l'émeut pas "j'aime la France, pas la patrie". Il parle de la Marseillaise "la musique est pas mal, mais les paroles sont très discutables" et de sa chanson "Les deux oncles". Archives : extrait d'une chanson anti-militariste tirée du livre de CLAVEL "Le silence des armes". Réflexion de Pierre SERGENT sur l'anti-militarisme primaire. - Discussion autour du livre "Lettres aux officiers" de Pierre SERGENT et de l'attitude de l'auteur, qui a choisi de quitter l'armée. Intervention de Charles HERNU qui considère que le pacifisme peut se faire le complice de l'impérialisme de droite. "L'humanité est menaçée, il n'y a plus ni droite, ni gauche". Pierre SERGENT lui rétorque qu'il n'y a pas les bons d'un côté et les méchants de l'autre. Le ton monte entre les deux hommes. Charles HERNU accuse Pierre SERGENT de rêver, de mener "une croisade anti-communiste" et se défend, lui, de n'avoir pas fait partie de l'OAS. BIGEARD coupe court à ces échanges houleux en rappelant que ce genre d'émission peut avoir lieu et que la démocratie n'a pas de prix. BIGEARD rend hommage aux hommes de 14-18, qui ont permis cette liberté. Nouvelle attaque de Bernard CLAVEL à l'encontre de BIGEARD qui aurait écrit "un mort est un c...", en parlant des militaires morts sur le terrain. BIGEARD dément totalement ces propos. - Retour sur BRASSENS, dont Georges BUIS dit apprécier les chansons. BRASSENS lui répond avec humour qu'il ne doit pas trop aimer ses chansons, car il risque de perdre son public.- Bernard PIVOT présente le livre de Charles HERNU "Soldat citoyen", essai sur la défense et la sécurité de la France, alors que Charles HERNU et Pierre SERGENT recommencent à se harceler.

Émission

Apostrophes

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

François Chatel
Nicolas Ribowski

producteur

Bernard Pivot

participant

Georges Brassens
Bernard Clavel
Georges Buis
Marcel Bigeard
Charles Hernu
Pierre Sergent

présentateur

Bernard Pivot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies